Billet du 28 janvier 2022 : Le monde et les temps changent

The Times They Are A-Changin’, chante Bob Dylan. Ce même Dylan qui, cette semaine, a annoncé la vente de tout son catalogue musical au géant Sony. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais il comprend également les œuvres futures de l’artiste de 80 ans. Il semble que la cession des droits constitue la nouvelle façon de rentabiliser sa musique pour un compositeur, en cette ère où les plateformes d’écoute en continu ont pratiquement éliminé les enregistrements sur CD ou disque vinyle, rené de ses cendres.

Avant Dylan, plusieurs autres grands de la musique avaient fait de même. Parmi eux, le Canadien Neil Young, qui a également fait les manchettes, cette semaine. Membre de l’équipe Warner, Young a obtenu de la multinationale qu’elle retire toutes ses chansons de la plateforme Spotify. Artiste engagé, l’auteur de Harvest Moon ne supportait pas que l’entreprise suédoise diffuse le balado de Joe Rogan, reconnu pour ses positions controversées contre la vaccination, ainsi que la désinformation qu’il véhicule à travers ses émissions.

La décision du tandem Young-Warner fait mal à Spotify, qui se trouve prise entre marteau et enclume, le balado de Rogan trônant au sommet des écoutes. D’un autre côté, toutes les œuvres de l’auteur-compositeur-interprète, incluant son dernier album, sorti il y a à peine un mois, continueront d’être disponibles sur les plateformes concurrentes. Est-ce à dire que les artistes semblent en voie de regagner le rapport de force qu’ils ont perdu avec l’avènement de l’écoute en continu ? Je n’irais pas jusque là, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Mais une brèche est maintenant ouverte et il fait bon de constater que les colonnes du temple peuvent être ébranlées.

Décidément, le monde et les temps changent.


Dans le cours de français

Pour désigner le féminin d’auteur, doit-on utiliser auteure ou autrice ?

En 2019, la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française (OQLF) publiait un article pertinent sur le sujet. D’entrée de jeu, je mentionne que les deux formes du féminin, auteure et autrice, sont acceptées. L’OQLF recommande d’utiliser celle privilégiée par la personne intéressée, lorsqu’il faut s’adresser à elle ou la nommer.

Un élément de l’article a suscité mon intérêt. Malgré le fait que la majorité des mots en _teur forment leur féminin en _trice, j’avais toujours pensé qu’auteure faisait partie des exceptions et que l’utilisation d’autrice était relativement nouvelle. J’étais dans l’erreur. En fait, la forme autrice était tellement ancienne qu’elle a fini par se perdre dans l’usage, la France préférant voir auteur désigner autant une femme qu’un homme. Ce n’est que dans les années 1970 et 1980 que l’OQLF a suggéré la forme féminisée auteure, qui s’est ensuite frayé un chemin dans toute la francophonie. Depuis une dizaine d’années, l’utilisation du mot autrice a connu un regain de popularité, sans jamais avoir disparu des ouvrages de référence.

Personnellement, je préfère la consonance du mot auteure. Toutefois, suivant la recommandation de l’OQLF, je n’hésite pas à utiliser autrice (je l’ai même déjà fait dans un de mes billets !) pour en désigner une en particulier qui veut être appelée comme telle.

Lire l’article de l’OQLF sur le sujet


Dans le cours de sciences et technologie

Quelqu’un doute-t-il encore du réchauffement de la planète et des changements climatiques ? Malheureusement, oui. Et les froids tels que ceux que nous avons connus cette semaine ont l’heur de conforter ces personnes dans leurs pensées.

Cependant, alors que le Québec gelait et que le froid empêchait mes élèves de vivre leurs récréations à l’extérieur, alors que la Grèce et la Turquie se confinaient en raison d’une improbable tempête de neige dans cette région du globe, les pays de l’hémisphère Sud cuisaient sous une chaleur torride.

Durant plusieurs jours, cette semaine, le mercure a oscillé entre 40 °C et 51 °C dans différentes régions de l’Australie. Même situation en Amérique du Sud, des records de chaleur ayant été battus en Argentine, au Brésil, en Uruguay et au Paraguay.

Officiellement, le point de non-retour n’est pas atteint. La grande question : accepterions-nous, en tant qu’êtres humains, des changements importants à notre mode de vie de façon à contrer la hausse des températures ? Après 22 mois de mesures sanitaires, la lassitude et la résignation nous guident vers une acceptation de la cohabitation avec le coronavirus. Je suis donc d’avis qu’en ce qui concerne l’environnement, nous chercherons plutôt à nous adapter aux conséquences des bouleversements.

En fin de compte, la série Le Dôme s’avérera peut-être un utile mode d’emploi !


Dans le cours de musique

Cette fois-ci est la bonne ! Dans mon billet de la semaine dernière, j’indiquais que le décès de Karim Ouellet me forçait à reporter, pour la troisième fois en quelques mois, la chanson que j’avais prévue pour cette rubrique #musiquebleue hebdomadaire. Voici donc, enfin, À deux c’est bien, à deux c’est triste, que je souhaite depuis longtemps faire rayonner sur cette page.

Si mon intérêt pour une chanson se portait sur son rythme et sa mélodie dans mon plus jeune temps, ses paroles arrivent en tête de liste aujourd’hui. L’auteure de cette pièce y présente sans contredit, comme dans ses autres œuvres, ses talents de poétesse. Âgée de 34 ans, on l’appelle Bagaï quand elle s’illustre sur scène. Dans son bureau de l’Université Laval, où elle effectue des recherches en nutrition, c’est plutôt Anne-Sophie Bourlaud. En 2020, lors du Festival international de la chanson de Granby (FICG), elle a obtenu le prix Coup de plume de la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ).

Elle a lancé un premier opus, À l’endroit où dorment les hyènes, en octobre dernier. Sorti six mois auparavant, À deux c’est bien, à deux c’est triste a été réalisé avec la collaboration de Charles St-Amour, alias Sintamour. Bossa-nova mélancolique et cuivrée, aux accents francophones, le résultat se montre très accrocheur.

Bagaï et Saintamour – À deux c’est bien, à deux c’est triste – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Loin de moi l’intention de publiciser quelle qu’entreprise que ce soit, mais j’aimerais saluer l’initiative de la boulangerie-pâtisserie La Petite Bretonne, qui a lancé la gamme de produits Bloopers, contribuant ainsi à la réduction du gaspillage alimentaire.

Exportant dans plusieurs pays, l’entreprise québécoise récupérera les aliments endommagés ou déformés de sa chaîne de production et les emballera avec l’appellation « Produit moche », d’où l’origine du nom Bloopers. Ils seront ensuite distribués et vendus dans des magasins économiques.

Mon souhait est de voir une multitude de marques alimentaires suivre l’exemple de La Petite Bretonne et ainsi valoriser leurs produits moins appétissants, mais tout aussi délicieux. À réduire le gaspillage, tout le monde y trouve son compte.


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s