Billet du 28 janvier 2022 : Le monde et les temps changent

The Times They Are A-Changin’, chante Bob Dylan. Ce même Dylan qui, cette semaine, a annoncé la vente de tout son catalogue musical au géant Sony. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais il comprend également les œuvres futures de l’artiste de 80 ans. Il semble que la cession des droits constitue la nouvelle façon de rentabiliser sa musique pour un compositeur, en cette ère où les plateformes d’écoute en continu ont pratiquement éliminé les enregistrements sur CD ou disque vinyle, rené de ses cendres.

Avant Dylan, plusieurs autres grands de la musique avaient fait de même. Parmi eux, le Canadien Neil Young, qui a également fait les manchettes, cette semaine. Membre de l’équipe Warner, Young a obtenu de la multinationale qu’elle retire toutes ses chansons de la plateforme Spotify. Artiste engagé, l’auteur de Harvest Moon ne supportait pas que l’entreprise suédoise diffuse le balado de Joe Rogan, reconnu pour ses positions controversées contre la vaccination, ainsi que la désinformation qu’il véhicule à travers ses émissions.

La décision du tandem Young-Warner fait mal à Spotify, qui se trouve prise entre marteau et enclume, le balado de Rogan trônant au sommet des écoutes. D’un autre côté, toutes les œuvres de l’auteur-compositeur-interprète, incluant son dernier album, sorti il y a à peine un mois, continueront d’être disponibles sur les plateformes concurrentes. Est-ce à dire que les artistes semblent en voie de regagner le rapport de force qu’ils ont perdu avec l’avènement de l’écoute en continu ? Je n’irais pas jusque là, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Mais une brèche est maintenant ouverte et il fait bon de constater que les colonnes du temple peuvent être ébranlées.

Décidément, le monde et les temps changent.


Dans le cours de français

Pour désigner le féminin d’auteur, doit-on utiliser auteure ou autrice ?

En 2019, la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française (OQLF) publiait un article pertinent sur le sujet. D’entrée de jeu, je mentionne que les deux formes du féminin, auteure et autrice, sont acceptées. L’OQLF recommande d’utiliser celle privilégiée par la personne intéressée, lorsqu’il faut s’adresser à elle ou la nommer.

Un élément de l’article a suscité mon intérêt. Malgré le fait que la majorité des mots en _teur forment leur féminin en _trice, j’avais toujours pensé qu’auteure faisait partie des exceptions et que l’utilisation d’autrice était relativement nouvelle. J’étais dans l’erreur. En fait, la forme autrice était tellement ancienne qu’elle a fini par se perdre dans l’usage, la France préférant voir auteur désigner autant une femme qu’un homme. Ce n’est que dans les années 1970 et 1980 que l’OQLF a suggéré la forme féminisée auteure, qui s’est ensuite frayé un chemin dans toute la francophonie. Depuis une dizaine d’années, l’utilisation du mot autrice a connu un regain de popularité, sans jamais avoir disparu des ouvrages de référence.

Personnellement, je préfère la consonance du mot auteure. Toutefois, suivant la recommandation de l’OQLF, je n’hésite pas à utiliser autrice (je l’ai même déjà fait dans un de mes billets !) pour en désigner une en particulier qui veut être appelée comme telle.

Lire l’article de l’OQLF sur le sujet


Dans le cours de sciences et technologie

Quelqu’un doute-t-il encore du réchauffement de la planète et des changements climatiques ? Malheureusement, oui. Et les froids tels que ceux que nous avons connus cette semaine ont l’heur de conforter ces personnes dans leurs pensées.

Cependant, alors que le Québec gelait et que le froid empêchait mes élèves de vivre leurs récréations à l’extérieur, alors que la Grèce et la Turquie se confinaient en raison d’une improbable tempête de neige dans cette région du globe, les pays de l’hémisphère Sud cuisaient sous une chaleur torride.

Durant plusieurs jours, cette semaine, le mercure a oscillé entre 40 °C et 51 °C dans différentes régions de l’Australie. Même situation en Amérique du Sud, des records de chaleur ayant été battus en Argentine, au Brésil, en Uruguay et au Paraguay.

Officiellement, le point de non-retour n’est pas atteint. La grande question : accepterions-nous, en tant qu’êtres humains, des changements importants à notre mode de vie de façon à contrer la hausse des températures ? Après 22 mois de mesures sanitaires, la lassitude et la résignation nous guident vers une acceptation de la cohabitation avec le coronavirus. Je suis donc d’avis qu’en ce qui concerne l’environnement, nous chercherons plutôt à nous adapter aux conséquences des bouleversements.

En fin de compte, la série Le Dôme s’avérera peut-être un utile mode d’emploi !


Dans le cours de musique

Cette fois-ci est la bonne ! Dans mon billet de la semaine dernière, j’indiquais que le décès de Karim Ouellet me forçait à reporter, pour la troisième fois en quelques mois, la chanson que j’avais prévue pour cette rubrique #musiquebleue hebdomadaire. Voici donc, enfin, À deux c’est bien, à deux c’est triste, que je souhaite depuis longtemps faire rayonner sur cette page.

Si mon intérêt pour une chanson se portait sur son rythme et sa mélodie dans mon plus jeune temps, ses paroles arrivent en tête de liste aujourd’hui. L’auteure de cette pièce y présente sans contredit, comme dans ses autres œuvres, ses talents de poétesse. Âgée de 34 ans, on l’appelle Bagaï quand elle s’illustre sur scène. Dans son bureau de l’Université Laval, où elle effectue des recherches en nutrition, c’est plutôt Anne-Sophie Bourlaud. En 2020, lors du Festival international de la chanson de Granby (FICG), elle a obtenu le prix Coup de plume de la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ).

Elle a lancé un premier opus, À l’endroit où dorment les hyènes, en octobre dernier. Sorti six mois auparavant, À deux c’est bien, à deux c’est triste a été réalisé avec la collaboration de Charles St-Amour, alias Sintamour. Bossa-nova mélancolique et cuivrée, aux accents francophones, le résultat se montre très accrocheur.

Bagaï et Saintamour – À deux c’est bien, à deux c’est triste – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Loin de moi l’intention de publiciser quelle qu’entreprise que ce soit, mais j’aimerais saluer l’initiative de la boulangerie-pâtisserie La Petite Bretonne, qui a lancé la gamme de produits Bloopers, contribuant ainsi à la réduction du gaspillage alimentaire.

Exportant dans plusieurs pays, l’entreprise québécoise récupérera les aliments endommagés ou déformés de sa chaîne de production et les emballera avec l’appellation « Produit moche », d’où l’origine du nom Bloopers. Ils seront ensuite distribués et vendus dans des magasins économiques.

Mon souhait est de voir une multitude de marques alimentaires suivre l’exemple de La Petite Bretonne et ainsi valoriser leurs produits moins appétissants, mais tout aussi délicieux. À réduire le gaspillage, tout le monde y trouve son compte.


Billet du 21 janvier 2022 : Nom de nom !

Parmi les candidats en lice pour le poste de directeur général du Canadien de Montréal, aucun n’obtenait ma préférence plus qu’un autre. Je considère que l’organisation est suffisamment compétente pour choisir celui ou celle (le nom de Danièle Sauvageau a été mentionné) à qui on fera confiance pour une dizaine d’années. C’est pourquoi je suis d’avis que Kent Hughes mérite qu’on lui laisse sa chance.

Ceci étant mentionné, la nature des réactions suscitées par sa nomination me déçoit énormément. J’illustre ici celles, parmi d’autres, de l’écrivain Michel Jean et de la chroniqueuse Lise Ravary :

Kent Hughes est un Québécois, né à Montréal, où il a grandi. Il y a joué son hockey mineur jusque dans les rangs Midget. Bien que sa langue première soit l’anglais, il parle couramment le français. Dois-je rappeler qu’à ce poste, avant lui, il y avait eu Bob Gainey, Irving Grundman et Sam Pollock ? Deux de ces trois ex-directeurs généraux ont permis à l’équipe de remporter des Coupes Stanley. L’autre l’a fait en tant que joueur et est Ontarien d’origine. Les trois étaient des anglophones bilingues et jamais personne ne le leur a reproché. Scotty Bowman, dont le français est la deuxième langue, est natif de Verdun. Son profil ressemble beaucoup à celui de Hughes. Il fut une époque où plusieurs auraient aimé le revoir dans l’organisation du Tricolore. Probablement que ce serait encore le cas s’il n’était pas âgé de 88 ans.

J’en déduis que le problème de Kent Hughes, aux yeux de plusieurs, est son nom. Hughes, ce n’est pas Darche ou Brière. Ni Roy. Je vous rappelle que le président d’Air Canada se nomme Rousseau, qu’il est né et a vécu la majeure partie de sa vie à Montréal, et qu’il ne parle pas un traître mot de français. Si on reste dans le domaine du hockey, Patrick Marleau, des Penguins de Pittsburgh, est un anglophone unilingue, malgré le fait que lui-même, ses deux parents (Denis et Jeanette), son frère (Richard) et sa sœur (Denise) portent tous des noms à consonance francophone. René Bourque, un ancien joueur du CH, ne parle qu’en anglais, comme Ronald Duguay, l’ex-attaquant des Rangers de New York.

Au prochain repêchage, je demeure persuadé que Hughes ne se présentera pas au microphone en mentionnant que le Canadien de Montréal est fier de «sélecter» tel joueur, contrairement à ce qu’a fait son prédécesseur francophone. Pour l’instant, je me range derrière les observateurs qui prétendent que l’équipe a fait un bon choix en le nommant. Lorsqu’il quittera ses fonctions, son bilan viendra le confirmer ou l’infirmer.


Le baseball majeur a annoncé la mort du projet de garde partagée, entre Montréal et la Floride, des Rays de Tampa Bay. Personne, à part peut-être quelqu’un qui aspirait à un emploi avec la formation, n’est plus déçu que moi de voir s’envoler le rêve d’accueillir de nouveau une équipe de la MLB à Montréal. Toutefois, sans dire qu’il fallait s’y attendre, il ne faut pas non plus s’en étonner. L’idée était peut-être trop novatrice pour ce milieu si conservateur.

Ce qui m’a étonné, en revanche, c’est la réaction du porte-parole du Groupe Baseball Montréal

Et je cite :

« On croyait tellement à ce plan, qu’on n’a pas de plan B. »

Stephen Bronfman, homme d’affaires montréalais, le 20 janvier 2022.

Si des gens d’affaires aussi aguerris n’ont pas prévu de plan B, c’est peut-être parce qu’ils ne sont pas les personnes de la situation pour mener à bien ce projet de retour. À moins qu’ils ne cachent leurs intentions et que le plan B soit une équipe à temps plein à Montréal. L’optimiste et amateur de baseball en moi a bien envie d’y croire !


Dans le cours de français

Les verbes du 1er groupe comprennent tous ceux se terminant en _er à l’infinitif, à l’exception du verbe aller. Au présent du mode impératif, on conjugue à partir du tableau des terminaisons suivant :

Source : Alloprof

Le verbe défier, qui est un verbe du 1er groupe, se conjugue défie, défions, défiez, à l’impératif. Voici ce que la compagnie de jeux Hasbro en a fait, tant sur son site Internet que sur son application mobile :

Source : Hasbro

#LeProfCorrige

Ici, en vertu de la règle expliquée plus haut, on aurait dû lire Défie la compétition!, plutôt que Défi la compétition!


Dans le cours de musique

Comme plusieurs, l’annonce du décès de Karim Ouellet, cette semaine, m’a surpris et secoué. Il y a longtemps que je songeais à en faire un sujet de ma #musiquebleue hebdomadaire, mais ses dernières sorties musicales datant de plus de cinq ans, j’attendais l’arrivée imminente d’un nouvel album. J’espère qu’un posthume nous surprendra un jour.

Je vous présente donc ma chanson favorite de son répertoire. Il s’agit de Karim et le loup, de son album Trente, sorti en octobre 2016. Ironiquement, la pièce que j’avais prévue initialement pour ce billet s’en trouve repoussée pour une troisième fois depuis le printemps dernier.

Karim Ouellet – Karim et le loup – Trente – #musiquebleue

En supplément, je vous offre le lien vers la reprise de la chanson Si fragile, de Luc De Larochellière, par Karim Ouellet. Chanson de circonstance.

Voir et entendre Si fragile, par Karim Ouellet, dans le cadre de l’émission Pop de jam.


La bonne nouvelle de cette semaine

Quelques heures avant l’annonce gouvernementale indiquant que le système hospitalier québécois s’apprêtait à « donner des soins B plutôt que A+ », le quotidien La Presse publiait un reportage présentant le projet-pilote COVID à domicile de l’Hôpital général juif de Montréal. L’institution n’offre ni plus ni moins que des soins à distance, la technologie reliant une équipe médicale complète à un patient confortablement installé dans sa résidence.

Selon le projet, de l’équipement médical est prêté au patient. Ce matériel communique en temps réel ses signes vitaux et plusieurs autres données au centre hospitalier. De là, l’équipe soignante peut elle-même ajuster les appareils ou joindre le malade, par téléphone ou par visioconférence. Un protocole de retour rapide à l’hôpital est également établi, au cas où il s’avérerait nécessaire.

Avec des résultats concluants, la mise en place permanente de ce service permettrait à l’Hôpital général juif de soigner chez eux une cinquantaine de patients atteints de la COVID, ce qui lui libérerait autant de lits et éviterait un délestage important.

Lire le reportage de La Presse


Billet du 14 janvier 2022 : Merci, Docteur

Voici la recette d’un bon plan de communications.

Lundi soir, les médias annoncent la démission du directeur national de la santé publique, le docteur Horacio Arruda. Vérification faite, ce dernier a écrit une lettre dans laquelle il offre au premier ministre la possibilité de le remplacer, tout en mentionnant clairement son intention de continuer de servir la population québécoise. Le premier ministre accepte la « démission ».

Mardi, le premier ministre précise que le départ d’Arruda suit une décision prise d’un commun accord. Au cours de la même rencontre de presse, François Legault annonce l’imposition d’une « contribution santé » aux non-vaccinés. La surprise est grande et le départ d’Horacio Arruda est éclipsé.

Mercredi, autre effet de surprise quand le ministre Éric Girard déclare qu’il a un rendez-vous à distance avec le commissaire de Ligue nationale de hockey, Gary Bettman, afin de parler d’un éventuel retour des Nordiques de Québec. Une nouvelle sortie de nulle part écarte encore une fois des discussions le départ d’Horacio Arruda.

Mercredi soir, alors que le monde de l’éducation commence à s’impatienter en attendant qu’on lui confirme si, oui ou non, le retour des cours dans les écoles aura bel et bien lieu le lundi 17 janvier, la nouvelle fuit dans les médias. Arruda passe de nouveau au second plan.

Jeudi, un point de presse initialement prévu à 17 heures est devancé à 15 heures. Le premier ministre confirme la réouverture des écoles, mais également la levée du couvre-feu et, autre élément surprise, l’imposition du passeport vaccinal dans la plupart des commerces à grande surface. Du coup, Docteur Horacio sombre dans l’oubli.

Et personne ne relève que son successeur, le docteur Luc Boileau, malgré ses grandes compétences, est aussi le père de Marjaurie Côté-Boileau, la directrice des communications du ministre de la Santé. On se trouve à tout le moins dans une situation d’apparence de conflit d’intérêts, à partir du moment où un débat s’ouvre sur l’indépendance du directeur national de la santé publique.

Horacio Arruda s’est attiré son lot de critiques au cours des 22 derniers mois. Admettons-le, plusieurs d’entre elles trouvaient leur justification. Cependant, nous devons dans l’ensemble lui reconnaître un bilan positif, dans une situation inconnue et difficile. Tout ceci s’ajoute à son travail lors de la tragédie de Lac-Mégantic, ainsi qu’à son expertise fournie lors des gestions des crises du SRAS, en 2003, et de la grippe H1N1, en 2009. Il s’est donné corps et âme dans ses fonctions et de sincères remerciements de tout le Québec lui reviennent de tout droit.

Pour une rare fois, on peut se désoler qu’une recette ait connu un franc succès.


Dans le cours de français

Quand on se compare, on se console.

Les mesures sanitaires imposées aux enseignants français sont à l’origine d’une grève d’une journée et d’une grogne généralisée chez mes collègues de l’Hexagone. Un directeur d’école a utilisé une expression qui a retenu mon attention, dans une déclaration qui a fait le tour de la francophonie.

Et je cite :

«Le gouvernement annonce des choses, mais on ne réfléchit pas à ce que cela signifie pour les personnels sur le terrain : c’est infernal ce qu’on nous demande et donc ça part à vau-l’eau.»

Olivier Flipo, directeur d’une école parisienne, le 13 janvier 2022.

Que signifie partir à vau-l’eau ?

Au sens propre, on va à vau-l’eau quand on suit le courant d’une rivière, dans une vallée. Au sens figuré, une situation va à vau-l’eau quand elle se dégrade, ou lorsqu’elle part à la dérive.

J’ajoute l’expression à mon lexique.


Dans le cours d’univers social

La situation mondiale jette une morosité de plus en plus prononcée sur les différentes populations. Et pour cause. Vivons-nous actuellement les pires années de l’histoire de l’humanité ? Probablement pas. En 2018, une équipe de l’Université Harvard, dirigée par l’historien et archéologue Michael McCormick, avait statué que le titre de pire année vécue sur Terre revenait à l’an 536 après Jésus-Christ. Bien sûr, cette recherche a été menée avant la pandémie de COVID-19. Mais quand on regarde la liste des événements et catastrophes qui ont marqué la planète durant plusieurs décennies à partir de 536, on constate que le coronavirus a encore beaucoup de chemin à parcourir pour créer autant de ravages.

D’abord, une grande partie de la planète s’est trouvée privée de chaleur et de lumière pendant plus de dix-huit mois, en raison d’un mystérieux brouillard de poussière qui s’est répandu et a persisté. C’est tout un chaos, dans l’humanité, qui s’en serait suivi. Il semble évident pour les historiens que c’est du résultat de plusieurs éruptions volcaniques que proviendrait la situation.

Quoi qu’il en soit, les années subséquentes ont été marquées par d’imposantes vagues de froid, des famines et, culminant le tout, la peste de Justinien, responsable de plus de 25 000 000 de morts durant deux siècles, ainsi que de la chute de quelques empires.

Quand on se compare …

Lire (en anglais) le reportage du 15 novembre 2018 du Science Magazine


Dans le cours de musique

Il s’appelle Patrick Donovan, elle se nomme Paméla Lajoie. Elle est originaire de Saint-Eustache, il a grandi à Québec. Couple sur scène comme dans la vie, ils forment le duo Kingdom Street. Leur popularité a pris un certain élan quand ils ont assuré la première partie du spectacle du rappeur Flo Rida, en juillet 2019. Leur premier album, Love à donner, regroupe douze chansons, pour la plupart bilingues. Il a été lancé en octobre dernier.

Tirée de cet album, voici la pièce Feu de paille, en #musiquebleue.

Kingdom Street – Feu de paille – Love à donner – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Un adolescent de 14 ans de Mississauga, en Ontario, a trouvé une façon utile et bienfaisante de meubler ses temps libres, durant les dernières vacances des Fêtes. Désirant participer aux efforts communautaires pour améliorer la qualité de l’air, en ces temps de COVID, Shiven Taneja s’est renseigné sur une manière peu coûteuse de construire des purificateurs d’air. Son choix s’est arrêté sur le modèle Corsi-Rosenthal.

Une fois son premier modèle assemblé, le jeune homme a offert ses services sur les réseaux sociaux, s’adressant particulièrement aux aînés et aux petites entreprises. Le prix demandé ? Un maigre montant de 150 $, soit exactement le coût des matériaux. Il offre gracieusement le temps requis pour les achats, la construction et la livraison des prototypes. Il a ainsi reçu plus d’une vingtaine de commandes.

De la graine d’ingénieur et déjà un grand philanthrope.

Voir le projet de Shiven Taneja (Vidéo en anglais)


Billet du 7 janvier 2022 : La tendance est #ostrogoth

C’est le lundi 10 janvier prochain que mes collègues et moi commencerons à temps complet notre enseignement à distance, pour au moins cinq jours. Le retour sur les lieux physiques des écoles est en effet prévu pour le 17 janvier, soit une semaine plus tard. Sera-t-il repoussé ? J’en doute. Malgré le nombre record de cas et les hospitalisations qui franchissent un seuil critique à dix jours de l’événement, gérer l’école à la maison constitue un casse-tête imposant pour bon nombre de parents.

Il faudra donc s’attendre à plusieurs autres éclosions dans les écoles québécoises. En cette année scolaire, j’en suis déjà à mon quatrième segment de calendrier en enseignement à distance, mon deuxième pour la classe complète. Je me considérerai comme chanceux si ça s’arrête là. Je le souhaite. Mais si apprendre à vivre avec le virus signifie basculer d’une manière à l’autre au gré de ses floraisons, mes collègues et moi aurons développé une magnifique expertise en quelques mois.


Dans le cours de français

Le mot de la semaine est ostrogoth.

C’est un mot que j’ai lu et entendu plusieurs fois dans ma vie, sans jamais connaître sa véritable signification, outre son usage comme nom propre. L’amateur de Tintin que je suis a depuis longtemps noté son utilisation courante dans les litanies injurieuses du capitaine Haddock. Le mot s’écoute également dans la chanson Vade retro, un vieux succès de Joe Dassin.

Un ostrogoth, selon le Robert, est une personne ignorante et bourrue. On lui accole le synonyme d’olibrius, une autre injure du vieux compagnon de Tintin. Chez Larousse, on précise qu’il s’agit d’un homme qui ignore les bienséances et la politesse. En guise d’équivalences, on y mentionne butor, énergumène, malotru, mufle et pignouf.

Si le capitaine Haddock s’était recyclé en commandant de bord d’un avion, sans doute aurait-il vociféré cette suite d’épithètes à un certain groupe de passagers.


Dans la cour de récréation

Le Canadien de Montréal a créé une rare et positive unanimité, cette semaine, en recrutant la journaliste Chantal Machabée comme vice-présidente aux communications. Certaines mauvaises langues ont prétendu qu’il aura fallu le congédiement de Trevor Timmins pour qu’enfin l’équipe repêche un élément clé pour sa formation, ce qui m’a quand même fait esquisser un léger sourire. Au-delà des qualités de madame Machabée et de la bourrasque de fraîcheur qu’elle fera entrer avec elle au Centre Bell, je me réjouis pour les jeunes et talentueuses Andrée-Anne Barbeau et Daphnée Malboeuf, qui auront toutes les deux l’occasion de prendre du galon au Réseau des sports (RDS). Avec Élizabeth Mantha qui, cette semaine aussi, est devenue la première femme à intégrer le groupe d’arbitres de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), c’est un pas de géant vers l’avenir pour les femmes, le hockey et le sport en général qui a été effectué.


Dans le cours de français, deuxième période

Fini les données officielles quotidiennes sur la COVID !

Finies les données officielles quotidiennes sur la COVID !

Fini, les données officielles quotidiennes sur la COVID !

Finies, les données officielles quotidiennes sur la COVID !

C’est une phrase que j’ai envoyée par message texte, cette semaine, quand j’ai appris que le gouvernement du Québec laissait tomber le bilan quotidien des nouveaux cas, tout en maintenant celui des décès et des hospitalisations. Mais au-delà de la décision gouvernementale, grammaticalement parlant, comment devais-je écrire ma phrase ? En accordant Fini avec données, ou en le gardant invariable ? En le faisant suivre d’une virgule, ou pas ?

Réponse après la bonne nouvelle de la semaine.


Dans le cours de mathématiques

Nous remarquons tous que le prix des aliments grimpe en flèche. Un reportage diffusé sur le site de Radio-Canada vient affirmer que de suivre plus convenablement le Guide alimentaire canadien permettrait à une famille d’économiser plus de 650 $, annuellement. 

L’idée consiste à diminuer la quantité de viande. La nutritionniste interrogée rappelle que le Guide suggère que les protéines animales ne devraient constituer que le quart de l’assiette. C’est en respectant cette proportion et en la remplaçant par des protéines végétales dans trois repas hebdomadaires que les économies se font substantielles. Elle précise qu’il faut toutefois éviter les produits végétariens transformés, souvent plus coûteux.

Lire le reportage sur radio-canada.ca

Consulter le Guide alimentaire canadien


Dans le cours de musique

Un petit reggae un peu «jazzy» pour commencer l’année ? Pourquoi pas ! Surtout que Moto, sorti en octobre, m’offre l’occasion de vous suggérer pour la première fois une pièce de Caracol, une artiste que j’aime beaucoup. 

Caracol – Moto – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Belle histoire de don de soi relatée par Le Journal de Québec, lundi. La scène s’est toutefois déroulée en avril dernier. Au péril de sa vie, un homme atteint de fibrose kystique, avec 20 % de ses capacités respiratoires, a parcouru une certaine distance en courant, avant d’escalader la clôture qui le séparait de la cour arrière de la résidence de sa voisine, afin de venir en aide au fils de cette dernière. L’enfant de trois ans avait perdu conscience après s’être étouffé en avalant un objet qui était demeuré coincé dans sa gorge. L’intervention de Samuel Boisvert a sauvé la vie du jeune garçon.

Alors que le moindre rhume aurait pu lui être fatal, l’homme de 34 ans, habitué de manquer d’air, n’a pensé qu’à l’enfant qui n’arrivait plus à respirer. Monsieur Boisvert a depuis été greffé des deux poumons.

Lire le reportage du Journal de Québec.


Dans le cours de français, troisième période

Les quatre manières d’écrire la phrase mentionnée plus haut sont acceptées. Réglons d’abord le cas de la virgule. La pause qu’elle permet est correcte, sans être essentielle. Son emploi est donc facultatif.

Quant à l’accord, ou pas, de Fini, on peut lire la phrase de deux façons.

En sous-entendant un C’est en début de phrase, (C’est) fini les données officielles quotidiennes sur la COVID!, le participe passé Fini doit demeurer invariable. Alors que si on donne plutôt à la phrase le sens Les données officielles quotidiennes sur la COVID sont finies!, le Fini, même en commencement de phrase, doit s’accorder en genre et en nombre avec données et s’écrire Finies.


Dans le cours de français, quatrième période

Anthony Calvillo est de retour dans le giron des Alouettes de Montréal, ayant accepté le poste d’entraîneur des quarts-arrière de l’équipe. Si je le mentionne ici, c’est parce que Calvillo, un Américain, s’est adressé aux médias dans un très bon français. Il s’est même permis une entrevue de plus de 16 minutes, presque entièrement dans la langue de Molière, sur les ondes du 91,9 Sports.

Chapeau, Anthony !

Entendre l’entrevue d’Anthony Calvillo au 91.9 Sports.


L’image en titre du billet est extraite de l’album Coke en stock, d’après Hergé, éditions Casterman (1958).