Billet du 8 janvier 2021 : Un départ sur les chapeaux de roues

L’année 2021 n’est vieille que d’une semaine que, déjà, elle nous étourdit. À la blague, Simon-Olivier Fecteau écrivait sur Twitter, mercredi, qu’après six jours en 2021, il disposait de suffisamment de matériel pour écrire le prochain Bye bye. À elle seule, cette journée de mercredi a marqué l’actualité pour longtemps. Le couvre-feu imposé par le gouvernement du Québec et l’invasion du Capitole à Washington ont monopolisé presque l’intégralité des bulletins de nouvelles et des fils d’information. Ceci est sans compter l’appel téléphonique particulier du président américain au secrétaire d’État de la Géorgie.

Que retiendrons-nous de tout cela l’an prochain, à pareille date ?


Dans le cours d’univers social

Pour la première fois de son histoire, le Québec se voit imposer un couvre-feu. Ainsi, dès demain, et au moins jusqu’au 9 février, toute personne trouvée hors de chez elle entre 20:00 et 5:00 le lendemain devra se justifier et risquera une amende variant entre 1 000 $ et 6 000 $ en cas de justification insuffisante. Si cette mesure soulève des interrogations chez plusieurs, j’admets n’être aucunement étonné. Selon un sondage Léger, près d’un Canadien sur deux (48%) a rendu visite à des membres de sa famille vivant dans une autre bulle, durant le dernier temps des Fêtes.

L’étude ne mentionne pas les chiffres pour le Québec uniquement, mais on peut supposer, à la lumière des statistiques canadiennes, que les règles y ont également été transgressées au-delà du raisonnable. À partir de là, il devenait plus facile de les faire appliquer avec une mesure comme un couvre-feu qu’en demandant aux forces de l’ordre de frapper aux portes pour trouver les rassemblements illégaux. Ainsi, une personne devra se justifier non pas si elle se trouve ailleurs, mais dès qu’elle n’est pas chez elle, même sur la voie publique. Et les dernières statistiques québécoises montrent que si les aînés sont encore les plus durement touchés par le virus, celui-ci atteint les plus jeunes dans une beaucoup plus grande proportion qu’il ne le faisait lors de la première vague.

Ces plus jeunes sont possiblement plus enclins à se trouver à l’extérieur en soirée et ainsi hausser les risques de propagation.

Maintenant, il s’agit là d’une interprétation de ma part. Comme l’a mentionné le Docteur Arruda, aucune donnée scientifique ne vient pour le moment confirmer l’efficacité d’un couvre-feu. Je suis toutefois porté à faire confiance aux gens qui ont avancé cette solution. En autant qu’ils sachent reculer advenant l’absence de résultats tangibles.


Dans le cours d’univers social, deuxième période

L’autre nouvelle me laisse sans mots. Presque tout a été dit sur l’insurrection de mercredi, à Washington.

Où se situent les États-Unis dans la liste des plus grandes puissances économiques, militaires et nucléaires au monde ? En tête ou tout près. Cette grande puissance a maintenant acquis le statut de risée mondiale. Après avoir incité ses ouailles à commettre ce saccage et cet affront à la démocratie, par pur narcissisme, Donald Trump a maintenant officiellement du sang sur les mains. Au moment où j’écris ces lignes, cinq personnes ont trouvé la mort dans ce soulèvement.

Au-delà des tractations pour le destituer et le priver de ses derniers jours de mandat présidentiel, une question se pose : qu’allons-nous retenir de ces événements ? Le despotisme du 45e président ou la date du 6 janvier 2021 ? Le fait de tout lier à l’individu fermera le chapitre dès qu’il aura quitté ses fonctions. Par contre, si ses disciples poursuivent la « mission », le 6 janvier 2021 risque de passer à l’histoire comme d’autres dates célèbres qui ont secoué le monde.

Sur la photo de gauche, des manifestants pro-Trump qui ont facilement pu pénétrer dans l’enceinte du Capitole, mercredi. Sur la photo de droite, l’escalier à l’extérieur de ce même Capitole, en juin dernier, lors de la manifestation Black Lives Matter. Le traitement est nettement différent, selon les groupes impliqués, la garde nationale ayant été appelée d’avance en juin et beaucoup trop tard cette semaine.


Et je cite :

« C’est lui qui a causé la double défaite républicaine en Georgie, mais il se fout de la Georgie, il se fout du pays, il s’occupe de Donald J. Trump. »

Michael Ian Krauss, professeur de droit à l’Université George Mason, à propos de Donald Trump, le 6 janvier 2021

Dans le cours de français

Je l’ai mentionné plusieurs fois et je le répète, la plupart des fautes d’orthographe ou de grammaire que je dénonce et que je corrige dans les pages de mon blogue sont dues à un laxisme dans la révision de la publication. Quand il s’agit d’un grand média, c’est d’autant plus déplorable. Vendredi dernier, j’ai lu cet article sur lapresse.ca. Le dernier paragraphe en contient une belle, qui n’est toujours pas corrigée, une semaine plus tard.

#LeProfCorrige

Ici, on aurait dû lire «…les tribunaux ont systématiquement rejeté les recours…», et non «…les tribunaux ont systématiquement rejetés les recours…». Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde avec le complément direct seulement si celui-ci est placé avant le verbe. Dans ce cas-ci, le complément direct (les recours du président) est placé après le verbe. Le participe passé rejeté demeure donc invariable.

En voulez-vous une autre ? Celle-ci vient du compte Twitter du sondeur Jean-Marc Léger.

#LeProfCorrige, encore

Ici, les verbes infecter et tuer n’ont aucune raison d’être conjugués au pluriel. Ils s’accordent avec pandémie, qui est au singulier. On aurait donc dû lire « Pendant que la pandémie infecte plus de 200 000 personnes par jour et en tue 3 000, …», sans les virgules dans les nombres. Les virgules dans les nombres entiers, c’est la façon anglaise de les écrire.


Dans le cours de musique

Un peu de musique baroque pour commencer l’année ? Le trio montréalais Les Barocudas a lancé en octobre l’album La Peste, regroupant neuf extraits d’oeuvres de compositeurs moins connus que les Bach, Vivaldi ou Albinoni. L’album est disponible sur toutes les plateformes, ainsi que chez les disquaires, mais on peut l’écouter en entier sur la chaîne YouTube de la violoniste du groupe.

Avec Marie Nadeau-Tremblay au violon, Nathan Mondry au clavecin et Ryan Gallagher à la viole de gambe, voici en #musiquebleue Sonatae unarum fidium seu (Excerpts) : No. 3, du compositeur autrichien Johann Heinrich Schmelzer.


La bonne nouvelle de cette semaine

On reste dans la musique classique. La nouvelle est tombée hier, Rafael Payare, 40 ans, succédera à Kent Nagano à titre de directeur musical de l’Orchestre symphonique de Montréal. Depuis l’annonce du départ du maestro Nagano, je souhaitais l’arrivée d’un successeur qui poursuivrait son travail de démocratisation de l’OSM. Son style un peu excentrique n’est pas sans rappeler celui de Yannick Nézet-Séguin à ses débuts avec l’Orchestre métropolitain.

Rafael Payare a déjà dirigé l’OSM à quelques reprises, à titre de chef invité. Il le fera une fois de plus dimanche après-midi, lors d’un concert gratuit sur Facebook Live, alors qu’il dirigera la 1re Symphonie de Brahms.


Billet du 25 septembre 2020 : Ces titres qui disent tout… ou rien

Dans le cours de français

Le roi est mort, vive le roi !

Après avoir utilisé ce mot dans de nombreux questionnaires à travers les années, tant auprès de mes amis que de mes élèves, anticonstitutionnellement vient d’être détrôné comme plus long mot du dictionnaire de la langue française. Désormais, il faudra concéder ce titre à son nouveau tenant, intergouvernementalisations.

Intergouvernementalisations, 27 lettres, bat ainsi son prédécesseur par deux lettres. Je n’ai toutefois pas encore compté la différence de points au Scrabble.


Dans le cours de sciences

On attendait la deuxième vague de Covid-19 quelque part en automne, au Canada. C’est finalement la veille de l’équinoxe, soit le 21 septembre, que le Docteur Horacio Arruda confirmait l’arrivée de cette deuxième vague au Québec.

Le même jour, l’université McGill publiait les résultats d’une recherche sur l’origine des premières souches, en sol québécois. Selon le document, c’est le retour de vacances de 247 personnes autour de la semaine de relâche, en mars dernier, qui serait responsable de l’entrée du virus au Québec. Six mois plus tard, 69 670 Québécoises et Québécois ont été infectés.

Si 247 personnes sont ainsi responsables de la transmission rapide du coronavirus à près de 70 000 concitoyens, les résultats de cette recherche constituent un excellent plaidoyer pour le respect des règles sanitaires. Ce virus se propage de toute évidence à une vitesse fulgurante. Pour chaque Erin O’Toole ou Yves-François Blanchet qui ne semble pas trop affecté par la maladie, se trouve un Pierre Bernardin qui l’a subie beaucoup plus durement ou un Don Béni Kabangu Nsapu qui, malgré sa jeunesse, n’y a pas survécu.

Porter le couvre-visage, se laver souvent les mains et restreindre au maximum ses sorties est un bien petit prix à payer si on veut éviter un autre confinement.


Et je cite :

« Je ne sais pas si le gouvernement sait que tout le monde ne réagit pas de la même façon à la couleur orange. La moitié des gens vont freiner par prudence. L’autre moitié va accélérer pour en profiter avant que ça passe au rouge ! »

Louis T., humoriste, le 22 septembre 2020

Dans le cours d’éducation physique

Mon passé de journaliste m’a appelé à couvrir les activités de l’Armada de Blainville-Boisbriand lors de ses six premières saisons dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Durant ces années, j’ai eu à me rendre à quelques occasions à l’aréna Robert-Guertin, à Gatineau, lorsque l’équipe y affrontait les Olympiques. Le «Vieux Bob», comme on l’appelle familièrement, conserve de précieux moments historiques sous son toit et entre ses murs. Un tournoi de la Coupe Memorial s’y est tenu en 1997, tournoi d’ailleurs remporté par les Olympiques. Des joueurs qui ont connu une brillante carrière dans la LNH y ont évolué. Parmi eux, notons Luc Robitaille, José Théodore et Claude Giroux. De grands entraîneurs comme Pat Burns, Alain Vigneault et Claude Julien y ont fait leurs premières armes.

Ayant atteint sa fin de vie utile, l’aréna sera bientôt démoli et ses locataires seront relocalisés dans un nouvel amphithéâtre. Le nom du nouveau domicile des Olympiques de Gatineau a été dévoilé cette semaine. Ce sera le Centre Slush Puppie.

Ai-je besoin de préciser que ce nom est loin de faire l’unanimité. Des amateurs de l’endroit s’imaginent déjà les adversaires se payer leur tête. D’autres critiquent le choix d’un nom anglophone. Certains, cependant, trouvent normal qu’un commanditaire affiche son nom. Là-dessus, moi aussi. Un journaliste s’est avancé en prétendant que Centre Slush Puppie, ce n’est pas différent de Colisée Desjardins, Centre Air Creebec ou Aréna Iamgold, noms d’autres résidences d’équipes de la LHJMQ. Là, je décroche.

Que le nom soit anglophone m’importe peu, si le commanditaire détient son siège social au Québec ou dans l’Est du Canada. Slush Puppie est une entreprise purement américaine, bien qu’elle possède une installation en Outaouais. Le nom de l’amphithéâtre d’une équipe de la LHJMQ constitue une importante vitrine pour son commanditaire. Je suis d’avis qu’une compagnie d’ici aurait dû bénéficier de cette visibilité.


Dans le cours de français, deuxième période

Dans un texte littéraire, au Canada, peut-on décrire une scène d’inceste ou de viol d’un enfant sans enfreindre le code criminel ? Oui, selon le juge Marc-André Blanchard, au grand soulagement de l’auteur Yvan Godbout et de l’éditeur AdA. J’admets ne pas avoir lu le roman en question, une version d’épouvante d’Hansel et Gretel destinée aux adultes. Je n’ai pas envie de le faire non plus. Toutefois, je partage l’avis de celles et ceux qui trouvaient exagérées les accusations de production et de distribution de pornographie juvénile contre l’auteur et un dirigeant de la maison d’édition. Dans une décision rendue hier, le juge Blanchard abondait dans le même sens.

C’est suite à une plainte d’une enseignante qu’Yvan Godbout a été arrêté et accusé, il y a 18 mois. L’extrait litigieux tient en un paragraphe sur 240 pages de texte et, de l’avis de plusieurs, constitue davantage une dénonciation qu’une ode, malgré un libellé très explicite. J’ai d’ailleurs été étonné que l’affaire se rende jusqu’au procès.

Les deux accusés risquaient jusqu’à 14 ans de prison.


Dans le cours de français, troisième période

Plus jeune, j’ai lu plusieurs romans d’Agatha Christie. Cette semaine, c’est un peu par hasard que je suis tombé là-dessus :

Le changement de titre est récent, soit un mois, selon ce que j’ai pu découvrir. À l’intérieur, le mot nègre, qui apparaissait 74 fois, a été remplacé par soldat.

C’est particulier de voir un grand classique de la littérature être rebaptisé et retouché. Mais dans le contexte actuel, notamment avec le mouvement Black Lives Matter, c’était inévitable. Et souhaitable.

Je suis allé faire une recherche pour en connaître un peu plus sur les origines du mot nègre qui, à ce qu’on m’avait déjà dit, n’aurait pas toujours présenté la connotation péjorative et raciste qu’on lui connaît depuis longtemps. C’est Wikipédia qui a selon moi le mieux résumé l’historique. En créole haïtien, le mot neg signifie simplement homme. L’influence de la langue anglaise est à l’origine de la connotation d’aujourd’hui. Certaines expressions, comme la couleur tête de nègre, travailler comme un nègre ou l’art nègre seraient semble-t-il des expressions toujours considérées comme étant correctes, bien qu’il existe des équivalences plus appropriées qu’il est convenu d’utiliser.

Comment aurait réagi Madame Christie si elle avait appris cet important changement à l’une de ses oeuvres les plus connues ? Je l’ignore, mais c’est tout de même un de ses descendants qui en a fait l’annonce. Il faut saluer cette ouverture.


Jouons avec les mots

Qui a trouvé l’anagramme de soigneur ? La réponse est guérison.

Pour le défi de cette semaine, je vous reviens avec une autre anagramme, toujours en lien avec la santé. Alors, quelle est l’anagramme de endolori ? Je vous rappelle que la réponse doit contenir les mêmes lettres.


Dans le cours de musique

Il y a longtemps que je me la promettais, celle-là. L’album Enfin septembre, de la pianiste Lucie Cauchon, tourne régulièrement chez moi. Longtemps associée au Cirque Éloize ainsi qu’à de grandes productions musicales, dont Mary Poppins, Lucie Cauchon a collaboré avec de nombreux artistes québécois, avant de lancer son propre album, en septembre 2014. La musique d’Enfin septembre m’accompagne tant pour un souper du samedi soir que lors des corrections des travaux de mes élèves. Ses notes se sont aussi fréquemment fait entendre dans mon automobile.

Je me paie ce plaisir en vous présentant non pas un extrait, comme c’est mon habitude, mais l’album au complet, à partir de la page Bandcamp de l’artiste.

#Musiquebleue


La bonne nouvelle de cette semaine

Source de l’image : Andrew Beattie, Facebook

Un Américain de l’Ohio, inquiet de voir les célébrations de l’Halloween être remises en question cette année en raison de la pandémie de Covid-19, y est allé d’une invention particulière afin de permettre aux enfants de se présenter chez lui pour la traditionnelle cueillette de bonbons, tout en respectant les règles de distanciation. En modifiant sa rampe d’escalier pour y inclure un tube sur toute sa longueur, Andrew Beattie peut ainsi acheminer des friandises dans les sacs de ses jeunes visiteurs sans que ces derniers n’aient à s’approcher de sa porte d’entrée.

Bien sûr, les autorités se pencheront tout de même sur la question de l’annulation de la fête pour cette année. Mais ce qui m’interpelle dans cette nouvelle, c’est de constater qu’en ces temps plus difficiles, des gens prennent le temps de chercher des solutions pour illuminer la vie des autres, notamment celle des enfants.


Billet du 15 mai 2020 : Haut les masques !

Après l’école

La journée est terminée. Les travaux aussi. Je peux enfin prendre du temps pour moi. Je suis seul chez moi. Je mets de la musique et je danse. Jusqu’ici, ça va ? Je continue.

En ce temps de confinement, un ami m’appelle en vidéoconférence. Il voit que je danse. Nous décidons de nous amuser et de monter une chorégraphie à distance. Ça va toujours ?

Une fois la chorégraphie complétée, nous nous installons chacun devant l’écran de notre tablette électronique, nous exécutons la chorégraphie chacun de notre côté et nous rions beaucoup. À distance. Un problème ?

Mon ami propose de refaire la danse, de l’enregistrer et de la déposer sur sa chaîne YouTube. D’accord, là, peut-être que ça en chatouillera certains. Parce que sur mon lieu de travail, je dois maintenir une certaine prestance. Mais je décide d’y aller quand même ! Je suis chez moi, après le travail, et je ne fais qu’une vidéo de danse, après tout.

Tout ce qu’il y a de plus légal, honnête, drôle et sain. Oui, sain. Parce qu’enfin, j’ai l’occasion de me détendre.

Ceci est une histoire vécue. Pas par moi, mais par quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui a été blessé parce qu’on lui a reproché de se laisser aller publiquement, alors qu’il avait encore beaucoup de travail à faire. Pourtant, sa journée de travail était terminée. Cette même personne a été meurtrie. Meurtrie d’avoir été pointée du doigt parce qu’elle s’amusait, alors que des gens mouraient. Pourtant, quiconque s’amuse ou se détend le fait pendant que d’autres gens meurent. Peu importe le moment ou le lieu. Ainsi va la vie.

Et à celles et ceux qui seraient tentés de condamner cette personne parce qu’elle s’exhibe en dansant ou en remerciant un entrepreneur qui lui a fait parvenir six cannettes de bière, dites-vous que ceci est bien peu de choses, en cette ère de vedettariat instantané et de télé-réalité.

La question qu’il faut se poser est la suivante : Avons-nous confiance en cette personne quand elle est au travail ?

En ce qui me concerne, c’est clair. Le docteur Arruda a toute ma confiance. Ce qu’il fait chez lui, à l’extérieur de ses heures de travail, ne regarde que lui.


Dans le cours d’univers social

Dans mon billet de la semaine dernière, je faisais état du grand succès de la Corée du Sud à gérer la crise de la COVID-19. Sans statuer sur ce que constitue une bonne ou une mauvaise décision pour ce faire, ce n’est pas mon rôle et je n’en ai pas les compétences, j’avais tout de même dressé une liste des actions prises par cet état oriental. En tête de liste, un dépistage massif et le port généralisé du couvre-visage.

Depuis la semaine dernière, deux éléments en lien avec le contenu de mon billet sont venus ponctuer l’actualité. D’abord, le pays a procédé à la fermeture de tous ses bars et restaurants, après qu’un client eut infecté à lui seul une soixantaine de personnes en se rendant dans certains de ces établissements. Ensuite, le Québec a orienté deux de ses stratégies de la semaine vers… une hausse des tests de dépistage et une forte incitation au port du couvre-visage.


Dans le cours de mathématiques

Le directeur national de la santé publique du Québec, le docteur Horacio Arruda, martèle depuis deux semaines qu’il veut voir passer le nombre quotidien de tests de dépistage de 6 000 à 13 000. Mercredi de cette semaine, on n’y était toujours pas parvenu, ce qui a soulevé l’ire du premier ministre, lors du point de presse du jour. François Legault a cependant tenu à relativiser la situation, en lançant quelques chiffres sur la performance du Québec au niveau du dépistage, si on la compare aux autres provinces canadiennes.

Là-dessus, il a raison, comme le démontre le tableau suivant :

Toutefois, tant qu’à se comparer, aussi bien le faire avec les meilleurs. Une recherche en ligne permet de trouver facilement les pays offrant le meilleur taux de dépistage de la COVID-19 parmi ses citoyens. Sur le graphique, en plus du Québec et du Canada, j’ai ajouté, toujours pour fins de comparaison, les États-Unis, la France et la Corée du Sud. En disposant les données dans ce tableau, voici ce que ça donne :

Source : Our World in Data. Selon l’endroit, les données sont celles du 11, 12 ou 13 mai 2020.

Les pays dont nous entendons beaucoup parler se trouvent loin derrière l’Islande, le Bahreïn et le Luxembourg quant au nombre de personnes testées par bloc de 100 000 habitants.

À mon tour, je relativiserai deux éléments. Le premier est que je suis conscient que le nombre d’habitants au kilomètre carré diffère grandement d’un endroit à l’autre. Malgré les chiffres associés au dépistage, ceci peut avoir une incidence importante sur le taux de transmission du virus.

Le deuxième élément, c’est que le taux de dépistage ne peut expliquer à lui seul les succès ou insuccès d’un état au niveau de sa lutte à la COVID-19. À preuve, la Belgique et le Portugal ont beaucoup testé et présentent malgré tout un bilan peu reluisant. À l’inverse, la Corée du Sud, qui présente un des meilleurs bilans dans le monde, a beaucoup moins dépisté per capita, bien qu’en nombres absolus la quantité de personnes testées soit quotidiennement jusqu’à dix fois supérieure à celle du Québec.

C’est là que le masque entre en ligne de compte.

Dans le cours d’éthique et culture religieuse

C’est d’éthique dont il sera surtout question. De transparence, en particulier. Rappelez-vous au début de la crise, les autorités québécoises, tout comme celles de la France, répétaient à qui mieux mieux que le masque ne servait pas à grand chose. Aujourd’hui, on le « recommande fortement » et on jongle avec l’idée de l’imposer. À mots à peine couverts, on a laissé entendre qu’on avait craint la pénurie, en début de crise, et qu’on avait alors opté la stratégie de l’inutilité.

La transparence de François Legault, si appréciée en mars et en avril, commence à s’embuer un peu. Et si je maintiens que ses actions et ses décisions demeurent dignes de confiance, une partie de la population québécoise commence à penser autrement, si on en croit le dernier sondage hebdomadaire de la firme Léger. Avec un pourcentage de satisfaction qui frôlait la perfection à 95% le 13 avril dernier, le premier ministre a vu ce pourcentage s’effriter à 92% le 20 avril, 91% le 27 avril, 88% le 4 mai et 77% le 11 mai. Notez que cette dernière marque ferait quand même l’envie d’un bon nombre de chefs d’états, mais la chute de 18 points en l’espace de quelques semaines a tout de même fait glisser François Legault du premier au quatrième rang des premiers ministres canadiens, derrière John Horgan, Scott Moe et Doug Ford.

Néanmoins, je ne peux aucunement blâmer le duo Arruda-Legault d’avoir agi de cette façon au sujet des masques. Si de simples rumeurs ont réussi à créer des pénuries de papier hygiénique, de farine et de sachets de levure partout au Québec, en mars et en avril, imaginez ce qu’une réelle préoccupation sur l’utilisation des masques aurait pu causer comme tort au domaine médical et à la suite des choses. De deux maux, il faut choisir le moindre et assumer les conséquences du choix.


Dans le cours de sciences et technologie

En quoi le couvre-visage est-il utile ? Des images ont circulé sur Internet, au cours des dernières semaines. J’en publierai une ici, après une mise en garde, cependant. Si l’utilité des masques est convenablement présentée dans cette succession de pictogrammes, les pourcentages qui les accompagnent ne sont pas scientifiquement démontrés. Plusieurs sources ont pris la peine de le mentionner.

Alors tenez compte de ce qui suit, mais ne vous accrochez pas trop sur les chiffres. Et surtout, par respect pour les autres, prenez l’habitude de porter un couvre-visage quand vous sortez.


Dans le cours de sciences et technologie, 2e période

Cette semaine, un ami a publié quelque chose d’intéressant sur ses réseaux sociaux. Il a en fait exprimé une crainte tout à fait légitime. Le site du gouvernement du Canada se veut cependant rassurant.

Mon ami revenait sur le fait que le coronavirus pouvait se transmettre d’humain à animal. Il s’inquiétait ainsi de la possibilité de voir le virus s’attaquer aux fermes d’élevage. Il imaginait déjà la catastrophe, étant donné la difficulté, voire l’impossibilité de maintenir un troupeau de bêtes à distance de deux mètres dans un enclos.

Le site canadien de la santé publique minimise les risques, du moins pour le moment. S’il est vrai que quelques cas de transmission de la COVID-19 d’un humain à un animal ont jusqu’à présent été recensés, rien ne permet d’affirmer que l’inverse est possible. Ainsi, malgré ce qu’on a pu lire ou entendre au sujet des chauves-souris et des pangolins, rien ne prouve pour l’instant qu’un animal pourrait transmettre la maladie à un humain. On continue d’étudier la question. Également, quelques études auraient avancé que les porcs, les canards et les poulets ne seraient pas sensibles au virus.

Plusieurs études demeurent à l’état embryonnaire et des conclusions devraient être publiées au cours des prochains mois.


Dans le cours de musique

Mon premier contact avec Catherine Major remonte à une douzaine d’années. Elle assurait alors la première partie d’un spectacle de Michel Fugain, auquel je m’étais rendu assister. Tout m’a séduit chez elle. Sa musique, les paroles de ses chansons et, surtout, sa façon de les interpréter, avec une passion peu commune. J’ai eu le privilège de la revoir en spectacle et chaque fois, elle a su m’éblouir par sa générosité.

Aujourd’hui, 15 mai 2020, Catherine Major lance son 5e album, intitulé Carte mère. Grâce aux privilèges qu’offrent l’achat en ligne, il se trouve déjà dans mes listes de lecture ! En #MusiqueBleue cette semaine, c’est une chanson extraite de cet album que je vous propose. Elle a pour titre Moi non plus.

La bonne nouvelle de cette semaine

Elle sera brève. Mais si je me fie à ce que j’ai lu sur les réseaux sociaux depuis mercredi, elle fait de nombreux heureux. Ainsi, plusieurs sports, dont le tennis et le golf, pourront recommencer à être pratiqués dès la semaine prochaine, partout au Québec, incluant Montréal. Avec l’été qui approche, ceci constitue un baume sur les blessures des confinés, ainsi qu’un espoir de jours meilleurs pour tous.

Billet du 8 mai 2020 : Et ça continue en Corée encore

C’est que le début d’accord, d’accord.

Qu’est-ce qui continue ? Qu’est-ce qui n’est qu’au début ?

Dans le cours de mathématiques

En guise de préambule, j’ai envie de vous replonger dans quelques statistiques, ce matin. Je vous présente deux des mêmes tableaux que je vous avais présentés dans mon billet du 17 avril dernier, mais ils seront épurés de quelques données et, bien entendu, mis à jour.

Voici d’abord le tableau représentant le nombre de personnes atteintes de la COVID-19, pour chaque tranche de 100 000 habitants. Je n’ai retenu que quatre endroits, soit le Québec, le Canada (incluant le Québec), les États-Unis et la Corée du Sud.

Tableau 1 (Source : radio-canada.ca)

Pour les quatre mêmes endroits, voyez maintenant dans le tableau 2 le nombre de décès par tranche de 100 000 habitants.

Tableau 2 (Source : radio-canada.ca)

Qu’est-ce qui continue en Corée encore ? La ligne. Elle est tout ce qu’il y a de plus continue. Depuis le début de la pandémie, on est loin de la courbe, en Corée du Sud. Par 100 000 habitants, peu de cas, très peu de décès. Tout est linéaire, bien droit.

En fait, la Corée du Sud constitue probablement l’endroit dans le monde qui résiste le mieux à la propagation du coronavirus. Elle avait aussi particulièrement bien résisté à la crise du SRAS, en 2003. Quant au Québec, les tableaux nous indiquent que toute proportion gardée, les statistiques sont maintenant pires que celles des États-Unis, en plus de nuire considérablement au bilan canadien.

Loin de moi l’idée de poser un regard critique sur les décisions du gouvernement du Québec. Je laisse ce soin aux gens qui possèdent les compétences pour le faire. Ce qu’il m’est possible d’avancer, par contre, ce sont toutes les actions prises par les autorités des deux endroits et qui, de toute évidence, ont donné de meilleurs résultats en Corée du Sud. À la fin de mon billet, vous trouverez les références vers tous les articles que j’ai consultés pour rédiger cette section.

Corée du SudQuébec
Population (2019)51,7 millions d’habitants8,5 millions d’habitants
Nombre de cas confirmés (6 mai 2020)10 80035 238
Nombre de décès (6 mai 2020)2552 631
Tableau 3 : Résumé de la situation.

Quelques jours après la confirmation des premiers cas, le Québec a fermé ses écoles, ses commerces, ses entreprises et a décrété un confinement total. De son côté, la Corée du Sud a fermé ses écoles et quelques endroits à risque, comme les centres d’entraînement et les édifices religieux. Les deux endroits ont aussi suspendu les joutes de toutes les ligues sportives. Tout le reste est demeuré ouvert en Corée du Sud, et aucun confinement strict n’y a été décrété.

Pour la suite, la Corée du Sud s’est lancée dans une vaste opération de dépistage. Durant toute la durée de la crise, plus de 60 000 tests ont été réalisés quotidiennement. Au Québec, c’est précisément dix fois moins. Plus tôt cette semaine, le docteur Arruda a indiqué vouloir faire passer le nombre de tests quotidiens de 6 000 à 14 000.

Dès qu’un cas positif est déclaré en Corée du Sud, le malade doit s’isoler et télécharger une application sur son téléphone cellulaire. Cette application permettra en tout temps de géolocaliser ses déplacements et de le contacter pour effectuer un suivi sur son état de santé. La nouvelle loi, votée pour l’occasion, permet également aux autorités de consulter ses relevés de cartes bancaires afin de connaître les commerces qu’il a visités et les terminaux qu’il a pu toucher. Quiconque arrive en Corée du Sud, en provenance d’un autre endroit, est soumis aux mêmes règles, en plus d’être isolé durant 14 jours, que son test soit positif ou non.

Concernant le port du masque et de l’équipement de protection, rappelez-vous comment on a tergiversé au Québec. Au début, on disait que le masque n’était utile qu’au personnel médical. Nous avons eu pénurie. Ensuite, on a convenu que le masque était important pour éviter la propagation du virus. Toutefois, lorsqu’est venu le moment de rouvrir les écoles, on a jugé inutile d’en fournir aux enseignants. On s’est ravisé par la suite.

En Corée du Sud, on recommande à tout le monde d’en porter un. Le gouvernement a vu à les rationner au début de la crise, de manière à s’assurer que tous en possèdent une quantité minimale. On s’est ensuite mis à en produire et à en vendre, tout en s’assurant que les prix demeurent raisonnables et accessibles.

Toujours en Corée du Sud, on procède à des désinfections régulières des lieux privés et publics. Bien qu’on n’ait pas ordonné la fermeture des commerces, il arrive qu’on les ferme une journée afin de pouvoir désinfecter l’endroit.

Aujourd’hui, le Québec est sur le point de procéder à la réouverture de ses commerces et entreprises, de même que des écoles, dès la semaine prochaine pour toutes les régions, sauf celle du Grand Montréal. La Corée du Sud rouvrira également ses écoles la semaine prochaine, bien qu’elle ait vécu la pandémie avec un mois d’avance sur nous.

Selon plusieurs des sources que j’ai consultées, et qui, je le rappelle, seront indiquées à la fin de ce billet, le nombre de tests quotidiens de dépistage constitue un élément important du contrôle de la situation de crise. Sur ce point, le Québec est loin derrière plusieurs autres endroits dans le monde.

Quant à l’utilité du masque, il est de plus en plus établi que son efficacité est presque totale si tout le monde le porte. Une seule couche de tissus retiendrait la plupart des particules, mais deux les empêcheraient carrément de se propager.

Ne me reste qu’à revenir aux questions de départ.

Qu’est-ce qui continue en Corée encore ? J’y ai déjà répondu, c’est la ligne continue des tableaux 1 et 2 qui lui tient lieu de courbe.

Et qu’est-ce qui n’est qu’au début d’accord, d’accord ? Rien, finalement. Je voulais seulement faire un clin d’oeil à Francis Cabrel ! 😉


En journée pédagogique

C’est un retour graduel à la réalité qui s’est amorcé pour les membres du personnel scolaire québécois, cette semaine. Le mot graduel est ici très important. Parce que s’il est acquis que les écoles de la majorité des régions rouvriront leurs portes ce lundi, celles de la grande région de Montréal n’accueilleront pas leurs élèves avant le 25 mai, au mieux.

La réalité sera aussi très différente. D’abord, seuls les services de garde et les écoles primaires rouvriront. Physiquement, du moins. Les écoles secondaires, les cégeps et les universités se tourneront plutôt vers la formation à distance pour compléter la présente année scolaire. Ensuite, plusieurs parents préféreront garder leurs enfants à la maison, pour éviter de les placer dans un milieu où il y a des risques de contagion. En ce qui me concerne, la plupart des parents de mes 25 élèves ont déjà pris une décision finale quant à la présence ou non de leur enfant à l’école, jusqu’au 19 juin. D’autres, je peux les comprendre, hésitent encore.

À l’école où j’enseigne, les effets personnels des élèves qui ne reviendront pas compléter l’année scolaire ont été placés dans des sacs par leurs enseignants. Les sacs des classes situées à l’étage ont été transportés jusqu’au gymnase, afin de faciliter leur récupération par les parents.

De l’horaire habituel, ne demeureront que l’heure d’entrée et l’heure de sortie. On oublie les périodes d’éducation physique, de musique et d’art dramatique. Pour l’anglais, on verra. Il y aura trois courtes récréations, une pour chaque tiers des élèves. Et tous demeureront dans les classes durant les 80 minutes du dîner, peu importe la température et le temps à l’extérieur.

Et surtout, il faut garder tout ce beau monde à deux mètres de distance. C’est la raison pour laquelle mes collègues et moi avons dû réaménager nos locaux en conséquence. Malgré les savants calculs et la maximisation des espaces, nous ne pourrons accueillir que 10 à 12 élèves dans nos classes. Dans mon cas, c’est 11.

« Follow the yellow brick road », dit une réplique célèbre d’un chef-d’oeuvre cinématographique. Avec les nouvelles règles de santé publique, si une file d’attente se dessine quand des parents viendront conduire ou chercher leurs enfants à l’école, chacun devra se placer sur une ligne jaune afin de respecter la distance de deux mètres.

Dans le cours de français

C’est le genre de publicité, remplie d’erreurs de français, qu’on aurait dû corriger avant publication. Celle-ci a été diffusée sur Facebook.

Attention : Ceci n'est pas une commandite de cette page. #LeProfCorrige

#LeProfCorrige

Ici, trois fautes dans une phrase de 21 mots.

Premièrement, on aurait dû voir une virgule après simples, plutôt qu’un point-virgule. Le point-virgule s’utilise pour séparer des propositions qui n’ont qu’un petit lien entre elles, pour mettre en parallèle deux propositions indépendantes ou pour séparer deux propositions lorsque la seconde commence par un adverbe. On ne trouve aucune de ces trois conditions ici.

Ensuite, on aurait dû lire tels, plutôt que tel. Ce mot étant un adjectif, il doit s’accorder avec le nom moments, qui est masculin pluriel.

Finalement, il aurait fallu écrire acquis, plutôt que acquit. Ainsi doit s’écrire le participe passé du verbe acquérir, qui ici s’accorde avec bikini, masculin singulier.


Dans le cours de musique

Un peu de hip-hop, aujourd’hui ? Benny Adam est un Québécois d’adoption. Originaire du Maroc, sa famille s’est établie à Montréal alors qu’il était adolescent. D’abord producteur, ce n’est que l’an dernier qu’il s’est lancé dans l’interprétation. Je vous propose la pièce On m’a dit, extraite du maxi La Barquetterie SS2, lancé il y a moins d’une semaine. #musiquebleue


La bonne nouvelle de cette semaine

L’histoire de Réal Migneault a choqué, puis ému tout le Québec. D’abord appelé au chevet de sa mère mourante, dans un CHSLD, Monsieur Migneault l’a vue prendre du mieux, à mesure qu’il brisait sa solitude de près de deux mois, soit depuis le début du confinement. Âgée de 82 ans et atteinte de la COVID-19, Thérèse Marineau s’était ensuite vue être de nouveau privée de la présence de son fils, les visites n’étant permises que pour les résidents en fin de vie, ce qui n’était plus son cas.

Réal Migneault s’est battu pour recouvrer son droit de voir sa mère, alléguant que sa seule présence lui avait permis de reprendre vie. Quelques jours après avoir obtenu gain de cause, il a reçu la nouvelle tant espérée, Thérèse Marineau, sa mère, est guérie.

Une équipe de la télévision a pu croquer la scène quand Monsieur Migneault a reçu l’appel du médecin de sa mère.

Peut-on souhaiter plus beau dénouement, à quelques jours de la fête des Mères ?

Bonne fête des Mères à toutes celles qui portent ce noble titre.


Références consultées pour la section Dans le cours de mathématiques :

Pandémie de Covid-19 en Corée du Sud, Wikipédia

Covid-19 : Séoul, l’élève modèle dans la lutte contre le coronavirus ?, Sciences et avenir, 11 mars 2020

COVID-19 : dépister massivement, la recette gagnante de la Corée du Sud, radio-canada.ca, 18 mars 2020

Contenir le coronavirus sans confinement, la Corée du Sud l’a fait, Huffpost France, 19 mars 2020

Corée du Sud. pas de confinement mais un dépistage systématique pour endiguer la contamination, L’Humanité, 22 mars 2020

Pandémie de Covid-19 au Québec, Wikipédia

Données COVID-19 au Québec, Institut national de santé publique

Québec, Wikipédia

Corée du Sud, Wikipédia

Billet du 1er mai 2020 : Faire partie de la solution

Dans le cours d’éthique et culture religieuse

Je me suis toujours méfié des gens négatifs. Ils trouvent des problèmes à chaque solution.

Discuter d’un problème peut devenir très constructif si on considère cette action comme amorce ou préalable à une recherche de solutions. On démontre de l’intelligence quand on trouve une solution valable. On fait preuve de cohérence quand on l’applique soi-même. On devient un leader si on convainc une majorité d’y adhérer.

Il existe cependant des situations où le choix ne se présente pas et où l’adhésion devient une obligation. Tout se joue alors dans l’attitude. Il y a celles et ceux qui réagissent négativement et qui déterrent les anicroches à la même vitesse qu’un virus se multiplie. Puis, il y a les gens qui bondissent positivement, se retroussent les manches et voient comme un privilège cette opportunité de faire partie de la solution.

Je serai dans ma classe lundi matin, pour la première fois en près de deux mois, et c’est avec enthousiasme que je me préparerai à accueillir une partie de mes élèves, deux semaines plus tard. Une multitude d’interrogations subsistent, plusieurs inquiétudes aussi. Voire même des craintes, dans certains cas. Mais ne serait-ce que par respect et solidarité envers les travailleurs de la santé et de l’alimentation, entre autres, qui n’ont pas obtenu de repos depuis longtemps, je choisis d’avancer vers l’étape suivante.

Appelez cela de la docilité si vous voulez.

Photo offerte gracieusement par Karel Laflamme.
Photo gracieusement offerte par Karel Laflamme, enseignante.

Dans le cours d’univers social

Si vous voyez dans mes propos du bloc précédent une critique à l’endroit de plusieurs collègues du milieu de l’enseignement qui se sont exprimés cette semaine, détrompez-vous. Comme je l’ai mentionné, plusieurs interrogations, inquiétudes et craintes subsistent. Il est sain et humain de les exprimer. Je l’ai fait également.

Je comprends aussi très bien les leaders syndicaux de s’être insurgés contre le fait que plusieurs de leurs membres soient renvoyés sur leurs lieux de travail, dans le contexte actuel, sans protection physique. D’ailleurs, l’incohérence est ici évidente. Si les travailleuses et travailleurs des autres domaines se voient fournir divers équipements, il est normal et juste que les personnes oeuvrant en éducation réclament ce qu’il faut pour se protéger, dans un milieu rempli d’enfants qu’il sera très difficile de maintenir à deux mètres de distance.

Et j’éprouve aussi une déception personnelle sur un point. Dans mon billet de la semaine dernière, j’avais formulé le souhait que François Legault fasse preuve de la même franchise envers les enseignants qu’envers les médecins spécialistes, quand il les avait invités à se rendre faire du travail d’infirmière en CHSLD. Publiquement, il avait mentionné aux médecins qu’il les savait surqualifiés pour la fonction demandée, mais que les besoins se situaient à ce niveau.

De la même façon, je suis d’avis que la réouverture des écoles aurait été mieux reçue par le personnel des écoles primaires si le premier ministre avait demandé aux enseignantes et aux enseignants d’effectuer un travail d’éducatrice en milieu de garde, comme ce sera le cas pour les dernières semaines de la présente année scolaire. C’est là que sont les réels besoins, tous les intervenants sur le terrain le savent, et la contribution à la lutte contre la COVID-19 aurait été beaucoup mieux acceptée si elle avait été présentée comme tel.

Rappelons que seul le niveau primaire sera rouvert, que la présence à l’école sera facultative pour les élèves, qu’un maximum de 15 élèves par classe sera admis, qu’aucune forme d’examen ou d’évaluation ne pourra être donnée et qu’aucune nouvelle notion ne pourra être enseignée. Ajoutez à cela qu’on fait disparaître les cours d’éducation physique et les périodes de bibliothèque, ainsi que tous les travaux d’équipe, à moins de pouvoir les réaliser à plus de deux mètres de distance. Et que rien n’assure que les élèves qui se présenteront à l’école seront ceux qui requièrent le plus grand soutien académique ou personnel.

Tenant compte de tout cela, plusieurs enseignants pourront prétendre, à juste titre, avoir plus et mieux enseigné durant le confinement, alors qu’ils le faisaient à distance, que lors du retour sur leur lieu de travail pour les dernières semaines de l’année scolaire. Leurs élèves auront peut-être également mieux appris.


Dans le cours de français

Je joins ma voix à celle de plusieurs autres personnes qui, sur les réseaux sociaux, depuis quelques semaines déjà, s’adressant au premier ministre François Legault, au docteur Horacio Arruda, ainsi qu’à plusieurs journalistes de la radio et de la télévision, leur reprochent une erreur récurrente. On peut parler de réouverture des écoles ou de réouverture des commerces, mais…

#LeProfCorrige

On rouvre les écoles et les commerces, on ne les « réouvre » pas ! On rouvre, verbe rouvrir, indicatif présent, 3e personne du singulier.


Dans le cours d’univers social, deuxième période

Le chroniqueur Michel C. Auger a publié un point de vue très intéressant, cette semaine, sur ici.radio-canada.ca. Il y mentionne que le Québec ainsi que les états américains du Wyoming et du Montana constituent les trois seuls endroits en Amérique du Nord à avoir annoncé la réouverture de leurs écoles, au cours des prochaines semaines. Il précise de plus que les deux états américains sont ruraux et faiblement peuplés, et que le premier des deux ne rouvre ses écoles que pour une clientèle particulière d’élèves seulement.

Ceci rend passionnant le pari du gouvernement du Québec. Si cette sortie de confinement plus rapide donne de bons résultats, l’équipe québécoise de gestion de crise, François Legault en tête, récoltera les dividendes populaires en plus d’acquérir une renommée à grande échelle. Si, au contraire, cette décision prend des allures de cafouillage et précipite une deuxième vague de la maladie, les retombées risquent de s’avérer coûteuses à tous les niveaux.

J’aimerais d’avance pouvoir lire les historiens du prochain siècle !


Dans le cours de musique

Peut-on imaginer une recette musicale à base d’électro et de folklore québécois ? C’est l’idée géniale qu’ont eue Mélisande Gélinas-Fauteux et Alexandre de Grosbois-Garand, un couple originaire de la Montérégie, lorsqu’ils ont fondé le duo Mélisande [électrotrad]. Depuis décembre 2018, la musique de Mélisande [électrotrad] est venue s’ajouter à mes listes de lecture, notamment celle du temps des Fêtes, pimentant la succession de succès populaires, de rigodons et de cantiques. Il fait tout aussi bon les écouter sur la route, peu importe le moment de l’année.

Je vous propose la pièce Sur la ritintin. Bonne écoute ! #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Le confinement donne souvent lieu à de très beaux moments. Évoluant jusqu’à l’automne dernier avec les Carabins de l’Université de Montréal, Marc-Antoine Dequoy a signé cette semaine un contrat avec les Packers de Greenbay, dans la NFL. Dans la séquence qui suit, il annonce la nouvelle, à distance, à toute sa famille. Touchant !

L’heure de la collation

Je fais une exception aujourd’hui et je réserve un espace de mon billet pour encourager une entreprise québécoise. Il est toujours pratique de conserver quelques barres nutritives à la maison. Chez nous, nous avions notre marque favorite, fabriquée ailleurs, que nous achetions dans un entrepôt à grande surface, également fondé ailleurs.

Je me suis récemment mis à la recherche de barres nutritives conçues au Québec et j’ai trouvé la marque Bon vivant. Elles sont offertes en trois saveurs délicieuses et sont particulièrement nutritives.

Je me permets d’en faire mention, non seulement parce qu’il s’agit d’un produit d’ici, mais aussi parce que pour chaque boîte vendue, la compagnie offre gracieusement une autre boîte aux employés du domaine de la santé, en ce temps de crise de la COVID-19 que nous traversons.

Pour ces raisons, j’ai passé une commande, que j’ai reçue rapidement. Je vous confirme que ce n’était qu’une première. Nous venons d’adopter les barres Bon vivant.

Billet du 10 avril 2020 : Fantaisie bleue

C’est bien le titre d’une chanson de Michel Fugain qui a inspiré celui de mon billet de ce matin. Parce que pour plusieurs raisons, et de plusieurs manières, la dernière semaine nous a fait voir la vie en bleu.

***

Dans le cours d’univers social

En fait, si j’étais enseignant au secondaire, j’aurais sous-titré Dans le cours d’économie. Au primaire, j’imagine qu’on inclurait ce qui suit dans les périodes d’univers social.

À l’intérieur de mon billet de la semaine dernière, je suggérais que le Québec produise ses propres masques N95, à défaut de pouvoir compter sur des livraisons fiables de ses partenaires. J’étais loin de me douter que c’était un projet d’autosuffisance de beaucoup plus grande envergure qui se trouvait sur la planche à dessin.

L’idée de créer le Panier Bleu allait de soi, particulièrement dans le contexte pandémique actuel. Je m’étonne cependant qu’elle surgisse aussi tard qu’en 2020, alors que le Québec a quand même vu défiler plusieurs dirigeants politiques autonomistes, au cours des 50 dernières années.

Quoi qu’il en soit, le mérite est grand et il revient au gouvernement actuel, qui a su plancher très rapidement sur le sujet et lancer le projet à l’intérieur de délais très courts. L’engouement des Québécois ne se dément pas, chacun manifestant sa volonté de suivre le guide. Les problèmes avec les serveurs hébergeant le site, dans les heures qui ont suivi l’annonce, en constituent un exemple. L’emballement sur les réseaux sociaux en illustre un autre. Moins d’une semaine après son lancement, la page Facebook Le Panier Bleu compte plus de 11 000 membres. Quant à la page J’achète Québécois, lancée par Humania Marketing, c’est près de 116 000 adeptes qu’elle regroupe, en date d’aujourd’hui.

Acheter des produits fabriqués ici, dans des commerces d’ici, c’est bien sûr encourager les travailleurs d’ici et conserver les capitaux ici. Mais c’est aussi limiter les importations, avec tout ce que cette réduction du transport de marchandises peut avoir de bénéfique pour l’environnement.

Acheter bleu contribue donc à nous rendre plus verts !

***

Dans le cours de français

Le confinement semble être en train d’avoir raison d’une des plus terribles fautes de français que le Québec subit, particulièrement depuis l’émergence des réseaux sociaux. Avec l’apparition du mouvement Ça va bien aller et des nombreux arcs-en-ciel arborant ce thème, avez-vous remarqué à quel point les « Sa va… » sont pratiquement devenus inexistants dans les publications populaires ?

C’est à souligner. Ou à surligner en bleu.

***

Dans le cours d’univers social, deuxième période

J’ai passé une grande partie de la semaine à me promener autour du monde. Virtuellement, bien sûr. Avec le téléviseur de mon bureau qui, depuis trois semaines, diffusait RDI presque sans arrêt, j’ai ressenti le besoin de prendre une pause. Donc, entre le Horacio Show de 13:00 et l’entrevue quotidienne avec le Docteur Weiss, à 17:30, j’ai syntonisé EarthTV.com. C’est une chaîne YouTube qui alterne aux 12 secondes les images en direct de webcaméras situées dans plusieurs grandes villes de la planète.

Deux éléments ont particulièrement retenu mon attention. Le premier, ce sont les rues, les boulevards et les plages déserts partout, vraiment partout. Il y a quelque chose de rassurant dans ce constat, en ce sens où des règles d’isolement sont observées par toutes les nations touchées par la COVID-19. Mais il y a aussi cette image un brin apocalyptique, digne d’un film de science-fiction, qui donne un peu froid dans le dos.

Le second élément qui a retenu mon attention, c’est que le ciel est toujours bleu quelque part. Et de ce côté, tout est rassurant.

***

Dans le cours d’univers social, troisième période

Suite à une discussion que j’ai suivie sur Twitter, dimanche soir, j’ai installé l’application Flightradar24 sur mon téléphone cellulaire. Toute la semaine, à plusieurs moments de la journée, je me suis rendu vérifier le trafic aérien sur la planète. En ce temps de confinement mondial, je pensais sincèrement que les avions, mis à part le cargo, étaient cloués au sol.

Cette capture d’écran a été prise le jeudi 9 avril, vers midi. Elle reflète bien ce que j’ai pu constater toute la semaine. Le résultat donne presque une peur bleue.

***

Dans le cours de musique

Suivant le même principe que le Panier bleu, l’auteur-compositeur-interprète Philémon Cimon a proposé, cette semaine, le mot-clic #musiquebleue. Il veut de cette façon sensibiliser la population à la réalité vécue par les artistes, durant la pandémie de la COVID-19. Rappelons ici que les annonces d’annulations de spectacles, printaniers d’abord, estivaux ensuite, se sont succédées au cours des derniers jours.

Ainsi, il suggère entre autres solutions que les stations de radio de la province revoient leur programmation, de manière à augmenter considérablement la diffusion de musique québécoise. Peu importe la langue dans laquelle la chanson est écrite et chantée, en autant qu’elle le soit par une artiste ou un artiste d’ici. Déjà, plusieurs stations ont répondu favorablement à cette initiative. De diffuser sa musique contribue grandement à faire connaître un artisan, ce qui a d’ordinaire un effet important sur la hausse des ventes de son matériel.

De mon côté, j’utiliserai mon billet hebdomadaire, sur cette plateforme, pour présenter bien humblement une oeuvre d’un artiste d’ici.

Je commence cette semaine avec Maude Audet et sa chanson Demande-moi. J’ai découvert cette artiste très récemment. De ses chansons, je retiens des textes poétiques et un son qui évoque plusieurs chansons de Gainsbourg, servies à la sauce d’aujourd’hui. Dans ses arrangements musicaux, elle ose la harpe et la flûte traversière qui, mêlées à d’autres instruments et sa voix empreinte de naïveté, donnent un résultat qui joue en boucle dans mes écouteurs, ce qui est plutôt rare pour l’amant de variété que je suis.

Je le précise, je paie pour la musique que j’écoute.

***

La bonne nouvelle de cette semaine

Les nouvelles des derniers jours ont démontré à quel point il fallait prendre soin de nos aînés. Je salue ici l’initiative de gens de Charlesbourg, en banlieue de Québec, qui ont vu à organiser un bingo pour les résidents d’une maison pour personnes âgées de l’endroit. L’activité respectait toutes les règles édictées par le gouvernement du Québec et la direction nationale de la Santé publique. Et surtout, elle a soigné les bleus à l’âme de tous ces confinés.

Le court reportage qu’en a fait Radio-Canada vaut la peine d’être visionné.

***

Bon week-end de Pâques à vous ! Les rencontres se voudront différentes, cette année, mais il existe plusieurs façons de les rendre agréables et mémorables. En cuisinant le repas en famille, par exemple. Chacune et chacun pourra ainsi mettre à profit ses talents de… cordon bleu !