Billet du 24 septembre 2021 : Les couleurs qui changent et celles qui demeurent

Si les arbres prennent de nouvelles couleurs, certains paysages conservent les mêmes. C’est le cas, notamment, sur une certaine colline ottavienne.

En anglais, a win-win situation est une expression consacrée qui signifie que tout le monde gagne quelque chose. Dans le cas inverse, des anglophones se permettent d’évoquer a lose-lose situation, un pendant moins usité. En français, la locution gagnant-gagnant est acceptée, mais n’est pas recommandée par l’Office québécois de la langue française. Quant à perdant-perdant, l’expression ne trouve aucune place dans le paysage linguistique francophone.

Elle qualifierait pourtant très bien la situation vécue par les principaux partis politiques fédéraux, cette semaine. Comme les arbres qui se verront bientôt dépouillés de leurs feuilles, tout le monde a perdu quelque chose dans cette 44e élection canadienne. 

Justin Trudeau et Yves-François Blanchet ont perdu leur pari respectif. Le premier visait un gouvernement majoritaire. Son gain de deux sièges s’est avéré insuffisant pour le lui accorder. Le second avait affirmé, en début de campagne, que son parti remporterait huit circonscriptions supplémentaires, pour porter sa députation à 40. Selon les chiffres d’hier, il devra se contenter d’une seul, pour un total de 33.

Erin O’Tool a perdu beaucoup. Non seulement doit-il faire le deuil de deux sièges au parlement, mais ses positions plus modérées que celles de ses prédécesseurs lui ont coûté la confiance d’un bon nombre de ses militants.

Le leadership d’Annamie Paul ne survivra pas à la guerre intestine qu’elle a elle-même alimentée avec le Parti vert. Ce dernier a perdu le tiers de sa députation et aurait doublé cette perte, n’eût été l’élection surprise d’un de ses candidats, à la suite du désistement d’un adversaire libéral.

Jagmeet Singh est à priori celui qui semble avoir le moins perdu. Son parti a en effet gagné un siège et presque deux points de pourcentage au vote populaire. Il s’est aussi, de toute évidence, assuré la balance du pouvoir. Mais malgré l’excellence de sa campagne électorale, le chef néo-démocrate a probablement perdu dans l’urne une quantité importante d’appuis, le vote progressiste préférant se ranger du côté des libéraux plutôt que de risquer un éventuel gouvernement conservateur.

Quant à Maxime Bernier, avec 5 % du vote populaire et aucun candidat élu, il s’est permis une allocution qui ressemblait à s’y méprendre à un discours de victoire. Il a ainsi perdu toute crédibilité.


Donc, si tout le monde a perdu quelque chose, qui sort gagnant ? À mon humble avis, c’est la démocratie. La population canadienne a clairement indiqué au premier ministre, de même qu’aux autres chefs de partis, qui décidait de la composition du parlement. En dessinant une Chambre des communes aux couleurs identiques à celles qui avaient précédé le déclenchement des élections, le peuple a démontré qu’il y trouvait son compte dans un gouvernement minoritaire. Les formations politiques, jusqu’à nouvel ordre, devront s’y faire.


Dans le cours de français

«Inscrivez à votre agenda que vous aurez un examen sur les pentagones.»

Comment doit-on prononcer les mots soulignés ? Le mot examen ne cause pas trop de soucis. À peu près tout le monde prononce ég-za-min ou èg-za-min. Mais qu’en est-il des deux autres ? Doit-on dire a-jin-da ou a-jan-da ? Pin-ta-gonn ou pan-ta-gonn ?

Les deux prononciations sont-elles possibles ? La réponse est non. Du moins, pas dans cet exemple. Le en dans agenda et dans pentagone doit se dire in. C’est donc a-jin-da et pin-ta-gonn

Parmi les autres mots dont le en doit obligatoirement se prononcer in, on trouve appendice, magenta et rhododendron. Dans ce dernier cas, admettons que l’erreur est fréquente.

Entendre la prononciation de rhododendron.

Il existe quand même une série de mots avec en pour lesquels les deux prononciations sont acceptées. Parmi eux, notons consensus, référendum et mentor. Toutefois, le mot mentorat doit se prononcer man-to-ra.

Même si la langue française me le permet, je préfère éviter de me prétendre min-tor !


Dans le cours d’univers social

Qu’ont en commun Israël, le Royaume-Uni et la province de l’Alberta, au Canada ? Les trois endroits présentent actuellement un taux élevé d’infections et d’hospitalisations en lien avec la COVID-19, malgré des statistiques de vaccination dépassant les 60 % de leur population. Mais ils s’apparentent aussi sur autre chose : une levée rapide des mesures sanitaires une fois ce pourcentage atteint.

Autre donnée importante, la moyenne d’âge des personnes non vaccinées est très basse, la presque totalité des enfants n’ayant pas reçu une première dose. Les personnes gravement atteintes, dans cette quatrième vague, sont beaucoup plus jeunes que celles des deux premières.

Les scientifiques le répètent, le vaccin est un moyen efficace de contrer le coronavirus, mais reste un moyen parmi d’autres. Le port du couvre-visage dans les endroits publics, la distanciation physique et le lavage fréquent des mains doivent demeurer des habitudes de vie, jusqu’à ce que la pandémie se soit grandement essoufflée à travers la planète.

Nous en avons encore pour un certain temps, mais on peut se permettre d’espérer.


Dans le cours de musique

Quand j’ai entendu les premières notes de la chanson Dynamite, j’ai pensé à Marjo et à Corbeau. Quand j’ai entendu les suivantes, c’est le groupe français Niagara qui m’est venu en tête. Malgré cela, la musique de Cynthia Veilleux, alias Feu toute !, livre un ensemble original et entraînant. Le rythme est rock, le son est pur. La pièce est extraite de son premier album, Parade nuptiale (Dance With Me), sorti en avril dernier.

Feu toute! – Dynamite – Parade nuptiale (Dance With Me) – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

C’est une excellente nouvelle, cette semaine, alors qu’Hydro-Québec a officiellement paraphé une entente de 25 ans avec l’État de New York, afin de fournir de l’électricité sur le territoire de ce dernier. Non seulement le contrat devrait rapporter plus de 20 milliards $ à la société d’état québécoise, aux dires du premier ministre François Legault, mais il permettra à plus d’un million de foyers new-yorkais de passer d’une énergie fossile à une énergie propre. Ce changement s’inscrit d’ailleurs dans un exercice de lutte aux changements climatiques, selon la nouvelle gouverneure Kathy Hochul. Rappelons que New York a récemment subi des inondations meurtrières.

Il a aussi été annoncé que le projet s’accomplira en collaboration avec au moins un groupe autochtone. Bien que la construction de nouveaux barrages demeure une possibilité dans un avenir plus lointain, rien en ce sens n’est prévu pour le moment. La pièce de théâtre documentaire J’aime Hydro, de Christine Beaulieu et Annabel Soutar, dénonce d’ailleurs le fait que la société gouvernementale produise beaucoup trop d’électricité en comparaison aux besoins requis par sa clientèle. La nouvelle entente devrait ainsi permettre d’éliminer certains surplus et de rétablir un meilleur équilibre.

Lire le communiqué d’Hydro-Québec.

Écouter J’aime Hydro sur Ohdio.


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s