Billet du 21 mai 2021 : Un tour du monde en quatre minutes

Dans le cours d’univers social

L’éternel conflit israélo-palestinien est entré dans une nouvelle phase, au cours des derniers jours, avec les bombardements israéliens sur la Bande de Gaza. Ce conflit perdure depuis 1947, quand l’ONU a reconnu l’existence d’un état israélien, mais pas celui d’un état palestinien. Bien sûr, la communauté internationale reconnaît une autorité palestinienne, dirigée d’abord par Yasser Arafat, puis par Mahmoud Abbas, mais sans lui reconnaître un territoire. Celui que l’autorité palestinienne occupait et qu’elle revendique toujours a été pris par Israël lors de la guerre de 1967.

Si ce conflit a donné naissance à des groupes perçus comme terroristes du côté arabe, le Hamas en est un exemple, ce sont bel et bien des cibles civiles qui sont visées par Israël, depuis le 10 mai dernier. L’une de ces cibles, samedi, était un immeuble abritant plusieurs médias, dont l’Associated Press et Al-Jazeera. Les différentes frappes ont fait des centaines de victimes innocentes et s’inscrivent dans la lignée des crimes de guerre. J’aimerais bien qu’une nation importante sur l’échiquier mondial finisse par le reconnaître. Le problème est que depuis toujours, lorsqu’il s’agit d’Israël, la communauté internationale marche sur des œufs. Et actuellement, elle fait l’autruche.


Dans le cours de science et technologie

À travers une série de sautes d’humeur météorologiques, le réchauffement climatique montre ses effets depuis plusieurs années. Cette semaine, c’est d’une façon beaucoup plus impressionnante qu’il en a donné une démonstration. Jeudi matin, un bloc de glace de 4 320 km2 s’est détaché de l’Antarctique et s’est jeté dans la mer de Weddell. Pour vous situer, une superficie de 4 320 km2 représente environ neuf fois celle de l’île de Montréal.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la température moyenne à la surface de la planète aurait grimpé de 0,85 °C depuis 1850. Toutefois, la hausse aurait été de plus du double dans la région de l’Antarctique. Contrairement à la fonte des glaces au pôle Nord, celle du pôle Sud contribue à augmenter le niveau d’eau des océans, étant donné que les glaces à cet endroit se détachent d’un continent.

Les scientifiques affirment que le nouvel iceberg, de loin le plus gros flottant en mer, se brisera en deux ou en trois.

Source : Agence spatiale européenne et AFP.

Dans le cours d’univers social, deuxième période

L’automne dernier, on a abondamment fait état de l’adolescence québécoise de la nouvelle vice-présidente américaine, Kamala Harris. L’histoire s’est répétée au cours des dernières semaines, quand Elena McLeod-Whitham a fait son entrée au parlement écossais. Madame Whitham a vécu 15 ans au Canada, dont 10 au Québec, où elle a entre autres étudié le journalisme à l’Université Concordia.

Francophile et s’exprimant dans un excellent français, elle admet avoir voté OUI au référendum de 1995. De retour en Écosse l’année suivante, elle a milité au sein de différents groupes sociaux, avant d’intégrer le Parti national écossais, sous la bannière duquel elle a joint la députation le 8 mai dernier. C’est donc à titre d’élue qu’elle poursuivra sa lutte pour l’indépendance de l’Écosse.


Dans le cours de science et technologie, deuxième période

Analyse intéressante d’Olivier Bernard, dit le Pharmachien, qui a stipulé que la démarche conspirationniste se défilait exactement à l’inverse de la démarche scientifique. Avec l’humour et le talent artistique qu’on lui connaît, il a produit cette affiche :

Dans le cours de musique

Ex-concurrente à l’émission La Voix, alors qu’elle était adolescente, Marilyne Léonard a enregistré une série de reprises, tout en poursuivant ses études. Mercredi, elle a publié une première œuvre originale, Bateaux. La pièce n’est pas sans rappeler le son pop-rock français des années 1980. C’est la #musiquebleue que je vous propose cette semaine. Elle est disponible sur toutes les plateformes.

Marilyne Léonard – Bateaux – #musiquebleue

Dans le cours de musique, deuxième période

Franco-Ontarien d’origine, Damien Robitaille est connu au Québec, où il a décidé de faire carrière, depuis plusieurs années. Phénomène particulier, le confinement lié à la pandémie de COVID-19 l’a propulsé sur la scène internationale, alors qu’il a fait valoir ses talents d’homme-orchestre sur YouTube. Ses vidéos ont été visionnées par des dizaines de milliers de personnes et lui ont mérité des apparitions dans plusieurs émissions de variétés, à plusieurs endroits dans le monde.

Pour sa 200e prestation, Damien Robitaille a voulu frapper un grand coup. Après avoir consulté son auditoire, il a finalement arrêté son choix sur une reprise de We Are The World, à l’intérieur de laquelle il répète les lignes de chacun des artistes originaux. Son travail était déjà phénoménal. Cette fois, il s’est surpassé. Bravo !

Damien Robitaille – We Are The World

La bonne nouvelle de cette semaine

On tue la UNE !

Je suis d’avis que la meilleure nouvelle de la semaine demeure le plan de déconfinement présenté par le premier ministre du Québec, mardi dernier. Après plus de 14 mois, on peut enfin espérer un retour à la vie normale d’ici quelques mois. On entreprend les assouplissements dès la semaine prochaine.

Ce qui m’interpelle le plus, c’est cette phrase toute simple dans la colonne de droite du résumé graphique : « Retour vers une organisation normale au primaire et au secondaire ». Ceci est prévu à la fin du mois d’août. Prétendre que j’en trépigne d’impatience serait peut-être exagéré, mais juste un peu !


Image en titre du billet : Shutterstock


Billet du 21 août 2020 : Journal de vacances (8 de 8)

En fin de vacances

La journée d’hier était la dernière de mes vacances d’été 2020 ! Je retourne aujourd’hui préparer ma classe pour accueillir mes élèves dès jeudi de la semaine prochaine. La dernière fois où j’ai eu une classe complète, physiquement, devant moi, c’était le 12 mars dernier. J’ai hâte de reprendre un enseignement qui se rapproche de la réalité qu’on connaît.

La vie reprend lentement son cours et c’est tant mieux.


Avant les cours d’univers social et de français

Les classes ne commenceront que la semaine prochaine. Toutefois, j’aimerais ici revoir la définition du mot dictature.

Dictature :

« Régime politique qui se caractérise par une forme de pouvoir arbitraire, autoritaire, entièrement soumis à la volonté de celui ou de ceux qui gouvernent. Les tribunaux, le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif sont alors directement liés aux décisions du dictateur. On n’y trouve aucun contrepoids: absence d’une presse libre, absence de partis d’opposition et absence de groupes de pression indépendants dans la société civile. »

Source : Perspective Monde, Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Sherbrooke.

Samedi dernier, le polémiste Alexis Cossette-Trudel a qualifié le gouvernement québécois de dictature et de tyrannie. Je lui offre de venir dans ma classe suivre les cours d’univers social du programme de 6e année. En même temps que mes élèves, il pourra y apprendre que nous vivons dans un système qui figure parmi les plus démocratiques de la planète.

Dans une dictature, jamais il n’aurait pu être candidat aux dernières élections. En fait, il n’y aurait pas eu d’élections. Jamais il n’aurait pu critiquer publiquement le gouvernement comme il l’a fait, jamais les médias n’auraient pu diffuser ses propos et, surtout, jamais il n’aurait pu s’opposer en toute liberté aux mesures gouvernementales.

Je demeure persuadé que les Chinois, les Nord-Coréens, les Russes, les Birmans et à peu près tous les Africains apprécieraient beaucoup notre « dictature » québécoise. Je lui suggère aussi de se renseigner sur l’indice de démocratie, tel que défini par The Economist Group.

En passant, le professeur de philosophie Xavier Camus en a effectué des recherches exhaustives sur le groupe de Monsieur Cossette et les personnes qui le composent. Il en a publié les résultats mardi de cette semaine. Vous pouvez en prendre connaissance ici.


Jouons avec les mots

Avec la rentrée scolaire qui s’effectuera dans moins d’une semaine, je vous suggère un petit jeu. Dans mes prochains billets, je vous soumettrai une question, une petite colle sur les beautés de la langue française. La réponse sera donnée dans mon billet de la semaine suivante.

Pour cette première, j’y vais avec une question qui nécessitera peut-être moins de recherches que celles qui suivront : Qu’ont de particulier les mots amour, délice et orgue ?

Réponse la semaine prochaine.


Lecture de vacances

J’achète plusieurs livres chaque année. Du nombre, la majeure partie est constituée de livres québécois. Chaque 12 août, malgré ce que j’ai pu acheter plus tôt dans l’année, je me procure un livre québécois supplémentaire. Parce que le 12 août est la journée du livre québécois et parce que je veux participer à la hausse des statistiques de vente lors de cette journée. L’industrie en a bien besoin.

Mon choix de cette année s’est arrêté sur une biographie. L’auteur Luc Lépine, à travers son ouvrage Léo Major, un héros résilient, raconte la vie et l’exploit d’un héros dont on commence à peine à faire la connaissance, 12 ans après sa mort, 75 ans après son plus grand accomplissement.

Léo Major, soldat canadien, s’est distingué en libérant à lui seul la ville de Zwolle, en Hollande, de l’occupation allemande, en 1945. Il s’est plus tard distingué de nouveau lors de la Guerre de Corée, ce qui lui a valu de recevoir pour la seconde fois la Distinguished Conduct Medal. Seulement quatre soldats dans le monde, dont Léo Major, peuvent revendiquer avoir reçu cette médaille lors de deux conflits différents.

Léo Major, un héros résilient
Luc Lépine, Éditions Hurtubise, 2019, 204 pages.


Pensée de la semaine

Lu sur la page Facebook de TVQC, la semaine dernière :

– Livre (25$) : « Ça parle de quoi ? »
– Pichet de bière (25$) : « J’vais t’en prendre un autre ! »

– Épicerie (100$) : « Ç’a pu de bon sens »
– Resto (100$) : « Je m’attendais à pire »

– Abonnement au gym (500$) : « J’ai pas d’argent pour ça »
– Tatouage (500$) : « Le tatoueur me fait un prix ! »

– Formation (1500$) : « Je suis pas millionnaire ! »
– Voyage dans le Sud (1500$) : « On part quand ? »

– 30 minutes de lecture : « J’ai beaucoup trop de choses à faire »
– 30 minutes sur Instagram : « Le temps passe tellement vite ! »

– 60 minutes de sport : « J’ai pas eu le temps »
– 60 minutes de Netflix : « Encore un épisode »

Comme quoi tout est question de perspective et de priorités.


Dans mes écouteurs

J’ai toujours aimé le rock québécois. Je ne connaissais pas vraiment Massicotte quand il a lancé son album Comment ça file à Valleyfile, l’hiver dernier. En fait, c’est hier que j’ai écouté plusieurs de ses pièces, alors qu’il mettait en ligne le vidéoclip de la chanson J’t’aime pour vrai, extraite de cet album. C’est ce que je vous propose cette semaine, en #musiquebleue. Les nostalgiques du Muppet Show constateront que ce vidéoclip est des plus intéressants à visionner.

massicottemusique.com


La bonne nouvelle de cette semaine

Je me souviens, alors que j’étais en début de carrière, avoir suggéré que des messages plus environnementaux soient diffusés dans les cahiers et manuels scolaires. Je me disais qu’une phrase comme Maxime dépose un papier dans le bac aurait un impact sur les jeunes élèves, tout en demeurant aussi efficace pour l’apprentissage de la lecture que Ursule joue avec un ballon. Eh bien voilà que suite à un projet parrainé par l’ONU, dont l’événement majeur s’est tenu en pleine pandémie au printemps dernier, onze entreprises créatrices de jeux en ligne et sur téléphone mobile ont convenu d’intégrer des éléments éducatifs en matière de développement durable dans plusieurs de leurs jeux.

Parmi elles, notons Rovio, dont le Angry Birds 2 fera la promotion du reboisement, ainsi que Microsoft.

Les thèmes seront variés, les façons de les présenter également. Mais surtout, les messages rejoindront 250 millions d’adeptes de tous âges de ces différents jeux. L’initiative mérite d’être saluée.