Billet du 11 décembre 2020 : La distance a de l’importance

La semaine prochaine marquera le retour de l’enseignement à distance, pour les élèves et les membres du personnel des écoles primaires du Québec. Pour toutes les classes n’ayant subi aucun isolement préventif cet automne, ce sera une première depuis le printemps dernier. Durant quatre jours, les 17, 18, 21 et 22 décembre, les cours aux élèves se donneront via des plateformes de visioconférence, dans le cas qui m’implique.

Comme je l’expliquais dans un billet antérieur, nous sommes prêts. Technologiquement, du moins. Académiquement aussi. Psychologiquement ? C’est ce qui reste à voir. Les élèves ont été tellement marqués par le confinement du printemps qu’ils auraient préféré demeurer à l’école. Et que dire de mes collègues et moi.

Respectons les règles et restons chacun chez soi, en ce temps des Fêtes. C’est un grand coup à donner, mais il est nécessaire. Et surtout, nous mettons ainsi toutes les chances de notre côté pour voir les écoles rouvrir à la date prévue, le 6 janvier 2021.


Dans le cours de français

La lecture que je dévore quotidiennement, depuis les dernières semaines, se trouve ailleurs que dans un bouquin. C’est sur Twitter qu’elle est publiée. À la manière d’un roman-feuilleton, le journaliste franco-américain William Reymond diffuse tous les matins ses observations et enquêtes du jour sur les suites de la dernière élection américaine. Le contenu est très captivant !

Le flair de William Reymond pour prédire les actions à venir de Donald Trump et de son entourage est impressionnant. Il a été le premier à qualifier de coup d’état tous les accrocs à la démocratie dont Trump s’est rendu responsable. Il tient également le compte des gains et revers du camp présidentiel dans les différentes cours américaines, alors que ce dernier tente de faire reconnaître une fraude électorale lors du scrutin de novembre. En date d’hier matin, le compte était d’une victoire contre 55 défaites.

Je me surprends à me rendre chaque jour sur son compte Twitter pour prendre connaissance du dernier épisode (c’est ainsi qu’il les appelle). L’angle abordé par William Reymond diffère de celui de tous les autres médias, en plus d’être teinté d’une grande dose d’humour. C’est un rendez-vous quotidien, au moins jusqu’au 20 janvier prochain.


Dans le cours de mathématiques

Des statistiques horrifiantes ont circulé sur les médias sociaux, cette semaine. Celles-ci en constituent un exemple. Voici le palmarès des dix journées les plus meurtrières dans l’histoire des États-Unis.

1- Le 8 septembre 1900 – L’ouragan de Galveston – 8 000 morts;
2- Le 17 septembre 1862 – La bataille d’Antietam, durant la guerre de Sécession – 3 600 morts
3- Le 9 décembre 2020 – Décès liés à la Covid-19 – 3 157 morts
3- Le 11 septembre 2001 – Attaques de l’État islamique en sol américain – 2 977 morts
4- Le 10 décembre 2020 – Décès liés à la Covid-19 – 2 900 morts
5- Le 2 décembre 2020 – Décès liés à la Covid-19 – 2 885 morts
6- Le 3 décembre 2020 – Décès liés à la Covid-19 – 2 857 morts
7- Le 8 décembre 2020 – Décès liés à la Covid-19 – 2 821 morts
8- Le 4 décembre 2020 – Décès liés à la Covid-19 – 2 637 morts
9- Le 1er décembre 2020 – Décès liés à la Covid-19 – 2 610 morts
10- Le 7 décembre 1941 – Attaque de Pearl Harbor – 2 403 morts

Ces chiffres donnent froid dans le dos.


Dans le cours de français, deuxième période

L’Office québécois de la langue française a publié un message qui a fait couler beaucoup d’encre, le 30 novembre dernier.

Plusieurs ont réagi, notamment des anglophones québécois, dont certains estimaient que des mots français, comme rendez-vous ou déjà-vu, étaient courants dans la langue de Shakespeare et que de ce fait, il n’y avait pas de quoi faire un plat (sans mauvais jeu de mots) avec l’utilisation de « take out » dans une publicité francophone.

Ma position dans ce débat est cohérente avec ce que je répète à mes élèves chaque fois qu’ils me demandent l’autorisation d’utiliser un anglicisme dans une situation d’écriture. Premièrement, le mot doit figurer dans un dictionnaire de langue française. Deuxièmement, il ne doit pas y avoir d’équivalent en français. Dans le cas qui nous préoccupe, aucune de ces deux conditions n’est respectée.

Et en réponse à celles et ceux qui reprochent à l’OQLF d’être trop pointilleux et de gaspiller des deniers publics en publicités inutiles, je répondrai que ce genre d’intervention fait clairement partie de son mandat.


#LeProfCorrige

Deux coquilles à l’intérieur d’une publication de l’animateur Bernard Drainville, cette semaine :

À la dernière ligne, on aurait dû lire « (…) on a réussi », plutôt que « (…) on a réussit ». Réussir est un verbe de 2e groupe, dont le participe passé s’écrit réussi. C’est ce participe passé qui constitue le troisième élément, après le pronom personnel et l’auxiliaire, d’un verbe conjugué au passé composé, comme c’est le cas ici.

Et juste au-dessus, on aurait dû voir « prête-noms » et non « prêtes-noms ». La portion verbe d’un nom composé demeure invariable au pluriel. Par exemple, le pluriel de casse-tête est casse-têtes.


Dans le cours de musique

Pour la #musiquebleue de cette semaine, mon choix s’arrête sur la chanson À ma manière, de Roxane Bruneau. La pièce fait partie de l’album Acrophobie, lancé le mois dernier. Les paroles d’À ma manière sont lourdes de sens et appellent à l’affirmation de soi. Mais au-delà des paroles, chantées sur un rythme pop-rock des plus entraînants, Roxane Bruneau a conçu un vidéoclip qui met en lumière (sous les néons) une douzaine de personnalités, de tous les âges et de tous les genres, qui ont été des précurseurs dans plusieurs domaines, souvent en nageant à contre-courant. Des personnes qui s’affirment et qui permettent à la société d’évoluer, grâce à leurs messages sincères et audacieux. Un vidéoclip simple, sans artifice, mais à voir.


La bonne nouvelle de cette semaine

Il y en a une qui éclipse toutes les autres, c’est l’homologation par Santé Canada du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer et BioNTech. La vaccination pourra donc commencer dès la semaine prochaine. Tout est dit !


2 réflexions sur “Billet du 11 décembre 2020 : La distance a de l’importance

  1. Belle leçon de français! Pour Donald, je te prédis: 1- Il tentera d’influencer la Cour Suprême pour l’invalidation de l’élection; 2- Il ne reconnaîtra pas le vote des Grands Électeurs; 3- il démissionnera le temps d’une journée pour permettre à Mike Pence de lui accorder le pardon présidentiel et il reprendra son poste; 4- Il refusera de quitter la Maison-Blanche et,,, engendrera un possible coup d’état!

Répondre à Albert Rossi Annuler la réponse

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s