Billet du 18 février 2022 : Logan, Kamila et les intérêts supérieurs

Je ne peux m’empêcher d’établir un parallèle entre la jeune patineuse Kamila Valieva et le plus récent choix de première ronde du Canadien de Montréal, Logan Mailloux. Dans les deux cas, de hauts responsables ont rendu des décisions susceptibles de compromettre la suite de leur carrière.

Kamila a 15 ans et a échoué un test antidopage avant les Jeux olympiques. Logan avait 17 ans lorsqu’il a été dénoncé pour distribution de photos de nature sexuelle, sans le consentement de la personne concernée. C’est en raison de son jeune âge qu’on a permis à Kamila de demeurer aux Jeux, malgré le fait que l’enquête se poursuive. Logan avait personnellement communiqué avec les équipes de la LNH pour leur demander de ne pas le repêcher en 2021, le temps qu’il gère sa réhabilitation.

Avec pour résultat que Kamila, bien placée pour obtenir une médaille d’or, a croulé sous la pression et a complètement raté sa sortie en patinage artistique. Devant le monde entier, elle s’est montrée inconsolable. Si on l’avait disqualifiée, rien de tout cela ne se serait produit. La tache à son dossier se serait effacée plus vite que son humiliation.

Quant à Logan, le Canadien n’a pas respecté sa demande et l’a repêché. Jusque là, à peu près personne n’avait eu vent de ses agissements hors glace. À partir de là, tout le monde l’a appris et sa ligue lui a imposé des sanctions supplémentaires.

Ces deux athlètes sont jeunes et bourrés de talent. Parce que des adultes ont pris de mauvaises décisions, ils ont été plongés dans l’embarras et ne s’en sortiront peut-être pas. J’espère qu’on saura en tirer des leçons. L’avenir des jeunes doit toujours passer avant les intérêts pécuniaires.


Dans le cours de français

Qui donc possède un accent, les Français ou les Québécois ?

Dans une capsule diffusée par France Culture, l’historien Gérard Noiriel indique, à juste titre, qu’il est ethnocentrique que d’affirmer que telle ou telle population s’exprime avec un accent. Tous les parlers possèdent leurs déclinaisons et les élocutions diffèrent même d’une région à l’autre. On en compte quelques dizaines sur le seul territoire québécois.

Noiriel rappelle également ce que tous les linguistes savent, c’est-à-dire que le français parlé au Québec ressemble beaucoup à celui qui s’exprimait à Paris jusqu’au 17e siècle. En ce sens, et il l’affirme, ce sont plutôt les Français qui ont fini par prendre un accent.

Écouter la capsule de Gérard Noiriel sur France Culture


Dans le cours de français, deuxième période

Au-delà de l’accent, il y a la qualité de la langue. L’Office québécois de la langue française a longtemps et souvent été critiqué pour ses excès de zèle, mais force est d’admettre que plusieurs anglicismes, au cours des dernières décennies, ont grâce à lui été remplacés dans l’usage par les bonnes expressions françaises. C’est tout le contraire qui se produit de l’autre côté de l’Atlantique, alors que l’anglais est en train de ravager tout l’espace publicitaire de l’Hexagone.

Il était temps que l’Académie française rappelle tout le monde à l’ordre, cette semaine. Dans un rapport de 31 pages, à l’intérieur duquel elle dénonce les lignes publicitaires truffées d’anglicismes d’un grand nombre d’entreprises et d’organismes du pays, elle exhorte également les responsables à «tenir compte de la réalité sociale», dans le cadre d’une communication «claire et efficace».

Elle se montre sévère envers les entreprises de communication et les diffuseurs : « La communication actuelle est caractérisée par une dégradation qu’il est essentiel de ne pas considérer comme une fatalité. Il est de la responsabilité mais aussi de l’intérêt de ceux qui disposent des canaux d’information et de diffusion de veiller à redonner à la communication institutionnelle la qualité et l’efficacité que l’ensemble des publics est en droit d’attendre. Ils disposent des moyens de renverser la tendance actuelle. »

Je m’en réjouis.

Lire le rapport de la commission d’étude sur la communication institutionnelle en langue française, de l’Académie française


Dans le cours de musique

J’avais hâte d’entendre du nouveau matériel de Benoit Pinette, alias Tire le coyote. C’est le 11 février dernier que son plus récent album, Au premier tour de l’évidence, a vu le jour. J’ai pu l’écouter en entier et je n’en pense que du bien !

Si le falsetto de l’auteur-compositeur-interprète peut déranger l’ouïe de certaines personnes, sa poésie et ses mélodies s’intègrent parfaitement à mes goûts musicaux. Voici donc, en musique bleue, la pièce titre de l’album.

Tire le coyote – Au premier tour de l’évidence – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Il est des choses que l’on souhaite au plus profond de notre être. Quand une série de résultats surpasse l’ensemble de ces attentes, la plénitude qui s’ensuit apporte son lot de joie et de moments de bonheur. Un fil conducteur relie ce genre d’éléments, cette semaine. Il a pour nom Charles Hamelin.

Il vient de clore sa cinquième et dernière participation à des Jeux olympiques d’hiver. Il l’a fait de brillante façon en remportant une sixième médaille, une quatrième en or. Déjà, c’est une gloire personnelle et une fierté collective qui rejaillissent sur l’ensemble d’un pays. Si on ajoute une touche technologique du diffuseur télévisuel, l’exaltation comble tant l’athlète et sa famille que les témoins de la scène.

Créant l’illusion que les trois se trouvaient dans la même pièce, Radio-Canada a virtuellement réuni Hamelin, à Pékin, avec sa conjointe Geneviève Tardif et leur fille, à Montréal. Ceci a donné lieu à un moment de télé des plus touchants.


Billet du 10 décembre 2021 : Le haro d’Umberto

Dans mon dernier billet, j’ai évité de m’exprimer sur le congédiement de Marc Bergevin. J’avais mon opinion sur le sujet, mais disons que cette saison, mes intérêts sont ailleurs que chez le Canadien de Montréal. Alors je résumerai très rapidement ma réflexion. L’amateur de baseball que je suis ne peut s’empêcher de comparer le remerciement du directeur général à un retrait sur trois prises.

Ainsi, selon moi, les trois prises qui l’ont envoyé aux douches sont :

  • Le fait de s’être entêté à garder Trevor Timmins à son poste;
  • Avoir négligé de renouveler le contrat de Joël Bouchard;
  • Avoir repêché Logan Mailloux, en première ronde, de surcroît.

À partir de là, la question n’était plus de savoir si Bergevin allait être congédié. La question était de savoir quand il le serait. Timmins repêchait mal, mais Bouchard développait bien. On a gardé le premier durant quinze longues années et laissé aller le second après trois ans. Quand on a deux prises contre soi, on n’a plus droit à l’erreur.


Dans le cours de français

Vu sur le site de France Info : 

Puis, sur celui de Radio-Canada :

Le premier mentionne un boycott, alors que le second indique un boycottage. C’est ce qui m’a incité à rechercher la bonne expression.

Le Larousse affirme que les deux formes sont admises en français, mais recommande boycottage, comme l’emploie Radio-Canada. Le dictionnaire précise qu’il s’agit ici de la forme francisée et suggère qu’elle soit utilisée dans l’expression soignée, notamment à l’écrit.


Et je cite :

« Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui, auparavant, ne faisaient que discuter au bar après un verre de vin, sans causer de tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite, alors qu’aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel. C’est l’invasion des imbéciles. »

Umberto Eco, écrivain, 2015.

Ce n’est qu’au cours de la semaine que j’ai pris connaissance de cette citation de l’auteur du populaire roman Le Nom de la rose, paru en 1980. Ce coup de gueule, émis quelques mois avant sa mort, avait, semble-t-il, soulevé toute une polémique. Sans endosser entièrement les épithètes utilisées, force est d’admettre que l’abondante désinformation véhiculée par les réseaux sociaux, depuis les dernières années, pourrait nous tenter d’adhérer à sa position.

Je m’inscris cependant en faux face à certains aspects de la citation. D’abord, j’estime que les réseaux sociaux ont démocratisé les communications. En ce sens, ils n’ont pas donné le droit de parole qu’à ces imbéciles, mais également à des personnes très sensées qui, loin d’une candidature à un prix Nobel, ont tout de même su contribuer à l’avancement de plusieurs causes ou alimenté positivement nombre de débats.

Ensuite, qui a déjà réussi à faire taire un imbécile ? Que ce soit au bar, sur les réseaux sociaux ou à quelque autre endroit où il choisit de se manifester, tant la rebuffade que la solide argumentation ne trouveraient un effet suffisamment fort pour l’empêcher de s’exprimer. Sur internet, au moins, les antithèses de ses balivernes, répliquées par centaines, peuvent exposer à la planète entière un étayage ferme des théories maintes fois démontrées par des experts, mais décriées par ce faible d’esprit qui, une fois de plus, aura trop parlé ou trop écrit.

Si Eco le qualifie sévèrement, Desproges le conseille directement.

Et je cite :

« Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet. »

Pierre Desproges, humoriste.

Dans le cours de musique

Pour la deuxième fois, je retiens en #musiquebleue une pièce de l’album Chansons hivernales, de Pierre Lapointe. Après le Maman, papa de l’an dernier, chanson particulièrement touchante, je vous propose cette semaine d’entendre ou de réentendre Ce qu’on sait déjà, un air beaucoup plus festif.

Pierre Lapointe – Ce qu’on sait déjà – Chansons hivernales – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Les essais cliniques étant enfin terminés, la société biopharmaceutique québécoise Medicago soumettra très prochainement à Santé Canada la demande d’homologation de son vaccin contre la COVID-19. S’il est approuvé, il deviendra le premier vaccin conçu à partir de plantes, la société se spécialisant dans le développement et la commercialisation de médicaments à base de tabac. Le déploiement pourrait commencer aussi rapidement qu’au début de 2022.

C’est l’attente de ce vaccin qui aura coûté à Guillaume Lemay-Thivierge son poste de porte-parole de Hyundai, ainsi que sa collaboration dans l’équipe de réalisateurs de la populaire série District 31.


L’image d’en-tête de mon billet de cette semaine est une photographie d’un projet d’art réalisé par les élèves et le personnel du service de garde de l’école où j’enseigne. La création artistique m’impressionnera toujours.


Journal de vacances du 30 juillet 2021

Je soupçonne que Marc Bergevin, le directeur général du Canadien de Montréal, s’imaginait que son choix controversé, en première ronde du repêchage de la LNH, allait créer une commotion qui monopoliserait l’espace médiatique durant 24 heures, 48 tout au plus. Erreur. Une semaine plus tard, le sujet fait toujours couler beaucoup d’encre et le propriétaire de l’équipe, Geoff Molson, a dû présenter des excuses publiques après avoir assumé la responsabilité de la décision.

Le joueur repêché, Logan Mailloux, aujourd’hui âgé de 18 ans, a diffusé des photos de nature sexuelle sans le consentement de la jeune femme impliquée, l’an dernier.

Ce que j’en pense personnellement se résume simplement. Je suis père d’une fille de 22 ans et d’un fils de 18 ans. Si la victime était ma fille, je serais sans pitié pour l’agresseur et utiliserais tous les moyens légaux pour qu’il s’en souvienne pour le reste de son existence. Si le coupable était mon fils, je m’assurerais qu’il comprenne la gravité de son geste, qu’il répare ce qu’il est possible de réparer, et je souhaiterais ensuite qu’il puisse vivre sa vie le plus normalement possible.

Deux poids, deux mesures ? Peut-être. Mais c’est en me plaçant dans la peau des parents des deux personnes impliquées que j’ai pu analyser le tout d’un point de vue objectif. Et dans les deux cas, je suis fâché contre le Canadien. Si je suis le père de la jeune femme, j’ai l’impression que le drame vécu par ma fille est banalisé par l’équipe de hockey la plus prestigieuse au monde. Si je suis le père de Logan Mailloux, je constate l’ampleur de la médiatisation du geste de mon fils et je réalise qu’il ne vivra probablement jamais une carrière de hockeyeur digne de son talent parce que, contrairement à plusieurs criminels, il lui sera très difficile de s’amender.

Pour Marc Bergevin, Geoff Molson et Trevor Timmins, il s’agit au mieux d’un mauvais calcul. Et au pire, d’une terrible erreur de jugement.


Lecture de vacances

J’achève la lecture de Chips! Peanuts! Cracker Jacks! 24 histoires savoureuses des Expos, du journaliste Frédéric Daigle. Lecture légère d’été pour l’enseignant en vacances et grand amateur de baseball que je suis. L’auteur a recueilli les témoignages de 24 personnes ayant gravité dans le giron de l’équipe montréalaise, au cours de ses 35 années d’existence, et les a rassemblés en autant de chapitres d’un même ouvrage. Parmi les gens interviewés, notons Roger D. Landry, décédé quelques mois plus tard.

En raison du titre, je croyais y découvrir une série d’anecdotes plus ou moins cocasses, de même que quelques potins. Je me trompais. Le bouquin relate plutôt les coulisses de plusieurs histoires touchant l’équipe. Il lève ainsi le voile sur les causes et les conséquences d’une foule d’événements connus du public, mais dont les détails étaient demeurés secrets. Si quelques passages font sourire, ce sont plutôt des querelles, des malaises et des drames qui constituent la majeure partie du contenu du livre. On y trouve aussi quelques règlements de comptes.

Si je n’ai relevé aucune erreur d’orthographe à travers les pages, je dois malheureusement admettre que la construction de plusieurs phrases laisse à désirer. 

Chips ! Peanuts ! Cracker Jacks ! 24 histoires savoureuses des Expos;
Auteur : Frédéric Daigle;
Les Éditions de l’Homme;
270 pages.

Déformation professionnelle

À propos des fautes d’orthographe et de phrases mal construites, deux erreurs évidentes m’ont sauté au visage, cette semaine, sur les sites des deux principaux réseaux de sports québécois. Plusieurs jours plus tard, ces erreurs n’ont toujours pas été corrigées.

D’abord, dans le deuxième paragraphe d’un article publié sur le site de TVA Sports, on pouvait lire ceci :

Source : TVA Sports

Lien vers l’article

Ici, on aurait dû lire «Il n’y a eu aucune discussion avec Montréal», sans marques du pluriel. Dans ce contexte, aucune signifie pas une. Le nom discussion et son déterminant doivent alors être employés au singulier.

Ensuite, le onzième paragraphe d’un texte diffusé sur RDS.ca se lisait ainsi :

Source : RDS

Lien vers l’article

On a droit à une erreur de conjugaison, ici. «Marc-André (…) renforce notre défensive…», il ne la renforcit surtout pas ! Le verbe renforcer, employé à la 3e personne du singulier de l’indicatif présent, se lit il/elle/on renforce.

#LeProfCorrige (même en vacances).


Dans mes écouteurs

Je vous propose un bon hard rock québécois, cette semaine. Le duo Rouge pompier, réunissant Alexandre Portelance et Jessy Fuchs, a déjà lancé trois albums : Kevin Bacon, Chevy Chase et Neve Campbell. On voit que les deux amis ne manquent pas d’humour ! C’est sur le troisième opus qu’on retrouve la plage Gaetan Mouillé, que vous pouvez entendre aujourd’hui. C’est une belle pièce d’été.

Rouge pompier – Gaetan Mouillé – Neve Campbell – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Au moment où j’écris ces lignes, le Canada a remporté 11 médailles aux Jeux olympiques de Tokyo. Six de ces médailles ont été remportées dans des compétitions individuelles, les cinq autres, en équipes. La particularité est qu’il n’y a jusqu’à présent aucun médaillé olympique canadien. Il n’y a que des médaillées olympiques canadiennes !

La bonne nouvelle, c’est que cette prestation aidera sûrement nos athlètes féminines à enfin obtenir des commandites se rapprochant un tant soit peu de celles dont bénéficient leurs camarades masculins. 

Pour le reste, bravo à tous nos athlètes.


Et je cite :

« L’amour et le soutien débordants que j’ai reçus m’ont fait réaliser que je vaux plus que mes réalisations et la gymnastique, ce à quoi je n’avais jamais vraiment cru auparavant. »

Simone Biles, gymnaste américaine, après son retrait en pleine compétition pour des raisons de santé mentale, le 28 juillet 2021.