Billet du 21 mai 2021 : Un tour du monde en quatre minutes

Dans le cours d’univers social

L’éternel conflit israélo-palestinien est entré dans une nouvelle phase, au cours des derniers jours, avec les bombardements israéliens sur la Bande de Gaza. Ce conflit perdure depuis 1947, quand l’ONU a reconnu l’existence d’un état israélien, mais pas celui d’un état palestinien. Bien sûr, la communauté internationale reconnaît une autorité palestinienne, dirigée d’abord par Yasser Arafat, puis par Mahmoud Abbas, mais sans lui reconnaître un territoire. Celui que l’autorité palestinienne occupait et qu’elle revendique toujours a été pris par Israël lors de la guerre de 1967.

Si ce conflit a donné naissance à des groupes perçus comme terroristes du côté arabe, le Hamas en est un exemple, ce sont bel et bien des cibles civiles qui sont visées par Israël, depuis le 10 mai dernier. L’une de ces cibles, samedi, était un immeuble abritant plusieurs médias, dont l’Associated Press et Al-Jazeera. Les différentes frappes ont fait des centaines de victimes innocentes et s’inscrivent dans la lignée des crimes de guerre. J’aimerais bien qu’une nation importante sur l’échiquier mondial finisse par le reconnaître. Le problème est que depuis toujours, lorsqu’il s’agit d’Israël, la communauté internationale marche sur des œufs. Et actuellement, elle fait l’autruche.


Dans le cours de science et technologie

À travers une série de sautes d’humeur météorologiques, le réchauffement climatique montre ses effets depuis plusieurs années. Cette semaine, c’est d’une façon beaucoup plus impressionnante qu’il en a donné une démonstration. Jeudi matin, un bloc de glace de 4 320 km2 s’est détaché de l’Antarctique et s’est jeté dans la mer de Weddell. Pour vous situer, une superficie de 4 320 km2 représente environ neuf fois celle de l’île de Montréal.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la température moyenne à la surface de la planète aurait grimpé de 0,85 °C depuis 1850. Toutefois, la hausse aurait été de plus du double dans la région de l’Antarctique. Contrairement à la fonte des glaces au pôle Nord, celle du pôle Sud contribue à augmenter le niveau d’eau des océans, étant donné que les glaces à cet endroit se détachent d’un continent.

Les scientifiques affirment que le nouvel iceberg, de loin le plus gros flottant en mer, se brisera en deux ou en trois.

Source : Agence spatiale européenne et AFP.

Dans le cours d’univers social, deuxième période

L’automne dernier, on a abondamment fait état de l’adolescence québécoise de la nouvelle vice-présidente américaine, Kamala Harris. L’histoire s’est répétée au cours des dernières semaines, quand Elena McLeod-Whitham a fait son entrée au parlement écossais. Madame Whitham a vécu 15 ans au Canada, dont 10 au Québec, où elle a entre autres étudié le journalisme à l’Université Concordia.

Francophile et s’exprimant dans un excellent français, elle admet avoir voté OUI au référendum de 1995. De retour en Écosse l’année suivante, elle a milité au sein de différents groupes sociaux, avant d’intégrer le Parti national écossais, sous la bannière duquel elle a joint la députation le 8 mai dernier. C’est donc à titre d’élue qu’elle poursuivra sa lutte pour l’indépendance de l’Écosse.


Dans le cours de science et technologie, deuxième période

Analyse intéressante d’Olivier Bernard, dit le Pharmachien, qui a stipulé que la démarche conspirationniste se défilait exactement à l’inverse de la démarche scientifique. Avec l’humour et le talent artistique qu’on lui connaît, il a produit cette affiche :

Dans le cours de musique

Ex-concurrente à l’émission La Voix, alors qu’elle était adolescente, Marilyne Léonard a enregistré une série de reprises, tout en poursuivant ses études. Mercredi, elle a publié une première œuvre originale, Bateaux. La pièce n’est pas sans rappeler le son pop-rock français des années 1980. C’est la #musiquebleue que je vous propose cette semaine. Elle est disponible sur toutes les plateformes.

Marilyne Léonard – Bateaux – #musiquebleue

Dans le cours de musique, deuxième période

Franco-Ontarien d’origine, Damien Robitaille est connu au Québec, où il a décidé de faire carrière, depuis plusieurs années. Phénomène particulier, le confinement lié à la pandémie de COVID-19 l’a propulsé sur la scène internationale, alors qu’il a fait valoir ses talents d’homme-orchestre sur YouTube. Ses vidéos ont été visionnées par des dizaines de milliers de personnes et lui ont mérité des apparitions dans plusieurs émissions de variétés, à plusieurs endroits dans le monde.

Pour sa 200e prestation, Damien Robitaille a voulu frapper un grand coup. Après avoir consulté son auditoire, il a finalement arrêté son choix sur une reprise de We Are The World, à l’intérieur de laquelle il répète les lignes de chacun des artistes originaux. Son travail était déjà phénoménal. Cette fois, il s’est surpassé. Bravo !

Damien Robitaille – We Are The World

La bonne nouvelle de cette semaine

On tue la UNE !

Je suis d’avis que la meilleure nouvelle de la semaine demeure le plan de déconfinement présenté par le premier ministre du Québec, mardi dernier. Après plus de 14 mois, on peut enfin espérer un retour à la vie normale d’ici quelques mois. On entreprend les assouplissements dès la semaine prochaine.

Ce qui m’interpelle le plus, c’est cette phrase toute simple dans la colonne de droite du résumé graphique : « Retour vers une organisation normale au primaire et au secondaire ». Ceci est prévu à la fin du mois d’août. Prétendre que j’en trépigne d’impatience serait peut-être exagéré, mais juste un peu !


Image en titre du billet : Shutterstock


Billet du 22 janvier 2021 : Une pause attendue

Hier, le premier ministre François Legault s’est quelque peu avancé sur sa position quant à l’annulation ou non de la semaine de relâche scolaire. Il a mentionné vouloir respecter la convention collective, ce qui laisse prévoir qu’il optera pour le maintien du congé printanier. C’est la bonne décision à prendre.

L’annulation est surtout promue par des animateurs d’une station radiophonique montréalaise, qui mentionnent y voir une occasion d’ainsi restreindre considérablement les voyages à l’étranger et de compenser partiellement, pour les élèves, les apprentissages ralentis par les confinements. J’admets que si je ne connaissais pas si bien la réalité du milieu de l’éducation, ces arguments m’apparaîtraient intéressants. Mais la réalité, pour plusieurs raisons, suggère autre chose.

D’abord, il faut vivre la situation dans les écoles pour réaliser à quel point tant les élèves que le personnel sont à bout de souffle. On prétend que tout ce beau monde s’est reposé de mars à septembre, rien n’est plus faux. Déjà, au début du premier confinement, plusieurs enseignants, j’en suis, ont entrepris des contacts académiques à distance avec leurs élèves. Deux semaines plus tard, et jusqu’à la fin du mois de juin, une forte majorité d’enseignants ont emboîté le pas, malgré le manque de ressources matérielles. À travers tout cela, les élèves apprenaient une nouvelle façon d’apprendre.

Depuis septembre, le travail s’accomplit presque normalement, malgré des mesures sanitaires qui bousculent nos horaires et augmentent considérablement la tâche de tout le personnel. Et sincèrement, dans un milieu où les échanges verbaux sont omniprésents et essentiels, le port du couvre-visage par tous rend l’exercice épuisant. La pause sera donc bienvenue tant pour les élèves que pour le personnel, avant d’entreprendre les treize ou quatorze dernières semaines de l’année scolaire.

Ensuite, a-t-on pensé aux stations de ski ? Déjà privées d’une part importante de leur clientèle, la perte de leur semaine la plus lucrative de la saison risque de causer un tort irréparable à plusieurs d’entre elles et à un secteur de l’économie québécoise.

La plupart des gens l’ignorent, mais la semaine de relâche n’est pas rémunérée pour les enseignants. Bien sûr, l’étalement de notre salaire sur 26 périodes de paie nous assure un revenu régulier, mais je me demande quel argument, en période de négociation de convention collective de surcroît, serait assez solide pour nous convaincre d’aller enseigner bénévolement durant la première semaine de mars.

Ajoutez à cela la pénurie d’enseignants. Il y a une dizaine d’années, près du quart (24%) des nouveaux enseignants quittaient la profession après cinq années ou moins. J’ignore les statistiques plus récentes à ce niveau, mais ce que je sais, c’est que les arrêts de travail pour maladie sont plus nombreux et se comptent maintenant en mois et en années avant le retour au travail, lorsque retour il y a. Je constate également l’importante baisse d’inscriptions dans les facultés d’éducation des universités québécoises. La relève n’est pas au rendez-vous. Chaque décision allant à l’encontre des bonnes conditions de travail revêt donc une grande importance, qui s’avère néfaste pour le recrutement.

La transformation de la première semaine de mars en jours d’école aurait-elle un impact positif sur les apprentissages des élèves ? Dans ce contexte, je doute qu’il soit important, s’il s’avère. Mon expérience me dicte également que le taux d’absentéisme risque d’être élevé. Quant à l’autre argument, celui de restreindre les voyages à l’étranger, plusieurs autres outils s’offrent à nos deux gouvernements. Le Nouveau-Brunswick n’a pas eu besoin du fédéral pour fermer ses frontières. Imposer une quarantaine dans un endroit défini et surveillé, aux frais du voyageur, est aussi une solution envisageable et qui se voit ailleurs.

Parce qu’entre vous et moi, si l’annulation de la semaine de relâche scolaire permettait effectivement de restreindre la quantité de voyages familiaux pour des gens de la classe moyenne, aurait-elle le même impact chez d’autres, comme certains élus avides de soleil et de plages, par exemple ? Je serais curieux d’entendre la réponse d’un des animateurs de la station de radio montréalaise qui a lancé cette suggestion.


Dans le cours d’éducation physique

L’apprentissage de la vie en société trouve une grande place à travers les cours d’éducation physique, à l’école. Très jeune, on y apprend le partage de l’équipement, l’entraide, le jeu de groupe. On y apprend à bien gagner, en respectant l’adversaire et en saluant sa performance. De la même manière, on y apprend aussi qu’être bon perdant, ce n’est pas d’aimer perdre, mais de reconnaître que l’autre a livré une joute légitime qui l’a conduit vers une victoire méritée.

Mercredi, la journaliste Weijia Jiang, correspondante à la Maison-Blanche pour CBS News, a relayé sur son compte Twitter le texte du discours d’adieu de Donald Trump, tel que remis à la presse américaine. Selon ce texte, le président défait devait pour la première fois nommer le président élu Joe Biden et sa vice-présidente Kamala Harris, leur souhaitant bon succès dans leur travail pour garder le pays fort, prospère et libre. De toute évidence, Trump a sauté cette ligne dans son discours.

Je me demande quels étaient les résultats du petit Donald dans ses cours d’éducation physique, à l’école élémentaire.


Et je cite :

« En rejoignant l’Accord de Paris sur le climat, le président Biden confirme qu’il est plus préoccupé par les intérêts des citoyens de Paris que par les emplois des citoyens de Pittsburgh. »

Ted Cruz, sénateur du Texas, le 20 janvier 2021

Si vous pensez que ces propos du sénateur Cruz auraient peut-être été mal rapportés ou mal traduits, je vous invite à en consulter la source.


Dans le cours de musique… et de français

Voici une #musiquebleue toute particulière, cette semaine. Une #musiquebleue où la musique est accessoire, où les paroles se dressent à l’avant-scène. David Goudreault est travailleur social, écrivain et poète. Il y a dix ans, il est devenu le premier Québécois à remporter la Coupe du monde de poésie, à Paris. Deux autres allaient suivre, en 2013 et 2016. Donnant dans le slam, David Goudreault revendique quatre albums. Son dernier, Le nouveau matériel, a vu le jour en décembre. Pour la pièce Mémoires, extraite de cet album, l’artiste s’est adjoint la belle et puissante voix de Luce Dufault, ainsi que le talent de la comédienne Francine Ruel pour incarner le personnage central d’un vidéoclip des plus touchants.

Mémoires, de David Goudreault, tiré de l’album Le nouveau matériel.

La bonne nouvelle de cette semaine

Il y a plusieurs façons de répandre le bien autour de soi. Un dénommé Donald Hargray a su le faire avec brio. Après l’importante accumulation de neige de samedi dernier, l’homme de 65 ans s’est rendu dans le stationnement de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme pour déneiger les automobiles du personnel de l’endroit. Au total, ce sont plus de 180 travailleuses et travailleurs de la santé qui ont pu quitter leur lieu de travail sans avoir à se préoccuper de cette tâche, Monsieur Hargray étant passé le faire à la fin de deux quarts de travail.

Au total, il en aura coûté quelques heures de travail et aucune implication pécuniaire. Mais surtout, le temps investi a rapporté joie et soulagement à plusieurs dizaines de personnes.


Billet du 30 octobre 2020 : Hocus POTUS

À quel genre de magie aurons-nous droit, cette semaine ? Premièrement, les enfants québécois seront autorisés à passer l’Halloween, samedi, en pleine deuxième vague de la pandémie de coronavirus, alors que nos mesures sanitaires font des mécontents et que l’Europe reconfine. Un an après le cafouillage de l’an dernier, quand les pluies diluviennes du 31 octobre avaient incité certaines municipalités à repousser au 1er novembre, au milieu d’un vent à écorner les boeufs, la traditionnelle cueillette de bonbons, la situation permettra-t-elle aux enfants de retrouver cette ambiance festive automnale et une récolte abondante ? Réponse demain, dans nos rues et les bulletins de nouvelles de fin de soirée.

Dans le cours d’univers social

Ensuite, le réveil de mercredi matin en sera-t-il un d’euphorie ou de dur lendemain de veille pour les États-Unis et la planète, suivant l’élection à la présidence américaine ? L’ère Trump se poursuivra-t-elle quatre années de plus ou fera-t-elle place à un nouveau POTUS, en l’occurence Joe Biden ?

La seule prédiction à laquelle je me risque, c’est que Biden remportera le vote populaire. Mais le système électoral américain étant ce qu’il est, alors que 48 des 50 états accordent la totalité des votes des grands électeurs à un seul des deux candidats, Donald Trump dispose d’excellentes chances de demeurer à la Maison-Blanche. Rappelons qu’en 2016, il avait remporté le vote du collège électoral 304 contre 227, alors que son adversaire Hillary Clinton avait obtenu, au niveau de la population, près de 3 millions de votes de plus que lui.


Dans le cours de français

Triste nouvelle, mercredi matin, alors que la francophonie apprenait le décès d’Alain Rey, le rédacteur en chef des éditions Le Robert. Il n’avait que 24 ans lorsqu’il a été engagé par Paul Robert, en 1952, demeurant au sein de l’entreprise jusqu’à sa mort. On lui doit tous les dictionnaires de la maison, en collaboration avec différents linguistes.

Ce qu’il y a de particulier avec Alain Rey, c’est que seul son amour de la langue française l’a guidé tout au long de son parcours. En effet, bien qu’il eût fait des études en lettres, il n’a jamais reçu de diplômes universitaires.

Il y a quelques mois à peine, il s’était prononcé sur le genre du mot Covid. J’y avais d’ailleurs fait allusion dans mon billet du 5 juin dernier.

Et je cite :

« Les verbes pleurent, les adjectifs sont tristes, les noms versent des larmes, les adverbes sont infiniment chagrins, le français est en deuil: Alain Rey a refermé ses précieux dictionnaires. »

Bernard Pivot, le 29 octobre 2020

Dans la salle du personnel

Excellente nouvelle pour nous, enseignants, en milieu de semaine, alors que le gouvernement du Québec annonçait la conversion de trois journées de classe de la présente année scolaire en journées pédagogiques. Contrairement à ce que plusieurs croient, les journées pédagogiques ne sont pas des jours de congé pour les enseignants. Ce sont des journées de formation, de réunion, de planification, parfois de correction.

Il y a deux ans, en raison de fermetures des écoles lors de tempêtes de neige ou d’importantes chutes de verglas, nos journées pédagogiques situées entre la mi-février et le début du mois de juin avaient toutes été rayées du calendrier, à l’école où j’enseigne. Durant cette période, il y avait eu la relâche scolaire, les congés de Pâques et celui de la Fête de Dollard-Reine-Patriotes (appelez-le comme vous voulez), mais aucun de ceux-ci ne nous permettait de nous réunir entre collègues, à l’école. Il avait donc fallu le faire sur notre temps personnel, durant près de cinq mois.

Avec la surcharge de travail que la situation actuelle nous demande, en ce temps de Covid, cette décision est vraiment bienvenue.


Dans le cours d’éducation physique

Le 7 octobre dernier, un jeune hockeyeur américain de 18 ans, Mitchell Miller, réalisait son grand rêve alors qu’il était repêché en 4e ronde par les Coyotes de l’Arizona. Trois semaines plus tard, il ne fait déjà plus partie de l’organisation et ne jouera probablement jamais dans la LHN. Alors qu’il avait 14 ans, Miller a intimidé un camarade de classe de race noire et présentant des retards de développement. Il faut préciser que les gestes posés étaient graves et ont résulté en accusations devant une cour de jeunesse.

Ce qu’il y a de malheureux, en plus de ce qu’ont subi la victime et sa famille, c’est que les Coyotes avaient fait le pari de prendre part à la réhabilitation complète de Miller, considérant son attitude, sans l’excuser, comme une erreur de jeunesse. La pression populaire s’est cependant montrée plus forte et la formation professionnelle n’a eu d’autre choix que de couper les ponts avec son jeune défenseur.

Les conséquences sont lourdes pour tous les acteurs, dans cette histoire. J’espère qu’elle servira d’exemple dans certains milieux.


Dans le cours d’univers social, deuxième période

À travers les pages de ce blogue, je me suis généralement gardé une réserve sur les questions politiques. Je transgresserai ma propre règle aujourd’hui. Dans un rassemblement au Michigan, mardi, Donald Trump a évoqué devant ses partisans le 25e Amendement qui ferait de Kamala Harris la première femme à la présidence des États-Unis, la ridiculisant au passage. Vous pouvez écouter l’entièreté de son discours en suivant ce lien, mais entre 12:25 et 12:50, Trump déclare : « Après trois semaine à la présidence, Joe se fera descendre. Alors Kamala, tu es prête ? »

Quand on connaît les liens de Trump avec les Proud Boys, cette milice armée prête à le maintenir au pouvoir coûte que coûte, on peut se demander où cette déclaration l’aurait mené, quelques minutes à peine après l’avoir prononcée, s’il n’avait pas été président des États-Unis.


Extrait de Monsieur Bellum, par Hergé (1939)

Et je cite :

– Vous trouvez pas ça bizarre que ce ne soit que des républicains qui testent positif à la COVID-19?

– Pas plus étrange que lorsque mon chum Jimmy, au CEGEP, qui répétait toujours que le condom n’était pas confortable, a attrapé la gonorrhée.

Louis T., humoriste, le 25 octobre 2020

Jouons avec les mots

Dans mon dernier billet, je vous demandais de me nommer le plus long mot de la langue française dont on ne prononce aucune des lettres. La réponse est oiseaux, dont on ne prononce ni le [o], ni le [i], ni le [s] (qui se prononce [z]), ni le [e], ni le [a], ni le [u], ni le [x].

Cette semaine, je vous demande de me nommer le mot le plus court contenant toutes les voyelles, à l’exception du y. C’est facile ! Réponse dans mon billet du 6 novembre.


Dans le cours de musique

Cette semaine, je me suis vraiment amusé en découvrant l’album Le camp de vacances de Jérôme 49, de Jérôme 50. Pourquoi celui qui s’affiche sous le pseudonyme de Jérôme 50 a-t-il choisi de s’appeler Jérôme 49 dans le titre de cet album ? Je l’ignore. Quoi qu’il en soit, l’artiste y revisite les grands classiques des camps de vacances avec des paroles contemporaines et franchement moins innocentes que les originales. J’admets avoir éclaté de rire par moments, lors de l’écoute.

Pour l’extrait de cette semaine, en #musiquebleue, je vous propose sa version de Trois p’tits chats. Amusez-vous !


La bonne nouvelle de cette semaine

Joey Moss est décédé. En soi, cela n’a rien d’une bonne nouvelle, au contraire. La bonne nouvelle, c’est tout ce qui entoure la vie de cet homme. Comment il a su faire sa place dans la cour des grands. Comment les grands ont donné sa chance à la différence et largement bénéficié des retombées positives de leur action.

Joey Moss est né avec la trisomie 21, en 1963. Un jour de 1984, un certain Wayne Gretzky, qui le connaissait, a proposé aux Oilers d’Edmonton de l’engager comme préposé au vestiaire de l’équipe. Dès le départ, aux dires de plusieurs, Moss accomplissait ses tâches avec une rigueur incomparable. Au point où les Eskimos d’Edmonton, de la Ligue canadienne de football, lui ont offert le même emploi, quelques années plus tard. Heureux et reconnu dans toute l’Alberta, Joey Moss a cumulé les deux fonctions jusqu’à lundi dernier, jour de son décès.

Tant au hockey qu’au football, les joueurs et autres éléments de l’organisation le considéraient comme un membre de l’équipe à part entière. Mourir à 57 ans, c’est jeune. Mais pour quelqu’un atteint de trisomie 21, cet âge est vénérable. La considération qu’il a reçue a-t-elle eu un effet sur sa longévité ? J’ose croire que oui. En fait, j’en suis certain.

Photo : Page Facebook des Oilers d’Edmonton.

Image en titre du billet : Shutterstock


Billet du 9 octobre 2020 : Le premier bergevinisme

D’abord, en ce début d’octobre, ma famille et moi avons décidé d’apporter notre soutien d’une nouvelle façon aux personnes atteintes du cancer du sein (environ 27 400 femmes et 240 hommes recevront ce diagnostic au Canada, en 2020), en nous procurant l’ampoule rose nous permettant de participer au mouvement Le Québec s’illumine en rose, de la Fondation du cancer du sein du Québec. On peut obtenir plus de détails sur la page Facebook de la Fondation.

Dans le cours de français

Cette semaine, on m’a consulté pour me demander la façon de traduire Happy Thanksgiving, dans une missive rédigée en français. J’ai suggéré Bonne fête de l’Action de grâces. Il est à noter que l’épellation du nom de cette fête annuelle requiert un A majuscule à Action, ainsi qu’un g minuscule et la marque du pluriel à grâces.


Dans le cours d’éthique et culture religieuse

Il suffit de peu de choses, parfois, pour discréditer quelqu’un. En toute objectivité, je trouvais que le vice-président américain, Mike Pence, s’était très bien tiré d’affaires face à sa rivale Kamala Harris, mercredi soir, lors de leur débat télévisé. Mais malgré sa performance, c’est la mouche dans les cheveux de Pence qui a retenu l’attention et fait l’objet des commentaires, pendant et après l’événement, reléguant aux oubliettes les messages républicains.

Source : Yahoo

Ceci m’a rappelé une anecdote vécue alors que j’étais arbitre à Baseball Québec. Un collègue sans expérience s’attirait les foudres des équipes et les railleries des spectateurs à tous les matchs où il officiait. Après la saison, histoire de ne pas revivre la même situation l’année suivante, l’arbitre en question a suivi une formation rigoureuse et s’est entraîné de manière à offrir un travail de qualité. Et je dois mentionner qu’il y est finalement parvenu.

Toutefois, lors du premier match de la saison suivante, avant même le premier lancer, il s’est penché pour épousseter le marbre et a ainsi fendu la fourche de son pantalon de l’arrière jusqu’à l’avant, soulevant l’hilarité générale. Il avait enfin arbitré un excellent match ce soir-là, mais cette cocasserie avait fait en sorte que sa crédibilité s’était fait attendre encore longtemps.

Même chose pour Pence et les Républicains. Tout ce qu’ils auraient pu aller chercher de positif mercredi soir a été gobé… par une mouche !


Dans le cours de français, deuxième période

De la grande classe de la part de l’organisation des Rangers de New York, qui ont accueilli Alexis Lafrenière en français, dans la Grosse Pomme, après l’avoir repêché.


Dans le cours de français, troisième période

Comme pour plusieurs, mes oreilles ont saigné, mardi soir, en entendant Marc Bergevin annoncer « Le Canadien de Montréal est fier de sélecter Kaiden Guhle ».

#LeProfCorrige

Ici, on aurait dû entendre « Le Canadien de Montréal est fier de sélectionner… ». Après les perronismes, j’octroie le statut de premier bergevinisme au « verbe » sélecter.


Dans le cours d’univers social

Allan Lichtman, professeur d’histoire dans une université de Washington, a créé dans les années 1980 un modèle à 13 clés lui permettant de prédire le résultat d’une campagne présidentielle américaine. Testé pour la première fois lors de l’élection de 1984, soit celle qui a résulté en la réélection de Ronald Reagan, ce modèle affiche à ce jour une note parfaite de neuf prédictions exactes. Monsieur Lichtman avait ainsi prédit l’élection de George Bush père six mois avant l’élection de 1988, alors que celui-ci tirait de l’arrière par 17 points dans les sondages. De même, il fut l’un des rares à prédire l’élection de Donald Trump, en 2016, quand tous les sondages accordaient la victoire à Hillary Clinton.

Les 13 clés présentent des caractéristiques politiques, économiques ou sociales, formulées sous forme d’autant de questions à réponses vrai ou faux. Le modèle stipule que six réponses « faux » entraîneront la défaite du parti présidentiel. Le « faux », répondant actuellement à 7 des 13 clés, fait prédire à Allan Lichtman une victoire de Joe Biden, le 3 novembre prochain.

L’historien prévient toutefois que deux impondérables pourraient faire de sa dixième prédiction la première qui s’avérerait peut-être inexacte. Ces deux impondérables sont la limitation du vote, le sabotage du vote postal par exemple, ainsi que l’ingérence russe qui, selon le FBI, serait encore bien réelle.

Les sondages actuels indiquent qu’à un peu plus de trois semaines de l’élection, l’avance de Joe Biden est telle que même s’il perdait tous les états pivots, il recueillerait suffisamment de grands électeurs pour assurer sa victoire. Ceci combiné à l’application du modèle du professeur Lichtman me fait dire que seul un sérieux accroc à la démocratie pourrait justifier le fait que Donald Trump demeure à la Maison-Blanche au-delà du 20 janvier prochain.


Dans le cours d’univers social, deuxième période

La région de la Gaspésie a été plutôt épargnée par la première vague de Covid-19, au printemps. Pourtant, trois municipalités de la Baie-des-Chaleurs sont passées en zone rouge, la semaine dernière, devenant ainsi un des épicentres de la deuxième vague. L’explication se trouverait-elle dans le fait que l’endroit a accueilli, au cours des derniers mois, de nombreux et imprudents touristes québécois en mal de plages américaines ? Je demande pour un ami.


Jouons avec les mots

C’est bien vrai, un seul mot de la langue française se terminant en _ette est masculin. Certaines personnes ont répondu avec succès sur la page Facebook #LeProfCorrige. Si votre réponse est squelette, vous tombez pile dessus !

Pour cette semaine, une bonne colle. À part l’adverbe , qui peut aussi être un pronom, pouvez-vous nommer un autre mot dont l’orthographe contient un u accent grave ? Réponse dans mon billet du 16 octobre.


Dans le cours de musique

Il s’appelle Marc-Antoine Beaudoin. Il chante avec la voix de Gilles Rivard, la qualité des textes de Marc Déry et le son rock des Parfaits salauds. Mais il demeure unique et fidèle à lui-même. De son album Déséquilibre, lancé il y a un an, le voici avec la pièce Marie (le feu de l’été).

#Musiquebleue


La bonne nouvelle de cette semaine

Après Les Parent, Un gars, une fille et Like-moi!, voilà qu’une autre série québécoise obtiendra son adaptation française. En effet, le feuilleton 30 vies, écrit par Fabienne Larouche et diffusé durant cinq ans sur les ondes de Radio-Canada, aura son pendant sur France 2. Le tournage des épisodes est amorcé depuis une semaine. Contrairement à la version originale québécoise, l’édition française ne sera pas une quotidienne, mais une série en six épisodes d’une heure. Il fait toujours plaisir d’être témoin de l’exportation d’un produit culturel de chez nous.