Billet du 2 octobre 2020 : Présent !

Dans le cours d’univers social

Tout a été dit, écrit, remâché et dit de nouveau au sujet de Joyce Echaquan, cette mère atikamekw de sept enfants décédée au Centre hospitalier régional de Lanaudière (CHRDL), sous les injures et autres propos atroces d’une infirmière et d’une préposée aux bénéficiaires. Pas question d’évoquer ici le ouï-dire, tout ou presque a été enregistré et diffusé non seulement au Québec, mais autour du monde.

Le Québec est un état ouvert. Mais sa société, ou à tout le moins certains de ses éléments, peut parfois s’adonner à des démonstrations de racisme que je suis incapable de concevoir, surtout à notre époque, et qui m’embarrassent au plus haut point.

Deux femmes se sont fait pincer. Elles ont pour le moment perdu leur emploi, en attendant de savoir si des accusations criminelles seront déposées contre elles. Mais n’est-ce là que la pointe de l’iceberg ? Oui, si on en croit le chef du Conseil des Atikamekw de Manawan, Paul-Émile Ottawa, qui affirme que ses membres sont régulièrement victimes de tels propos dans plusieurs services publics de la région de Joliette. Et sûrement que l’événement de cette semaine au CHRDL serait demeuré lettre morte n’eût été de la présence d’esprit de Madame Echaquan qui, quelques minutes avant de rendre l’âme, a eu l’idée de diffuser sur Facebook Live son agonie et les invectives dont elle a été victime.

S’il se trouve du personnel pour agir de la sorte avec une membre de la communauté atikamekw, peut-on penser que de telles évacuations de frustration et manques de retenue pourraient également viser d’autres communautés, des démunis, des aînés ? Poser la question, c’est y répondre.


Et je cite :

« J’ai vu beaucoup de choses au cours de ma carrière de plus de 60 ans en journalisme. Mais je n’ai jamais rien vu de semblable à ce qui s’est passé ce soir. Plutôt que d’avoir obtenu des réponses, je demeure accroché à une seule question : Vraiment ??? »

Dan Rather, journaliste et animateur à la retraite, à propos du débat entre Donald Trump et Joe Biden, le 29 septembre 2020

Dans le cours d’éducation physique

Je me suis désintéressé du hockey de la LNH il y a déjà plusieurs années. Pourquoi ? Pour tout et pour rien. Mais c’est la première fois que je rate les matchs d’une finale de la Coupe Stanley. Et je me rends compte que je suis en train de rater les séries de championnat du baseball majeur, chose que j’aurais qualifiée d’impensable il y a un an à peine. Chaque dimanche après-midi, depuis deux ou trois semaines, j’allume mon téléviseur pour regarder les matchs de la NFL et je n’accroche pas. La saison de l’Impact ? Je n’en ai rien vu.

Ou bien le sport professionnel a emprunté une tangente que j’ai du mal à suivre, ou bien la Covid ravage à plusieurs niveaux.


Dans le cours d’univers social, deuxième période

Si plusieurs publicités laissent à désirer, souvent en raison d’un humour douteux, il s’en trouve d’autres que je considère comme des bijoux. Ces publicités savent rejoindre l’auditoire par leur originalité et leur façon claire et concise de diffuser leur message. L’une d’elles, qui tourne beaucoup à la télé actuellement, est Répondez présent !, pour promouvoir la carrière enseignante. Conçue par l’Agence Cartier et produite par le ministère de l’Éducation du Québec, le concept constitue l’un des plus beaux appels à la profession dont j’ai pu être témoin.

En réponse à une voix d’enfant qui procède à l’appel des présences, de véritables travailleuses et travailleurs de l’éducation affichent leur fierté d’avoir fait ce choix de carrière. Cartier a vu à équilibrer les genres en choisissant autant des hommes que des femmes, bien que ces dernières soient largement majoritaires en nombre dans la profession.

Si vous n’avez pas eu l’occasion de visionner cette publicité, la voici.


Et je cite :

« 2012, une bactérie circule dans la classe de mon fils et je perds 4 membres. Zéro responsable, il s’est senti coupable pareil. 2020, je pense à tous les enfants… Appliquons les règles sanitaires à la lettre, c’est bien peu d’efforts comparé aux conséquences sur une famille ! »

Marie-Sol St-Onge, artiste-peintre amputée des bras et des jambes, le 30 septembre 2020

Dans le cours d’éthique et culture religieuse

Témoignage poignant de la Docteure Cynthia Lauriault, cette semaine. Dans une lettre ouverte intitulée Comme médecin, j’ai peur et je ne sais plus comment vous le dire, elle relate ses états d’âme, qui vont bien au-delà des simples craintes, face à la deuxième vague de Covid-19 dans laquelle nous sommes plongés. Le début de sa lettre est d’ailleurs sans équivoque quant au contenu qui s’ensuit : « J’ai peur de la COVID-19, j’ai peur de la deuxième vague… mais par-dessus tout, j’ai peur de nous. »

Je vous invite à investir trois minutes de votre temps dans la lecture de ce texte, dans les pages du HuffPost.


Et je cite :

« Le coronavirus est sans foi ni loi. Il se fout du vendredi des musulmans, du samedi des juifs, du dimanche des chrétiens. Il tue tous les jours et peut-être profite-t-il des prières pour contaminer davantage. »

Bernard Pivot, le 27 septembre 2020

Jouons avec les mots

Donc, quelle est l’anagramme du mot endolori ? Si vous avec répondu indolore, vous avez raison !

La question de cette semaine est plus difficile. Dans la langue française, un seul nom commun masculin se termine en _ette. Quel est-il ? Réponse sur cette page, vendredi prochain.


Dans le cours de musique

La semaine dernière, j’ignorais qui était Or et Grenat. Cette semaine, je suis un admirateur. Des chansons à texte, propulsées sur un rythme rock ou sublimées à travers des notes de folk, donnent un savoureux mélange musical qui a su m’accrocher dès la première écoute. Le son de quelques pièces de l’album lancé en février dernier, Autopsie d’un amour, n’est pas sans rappeler celui des Parfaits salauds, autre formation québécoise dont j’ai abondamment écouté l’oeuvre dans les années 1990. La pièce que je suggère aujourd’hui, Un feu, donne dans le folk et la pop. Je l’ai choisie en raison des paroles poétiques et légèrement sarcastiques qui, bien qu’un peu moroses, ont su m’arracher un petit sourire amusé.

#Musiquebleue


La bonne nouvelle de cette semaine

Même quand il s’agit de coronavirus, on peut trouver de bonnes nouvelles. Ainsi, un test de dépistage plus simple et plus rapide sera distribué au Canada, au cours des prochaines semaines. Nouvellement autorisé par Santé Canada, le test de la compagnie Abbott Rapid Diagnostics peut analyser un échantillon prélevé dans le nez ou la gorge d’une personne et livrer un diagnostic négatif ou positif à la Covid-19 après environ 13 minutes. Les provinces canadiennes détermineront les endroits où le test pourra être subi. Il semble déjà acquis que les cliniques médicales seront du nombre, mais certains évoquent la possibilité qu’on puisse offrir le service en pharmacie. Santé publique Canada, par la voix de la Docteure Theresa Tam, a déjà indiqué que les régions rurales seraient traitées prioritairement pour la livraison du produit.


Billet du 10 juillet 2020 : Journal de vacances (2 de 8)

Devant mon écran

Un de mes plaisirs de vacances est d’écouter en rafale les épisodes d’une série télévisée. Cette semaine, j’ai savouré l’excellent C’est comme ça que je t’aime, de François Létourneau et Jean-François Rivard, sur ICI Tou.tv Extra. Cette série est en nomination pour 15 prix Gémeaux, en vue du gala du 20 septembre, et je suis loin d’en être étonné. C’est une des très bonnes séries produites au Québec.

L’histoire se déroule dans le Sainte-Foy du milieu des années 1970. Deux couples âgés fin trentaine, début quarantaine, repliés dans une routine banlieusarde, en viennent à créer en trois semaines la plus grande organisation criminelle de l’histoire de la région, suite à une cascade de quiproquos.

Parmi ses nominations aux Gémeaux, C’est comme ça que je t’aime est en lice pour la meilleure série dramatique. Les épisodes regorgent toutefois de plusieurs séquences donnant dans la comédie, où l’absurde est savamment dosé. Le tandem Létouneau-Rivard, à ce niveau, nous montre qu’il n’a rien perdu de sa touche depuis Série noire, sa tragi-comédie précédente.

Le jeu des actrices et des acteurs est impressionnant, notamment du côté des rôles féminins. Marilyn Castonguay, Sophie Desmarais et Karine Gonthier-Hyndman offrent d’excellentes performances. Notons également celle de René-Richard Cyr en chef criminel malhabile.

C’est comme ça que je t’aime
ICI Tou.tv Extra, 2020, série en 10 épisodes.


Déformation professionnelle

Après La Presse, la semaine dernière, c’était au tour de TVA Nouvelles de s’exprimer dans un mauvais français, puis de se corriger par la suite. Tout s’est passé dans le titre. Il a été revu et corrigé sur la page de la nouvelle, mais est demeuré tel quel sur Twitter.

Voici donc la première version :

Et la version modifiée :

Rien à ajouter !


Et je cite :

Je pense que le président Trump a mis le doigt sur quelque chose d’intéressant lorsqu’il a suggéré de limiter le nombre d’infections à la Covid en effectuant moins de tests de dépistage. Qui aurait pensé que le secret de la jeunesse éternelle était aussi simple que de ne pas célébrer son anniversaire ?

Dan Rather, journaliste et présentateur américain, le 5 juillet 2020

Fêtes estivales

La Montérégie et les Laurentides sont aux prises avec une recrudescence de cas de COVID-19, alors que les statistiques sont nettement à la baisse ailleurs au Québec et au Canada. Dans le premier cas, on parle de jeunes qui se sont promenés d’une fête à l’autre, après que le coronavirus se soit invité à la première. Des familles, des amis et des collègues ont ensuite été contaminés, des commerces ont dû fermer.

Après la publication de quelques articles sur le sujet dans différents médias, des commentaires émis sur les réseaux sociaux blâmaient sévèrement les parents des adolescentes et adolescents concernés. Celles et ceux qui en appelaient à l’autorité ferme étaient si nombreux qu’on peut supposer que plusieurs d’entre eux n’ont à ce jour pas été parents d’un adolescent.

Bien entendu, le parent a un rôle à jouer dans la situation actuelle. Dans certains cas, peut-être faut-il un poing sur la table, comme certains le réclament. Mais dans la plupart des cas, il faut surtout de la subtilité et de l’ouverture. Et malgré cela, c’est comme pour le couvre-visage : efficace lorsque bien porté, mais pas sûr à 100%. Les parents ne doivent pas être tenus pour principaux responsables de cette éclosion.


Mes sports d’été

Mercredi de cette semaine marquait le 67e anniversaire d’un record qui n’a jamais été égalé dans le baseball professionnel. Il s’agit du plus long coup de circuit jamais frappé lors d’un match. Ce qu’il y a de particulier avec ce record, c’est qu’il n’a même pas été établi dans le baseball majeur.

Neill Sheridan n’a joué que deux matchs dans les ligues majeures de baseball. C’était en 1948 avec les Red Sox de Boston. Il avait été utilisé comme coureur suppléant dans le premier, comme frappeur suppléant dans le second, dans ce qui fut sa seule apparition au bâton dans le baseball majeur. Il avait été retiré sur trois prises.

Mais le 8 juillet 1953, alors qu’il s’alignait avec le Solon de Sacramento dans les ligues mineures, Sheridan a propulsé la balle dans le stationnement du Edmonds Field, à plus de 620 pieds (189 mètres) du marbre. Il surpassait ainsi le circuit de 600 pieds frappé par Babe Ruth, en avril 1919, lors du camp d’entraînement de ces mêmes Red Sox.


Et je cite :

Porter des prothèses, c’est chaud, inconfortable et ça ne respire aucunement, je les porte pareil. Porter un masque, c’est chaud, inconfortable, mais ça respire amplement. Malgré tous les inconvénients, si tout le monde le porte en public, ça repoussera notre ennemi invisible.

Marie-Sol St-Onge, artiste peintre amputée des deux bras et des deux jambes, le 9 juillet 2020.

Cocktails d’été

Je me suis improvisé barman, vendredi dernier, alors que nous étions chez des amis. Nous étions trois couples, toujours sur la cour, toujours à au moins deux mètres de distance, à savourer une magnifique journée ensoleillée au bord de la piscine.

J’ai préparé deux cocktails à base d’Amermelade, un apéritif produit au Québec et vendu en SAQ.

Le premier, un spritz, était constitué de 30 ml d’Amermelade, 30 ml et club soda et 60 ml de vin mousseux, le tout frappé sur glace.

L’autre, plus simple, était fait de 45 ml d’Amermelade sur glace, allongée d’une pleine bouteille de bière blanche.

Le cocktail était des plus rafraîchissants. Et délicieux, surtout !


Dans mes écouteurs

En musique bleue cette semaine, une histoire un peu particulière. Vendredi dernier, l’humoriste Julien Corriveau lançait un album de musique instrumentale. L’écoute des premières notes m’a immédiatement transporté dans les westerns de Sergio Leone, où la trame musicale du grand Ennio Morricone occupait une place au moins aussi importante que celle des acteurs. Coïncidence, Ennio Morricone est décédé lundi à l’âge de 91 ans. L’album s’intitule The Final Score et sa première pièce a pour titre Nous partirons cette nuit. Je vous la propose.


La bonne nouvelle de cette semaine

Dorénavant, les parents légaux d’un enfant né ailleurs pourront lui transmettre automatiquement leur citoyenneté canadienne. Cette nouvelle mesure a été rendue publique jeudi. Jusqu’à présent, ce privilège n’était accordé que si l’enfant avait un lien biologique avec son parent canadien. En modifiant les définitions de père et de mère, le gouvernement du Canada simplifie la tâche de plusieurs parents qui n’auront plus maintenant à passer par le processus de demande de citoyenneté.

Billet du 12 juin 2020 : Percer le silence

Dans le cours de français

Après Le Petit Robert, la semaine dernière, je suis allé me renseigner cette semaine sur les nouveaux mots et les nouvelles expressions admis dans l’édition 2021 du Petit Larousse Illustré. En tout, plus de 150 nouveautés y ont fait leur apparition.

Évidemment, ce n’est qu’une question de temps avant qu’un mot accepté par un des principaux dictionnaires ne finisse par s’imprimer dans les autres, sur papier ou à l’écran. C’est pourquoi il m’apparaît très intéressant de comparer, à chaque mois de juin, ce que nous présentent Robert et Larousse.

Commençons d’abord par ce qui ne se trouve pas dans Le Petit Larousse Illustré. Contrairement à ce qu’on peut maintenant rencontrer dans Le Petit Robert, aucun mot lié à la pandémie de covid 19 n’y fera son entrée avant au moins un an. Alors covid, déconfinement, déconfiner et distanciation physique ne sont toujours pas approuvés chez Larousse. En revanche, des mots comme adulescence, bioplastique, cybercrime, cyberdjihadisme, cryptomonnaie, hipstérisation, inclusif et inclusive, influenceur, suprémacisme, survivalisme, traceur et ubériser trouvent maintenant une légitimité quelque part, ou la voient confirmée. J’admets aussi avoir un faible pour le nouveau venu locavorisme, qui désigne un « mouvement prônant de ne consommer que des fruits et des légumes locaux et de saison, afin de contribuer au développement durable ».

Parmi les anglicismes maintenant reconnus, notons black bloc, bore-out, darknet, deep-learning, hackaton et slasheur. Des expressions régionales entrent aussi chez Larousse. Parmi celles qui tirent leur origine du Québec, mentionnons divulgâcher, emportiérage, nanane et nounoune. Le pendant masculin de nounoune, nono, attend toujours sa reconnaissance.

Du côté des noms propres, Larousse accueille la jeune militante écologiste Greta Thunberg, ainsi que le romancier Guillaume Musso.


Et je cite :

Le président est celui qu’il est, celui qu’il a toujours été, celui qu’il sera toujours. La question qui demeure est : Qui sommes-nous en tant qu’Américains ?

Dan Rather, journaliste et présentateur, le 7 juin 2020

Dans le cours de science et technologie

Je reviens brièvement sur le silence de 21 secondes de Justin Trudeau, il y a une dizaine de jours, lorsque questionné sur les propos et agissements du président américain, en réaction aux soulèvements et manifestations aux États-Unis, dans la foulée de l’affaire George Floyd. Si à peu près tout le monde n’en avait que pour le long silence qui a précédé la vague réponse du premier ministre, des ornithologues, eux, ont entendu autre chose durant ces 21 secondes.

Ils ont en effet entendu le chant d’un oiseau, qu’ils ont facilement identifié. Le nom de ce spécimen : le Tyran huppé.

Tyran huppé (Source)

Ça ne s’invente pas.


Et je cite :

Il vient un moment où le silence devient de la complicité.

Jacques Duchesneau, ex-chef de police et ex-personnalité politique, le 8 juin 2020

Dans le cours d’éthique et culture religieuse

L’histoire s’est répétée, aux États-Unis. Les actes racistes se succèdent. Sur une période de quelques jours, trois ont fait la manchette des bulletins de nouvelles, et le tour du monde. Il y a eu mort d’homme dans deux des trois cas. Trop souvent, des policiers sont impliqués. La foule se soulève et manifeste, demande justice. Parfois, durant plusieurs jours, voire des semaines. Puis un beau matin, tous rentrent chez eux. Jusqu’à la prochaine fois.

Cependant, quelque chose de différent semble cette fois se produire. Les élans de solidarité traversent les frontières américaines, en plus de rallier soldats, policiers et autres forces de l’ordre. Des centaines, des milliers ont symboliquement posé le genou par terre durant 8 minutes et 46 secondes, interminable moment durant lequel George Floyd, avant d’expirer, a subi la pression du genou du policier Derek Chauvin sur son cou. On sent que cette fois, peut-être, on franchira un pas de plus sur la longue route qui mène à l’acceptation sociale de tous. On sent que cette fois, peut-être, le silence complice fera place à quelques gestes plus concrets.

Et c’est d’ailleurs ce que plusieurs réclament. Cessons de garder le silence et agissons. En ce qui me concerne, je me suis demandé de quelle façon je pourrais apporter ma contribution. La réponse m’est venue le week-end dernier, en lisant un reportage sur le site du Nouvelliste de Trois-Rivières.

L’histoire de Danalove Vincent m’a particulièrement touché. Jeune femme âgée de 20 ans, née en Haïti et adoptée par une famille québécoise, Danalove affronte quotidiennement des préjugés et des remarques racistes depuis son arrivée. La lecture de l’article permet de deviner que si elle semble s’être habituée aux douleurs causées par les blessures, chaque nouvelle cicatrice laisse sa marque. Tout en demeurant inacceptable, la méchanceté des enfants et adolescents quand elle fréquentait l’école peut trouver une explication. Mais la stupidité des adultes d’aujourd’hui, sur ses différents lieux de travail comme sur la rue, démontre que beaucoup reste à faire.

J’ai lu l’article plusieurs fois. Et chaque fois j’ai eu mal. J’espère ne jamais m’habituer à cette douleur. Cela confirmerait ma tolérance face au racisme. Il est très peu question des parents de Danalove dans ce reportage. Et pourtant… Je suis moi-même père de deux enfants adoptés de l’étranger, dont une fille à peine plus âgée que Danalove. Les quelques événements qu’ils ont subis m’ont fait expérimenter un terrible sentiment d’impuissance. J’imagine à peine ce que ç’aurait pu être si ces situations avaient pris une tournure quotidienne.

Je ne peux plus garder le silence, je ne veux plus me taire. Poser un genou par terre est une chose, manifester en est une autre. Mais j’ai choisi de devenir enseignant, il y a longtemps, et c’est là que mon rôle se jouera. Au-delà des pensées et des prières, et en souhaitant d’autres actions concrètes de la part de tous.


Et je cite :

Il existe historiquement et encore de la discrimination envers les francos et Québécois dans le Canada. Un combat important. Par contre, ramener ça en ce moment semble avant tout motivé à minimiser et détourner les luttes contre la discrimination d’autres minorités au Québec…

Louis T., humoriste, le 9 juin 2020

Dans le cours de musique

Il est l’instigateur du mot-clic #musiquebleue et, par conséquent, celui qui m’a inspiré l’idée de diffuser ici, chaque semaine, une pièce musicale d’une artiste québécoise ou d’un artiste québécois. Jeune auteur-compositeur-interprète, il donne dans le folk et la chanson à texte. Avec sa chanson Philédouche, voici Philémon Cimon.


Conversation privée avec un élève


La bonne nouvelle de cette semaine

Une entreprise de la région de Québec, Cuisine Malimousse, a su tirer profit du confinement. Spécialisée dans la fabrication de sauces et de vinaigrettes pour de grandes chaînes de restauration, la compagnie a vu son chiffre d’affaires fondre comme neige au soleil, avec la fermeture des restaurants.

Pour pallier à la situation, Malimousse s’est lancée dans la fabrication de mayonnaise, qu’elle compte vendre dans les supermarchés. C’est donc une mayonnaise entièrement québécoise qui fera son apparition sur les tablettes et viendra concurrencer les grands joueurs dans le domaine.

La nouvelle mayonnaise porte le nom de Mag.


Image d’en-tête par Gordon Johnson de Pixabay