Journal de vacances du 20 août 2021

J’étire la sauce. En fait, mes vacances scolaires se sont terminées hier. Aujourd’hui, c’est le retour à l’école pour quatre journées pédagogiques, avant la rentrée des élèves, jeudi prochain.

Pour la première fois de ma carrière, la fébrilité habituelle fait place à l’appréhension. Bien sûr, je suis prêt à enseigner, à planifier, à corriger. J’ai aussi hâte de rencontrer mes élèves. Mais malgré les huit dernières semaines de congé, j’ai le sentiment que le corps n’a pas suffisamment récupéré. En ce sens, je me considère tout de même privilégié de pouvoir bénéficier de si longues vacances.

Vivement la fin de la pandémie et des mesures sanitaires.


Souvenirs de vacances

Un des bons côtés de la pandémie, toutefois, c’est qu’elle nous oblige à prendre nos vacances chez nous. Non seulement cela nous permet-il de découvrir de merveilleux endroits à proximité, tout en nous instruisant sur différents aspects de notre histoire, mais c’est notre économie qui en bénéficie.

C’est ainsi que la semaine dernière, et pour un deuxième été consécutif, j’ai pu me dépayser à quelques heures de route de chez moi, au Québec. 

Le soleil brille, l’eau est bleue et l’herbe est verte. Et c’est chez nous.


Lecture de vacances

J’aurai lu quatre bouquins, durant mes vacances d’été. Le plus récent s’intitule Il y a 25 ans, le Déluge, du journaliste Mikaël Lalancette. Tour de force s’il en est un, il s’agit du deuxième livre de cet auteur, publié cette année. 

Vingt-cinq ans après les inondations qui avaient suivi trois jours de pluies diluviennes, au Saguenay, Mikaël Lalancette, lui-même sinistré, anime à travers ses pages les acteurs et les témoins bien réels de cette tragédie. Chaque chapitre est dédié à des victimes, directes ou collatérales. Si plusieurs ont survécu, ce sont surtout les personnes qui ont perdu la vie qui nous sont présentées, orientant ainsi la lecture vers un devoir de mémoire.

Le livre se veut captivant, comme peut l’être un roman.

Lalancette, Mikaël. (2021). Il y a 25 ans, le Déluge. Les éditions de l’Homme. Montréal. 264 pages.

Dans mes écouteurs

Elle possède une très belle voix, qu’elle exploite dans les chansons qu’elle écrit et compose. Elle s’appelle Claudelle et a lancé l’album Les dahlias ne meurent pas, en mars dernier. Les textes dégagent une poésie agréable, qui s’agence très bien avec le style pop-folk, un brin jazzy, de la musique. La pièce Pourtant, extraite de cet album, est celle que je vous présente en #musiquebleue. 

Claudelle – Pourtant – Les Dahlias ne meurent pas – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Voici une histoire comme je les aime. D’abord, trois frères, dans la vingtaine, agriculteurs et entrepreneurs. Producteurs de fraises, ils avaient déjà développé des partenariats avec les grandes chaînes québécoises de supermarchés. Il leur en manquait une importante, Costco, dont les standards d’emballage et de vente en gros favorisaient uniquement les fermes américaines.

Voyant le projet comme un défi, Olivier, Jonathan et Jérémie Pitre, soutenus par leur père Michel, ont inventé une machine leur permettant de cueillir les fraises plus rapidement, et ainsi fournir les entrepôts québécois de la bannière américaine. Les trois jeunes frères ont réussi là où de puissantes associations avaient échoué, depuis une quinzaine d’années.

L’avenir de leur entreprise s’annonce prometteur.

Lire le reportage de La Presse+.


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s