Billet du 4 juin 2021 : L’astérisque et l’obélus

Les fins de printemps sont toujours plus agréables quand la fièvre des séries éliminatoires de la LNH se propage au Québec. La présence et, mentionnons-le, les surprenantes performances de l’équipe montréalaise haussent considérablement l’intensité de cette fièvre. La seule participation du club en séries avait déjà fait une bonne partie du travail. La spectaculaire remontée face aux Maple Leafs, qui a finalement conduit, contre toute attente, à l’élimination de ces derniers, a fait grimper la chaleur d’un autre cran.

La liesse s’est poursuivie avec la victoire contre Winnipeg, dans le premier affrontement de la ronde suivante. Et l’incident de fin de match, impliquant Jake Evans et Mark Scheifele, est venu ajouter une bûche de plus dans le poêle.

Lorsque j’ai vu Scheifele frapper Evans aussi violemment après le but marqué par ce dernier, je me suis immédiatement rappelé le coup vicieux donné par Dale Hunter à Pierre Turgeon, dans des circonstances similaires, en 1993. Hunter avait alors écopé de 21 matchs de suspension. Turgeon avait été sérieusement blessé sur la séquence, mais contrairement à Evans, pour qui on a dû avoir recours à la civière, il avait quitté la glace sur ses deux jambes.

Scheifele a quant à lui écopé de quatre matchs. Je souhaitais plus, mais je m’attendais à moins. Le hockey est le seul sport, autre que ceux de combat, où on peut se battre et demeurer au jeu. Et la LNH est la seule ligue professionnelle où on peut blesser délibérément un adversaire et s’en tirer à bon compte. Les sanctions sont ridicules au point où les joueurs ont commencé à se faire justice eux-mêmes, sur la glace. Les dangers de blessures supplémentaires sont évidents, mais il faut croire que ça fait vendre des billets.

C’est la raison pour laquelle j’aurais souhaité, réalistement, une suspension de six joutes à Scheifele. Ainsi, avec un maximum de six autres matchs à jouer dans une série quatre de sept, il aurait été certain de ne plus affronter le Tricolore cette année. Les joueurs des deux formations auraient alors pu se concentrer sur le hockey.


Dans le cours de mathématiques

Quelle est, selon vous, la réponse à l’équation suivante :

6 ÷ 2 (1 + 2) =

Personnellement, j’ai répondu 9. D’autres ont opté pour 1. Croyez-le ou non, ces deux réponses sont bonnes. 

La priorité des opérations requiert que l’on exécute la parenthèse en premier. (1 + 2) = 3. Mais ensuite, comme il ne reste qu’une division et une multiplication à l’équation, et que les deux disposent de la même priorité, j’aurais tendance à résoudre de gauche à droite. Ainsi, 

6 ÷ 2 (3) =

(6 ÷ 2) (3) =

(3) (3) = 9.

Mais voilà, il semble qu’aucune convention ne nous force à résoudre de gauche à droite lorsqu’une équation comprend plusieurs opérations disposant de la même priorité. Il devient donc tout aussi acceptable de faire

6 ÷ 2 (3) =

6 ÷ [2 (3)] =

6 ÷ [6] = 1.

Un ami m’a relayé une vidéo sur le sujet. Elle dure plus de 13 minutes, mais elle demeure très pertinente pour quiconque s’intéresse à la matière. On y apprend aussi que le symbole ÷, qu’on appelle obélus, ne devrait pas être utilisé. À remarquer également que dans 6 ÷ 2 (1 + 2) =, l’espace entre le premier 2 et la parenthèse implique une multiplication. Là encore, il semble qu’il faille éviter le symbole x. Par contre, le symbole *, ou astérisque, peut être employé en lieu et place de l’espace.

Je dépose la vidéo ici, libre à vous de la consulter !

Source : Mickaël Launay, YouTube

Dans le cours de mathématiques, deuxième période

Y a-t-il des adeptes de la numérologie dans la classe ? Voici ce que le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, publiait sur Twitter lundi dernier, quelques heures avant que le Canadien de Montréal n’élimine les Maple Leafs de Toronto par la marque de 3 à 1 :

J’espère qu’il s’est pris un 6/49.


Dans le cours de musique

Des gens aux carrières bien établies qui décident de se réunir pour travailler ensemble sur un projet, on en retrouve abondamment dans le monde de l’éducation, comme dans plusieurs autres domaines. C’est précisément ce qui a donné naissance au groupe Bon Enfant. C’est pour moi très agréable d’entendre des accents québécois sur un son rock britannique des années 1970. C’est une modernité qui évoque un retour dans le temps des plus rafraîchissants. Alors que j’allais vous proposer le titre Magie, tiré de leur seul album à ce jour, voilà que le quintette m’a fait la surprise de publier un nouveau simple, vendredi dernier. La pièce s’intitule Ciel bleu et la voici, en #musiquebleue !

Bon Enfant – Ciel bleu – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Vous me pardonnerez d’y aller avec un choix sentimental, cette semaine, puisqu’il me rappelle une expérience personnelle. Un couple des Laurentides promenait ses deux chiennes, lorsque l’une d’elles a flairé des chevreuils et a échappé à ses maîtres, avant de s’évader en forêt. Incapables de repérer l’animal, les propriétaires se sont lancés dans des recherches intensives. Publiant des avis et frappant aux portes, le couple est tombé par hasard sur un ex-militaire, spécialisé en traque de personnes disparues. Celui-ci, également dresseur de chiens, est venu à leur secours et les a aidés à retrouver la fugitive, après 25 jours de fuite, à plus de 40 km de leur résidence.

Lisez l’histoire en détails, telle que rapportée dans La Presse.

J’ai moi-même vécu une histoire de fugue animale, il y a quelques années, quand ma vieille chatte, âgée alors de 14 ans, avait fui la maison par une porte qu’on avait malencontreusement laissée ouverte. Nos recherches nous avaient permis de la retrouver saine et sauve, une dizaine de jours plus tard. Je me souviendrai toujours de l’appel téléphonique qui avait d’abord suscité l’espoir, avant de confirmer les heureuses retrouvailles.

De telles histoires me rappellent que des gens ont eu la chance de retrouver vivants et en bonne santé des proches portés disparus. Conserver un bon moral joue un rôle important dans l’énergie que l’on investit dans les recherches. Et ce bon moral est stimulé par l’espoir que l’on garde.


Billet du 28 février 2020 : Le français d’Emmanuelle Latraverse

Dans le cours de français

Emmanuelle Latraverse, journaliste à TVA/LCN, est à mon avis une professionnelle de l’information hors pair. Elle sait analyser, apporter un éclairage nouveau, trouver et présenter la nouvelle. La seule chose que je puisse lui reprocher, c’est de ne pas se relire avant de publier. Il est donc fréquent de trouver des erreurs de français dans ses publications.

Ayant découvert ceci il y a déjà quelque temps, j’ai songé à me rendre explorer son compte Twitter, afin de trouver des phrases à faire corriger par mes élèves de 6e année, dans le cadre d’une activité en classe. La manne s’est avérée plutôt abondante. Pour la période allant du 18 au 21 février, j’ai retenu pas moins de cinq publications, que mes élèves ont analysées.

Si pour certaines d’entre elles on constate des erreurs orthographiques ou grammaticales évidentes, d’autres affichent plutôt des coquilles, qu’un langage plus populaire qualifie de fautes de frappe. Quoi qu’il en soit, une relecture avant publication aurait certainement pu permettre à Madame Latraverse d’identifier les erreurs et de les corriger. C’est là un des messages que j’ai transmis à mes élèves.

#LeProfCorrige

Ici, on aurait dû lire « des chefs héréditaires », plutôt que « de chefs héréditaires ». Mais surtout, on aurait dû lire « l’injustice subie », plutôt que « l’injustice subies ». Le participe passé s’accorde avec injustice, qui est féminin singulier et non féminin pluriel.

Pour les quatre autres, un clic sur le mot Ici vous mènera directement à la publication concernée, sur le compte Twitter d’Emmanuelle Latraverse.

Ici, on aurait dû lire « pour rencontrer les Mohawks », plutôt que « pour rencontre les Mohwks ».

Ici, on aurait dû lire « se rendra à Smithers », plutôt que « ne rendra à Smithers ».

Ici, on aurait dû lire « Il y en a qui ont une haute opinion d’eux-mêmes. », avec un trait d’union, un s à la fin d’eux-mêmes et un point final, plutôt que « Il y en a qui ont une haute opinion d’eux même ….. », avec cinq points qui ne constituent pas un signe de ponctuation.

Finalement, ici, on aurait dû lire « du climat explosif », plutôt que « d climat explosif ».

Dans le cours d’art dramatique

Comme plusieurs, je suis demeuré perplexe, cette semaine, quand j’ai appris que suite à la plainte d’un parent, une enseignante d’art dramatique d’une école de Montréal avait retiré la chanson Les 100 000 façons de tuer un homme, de Félix Leclerc, d’un projet qu’elle travaillait avec ses élèves. Sous forme de satire, le texte de cette chanson conclut que la meilleure manière de détruire un être humain est d’en faire un chômeur. C’est là, semble-t-il, que le parent en question a accroché.

Bien que j’aurais moi-même agi différemment, j’estime que l’enseignante a pris une bonne décision. Dans un contexte où on doit réagir à une plainte, particulièrement dans le milieu de l’éducation, le fait de choisir ses combats et d’éviter les vagues peut constituer une très sage décision. Mais je trouve dommage que l’on rate une si belle occasion de promouvoir un des plus grands poètes québécois.

À partir du moment où les mots conviennent, chaque phrase peut révéler un sens que même un élève d’âge primaire peut comprendre, si on prend le temps de lui expliquer ou, encore mieux, de le lui faire découvrir. Cette nouvelle m’a rappelé une histoire similaire, survenue il y a une dizaine d’années, quand un enseignant ou une enseignante avait revu les paroles de L’Hymne à l’amour, d’Édith Piaf, en y remplaçant la finale « Dieu réunit ceux qui s’aiment », afin de rendre la chanson politiquement correcte face à toutes les croyances. Ceci avait également soulevé tout un tollé dans la population.

Je me souviens que j’avais alors fait écouter la chanson à mes élèves, dans sa version originale, comme amorce d’une discussion sur la nouvelle. Bien sûr, j’en avais aussi profité pour expliquer qui était Édith Piaf.

Et si je faisais la même chose avec Les 100 000 façons de tuer un homme ?

Dans le cours d’univers social (ou quand Andrew Scheer lève son verre à la Pat’Patrouille)

Le premier ministre du Québec, François Legault, a aussi réagi à la nouvelle mentionnée plus haut. Il déplorait la décision de retirer cette chanson de Félix Leclerc. Mais une autre personnalité politique, dans un autre dossier, s’est également portée à la défense d’un élément culturel s’adressant aux enfants, cette semaine.

En effet, Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada, a sévèrement critiqué la CBC, lui reprochant d’avoir cité un professeur d’université qui s’interrogeait sur un aspect qui, selon lui, faisait l’éloge du capitalisme dans l’émission Pat’Patrouille.

Loin de moi l’idée de m’exprimer sur qui a tort et qui a raison dans ce dossier. Mais je dois admettre que j’ai souri quand j’ai vu Monsieur Scheer lever son verre à la Pat’Patrouille, à la fin de son laïus.

Lien vers la défense de la Pat’Patrouille et du capitalisme, par Andrew Scheer.

La nouvelle heureuse de cette semaine

À partir d’aujourd’hui, j’inclurai une bonne nouvelle dans mon billet hebdomadaire. La tentation était forte de revenir avec l’histoire de David Ayres, ce conducteur de surfaceuse qui a connu son heure de gloire, samedi dernier, en relevant les deux gardiens de but blessés des Hurricanes de la Caroline et en remportant le match face aux Maple Leafs, à Toronto. Mais tout a déjà été mentionné sur ce sujet.

J’aborderai plutôt une statistique intéressante qui donne un côté agréable et positif, ne serait-ce que pour l’économie, à une importante accumulation de neige. La National Ski Area Association a en effet rendu son rapport annuel, la semaine dernière. Selon ce qu’on y découvre, la saison 2018-2019 se classe au 4e rang des 40 dernières années au niveau de l’affluence dans les stations de ski, en Amérique du Nord. Pas moins de 59 343 000 skieuses et skieurs ont ainsi pu pratiquer leur sport favori, l’hiver dernier.

Et j’en suis ! Certaines stations québécoises sont d’ailleurs demeurées ouvertes jusqu’à la Fête des mères, en mai de l’an dernier. L’importante chute de ce jeudi permettra certainement à la saison actuelle de prendre une sérieuse option sur le haut de ce classement, dans le prochain rapport annuel.

Mais il y a quand même quelque chose que je trouve fantastique dans l’histoire de David Ayres. Cet homme s’est levé, samedi matin, et a vécu sa journée comme il vivait toutes les autres, sans se douter que la soirée lui réservait un événement qui ferait en sorte que toute l’Amérique du Nord allait le connaître, avantageusement, dès le lendemain !

Bonne relâche !

Être enseignant, c’est aussi parfois accompagner ses élèves à différentes sorties. Ainsi, le 13 février dernier, nous avons profité d’une magnifique journée d’hiver pour aller prendre l’air dans une station de glisse des Laurentides. Certains élèves ont déjà mentionné qu’ils allaient profiter de la semaine de relâche scolaire pour y retourner, cette fois en famille.

Allez ! C’est le temps d’une pause. À bientôt.