Billet du 23 septembre 2022 : Une priorité que je voudrais plus prioritaire

Si une chose me déçoit dans l’actuelle campagne électorale québécoise, c’est l’absence de discussions sur l’éducation. Les aspirants au poste de premier ministre insistent tous sur le fait qu’il s’agit d’une priorité, mais aucun ne le démontre.

J’ai suivi le débat de jeudi soir expressément parce qu’un segment était réservé au sujet. Là encore, la substance a passé son tour, malheureusement.

Après le témoignage d’une jeune enseignante qui songeait déjà à quitter la profession après seulement deux ans, faute de ressources dans sa classe, la question du modérateur Patrice Roy s’est avérée d’une clarté limpide : «Qu’allez-vous faire pour encourager les jeunes enseignantes et les jeunes enseignants à poursuivre?»

François Legault a mentionné que son gouvernement avait déjà fait beaucoup.

Dominique Anglade a fait bifurquer le débat vers les services de garde.

Paul St-Pierre Plamondon n’a parlé que de la place du français et a mentionné qu’il investirait pour contrer l’analphabétisme.

Gabriel Nadeau-Dubois et Éric Duhaime, à mon avis, demeurent les seuls ayant répondu directement à la question, le premier stipulant qu’un éventuel gouvernement issu de son parti couperait les vivres à l’école privée et réinvestirait les sommes dans les services à l’école publique.

Quant au second, il a expliqué que, bien que cela ne fasse pas partie du programme de sa formation politique, il envisageait d’exiger de certains fonctionnaires qu’ils aillent enseigner pour contrer la pénurie de personnel enseignant. La question de leurs compétences pour le faire n’a jamais été soulevée.

Une priorité, l’éducation ? Vraiment ?

Je suis d’un naturel optimiste, mais ces réponses me permettent difficilement d’espérer un meilleur taux de rétention des nouvelles enseignantes et des nouveaux enseignants. Les statistiques le démontrent, 25 % abandonnent la profession avant la cinquième année.

Il reste un peu plus d’une semaine à la campagne. Souhaitons qu’un des partis en profite pour relancer la question.


Pendant que le débat se déroulait, un autre événement digne de mention était télédiffusé, cette fois à TVA Sports. Il s’agissait du dernier match de baseball décrit par Jacques Doucet. Le commentateur de 82 ans a ainsi définitivement fermé son microphone.

Fervent amateur de baseball depuis mon enfance, la voix unique de monsieur Doucet m’a suivi de la fin des années 1970, à travers ma première radio transistor, jusqu’à mes applications d’aujourd’hui, en passant par les haut-parleurs de tous mes véhicules automobiles et mes téléviseurs. Il a décrit presque tous les matchs des Expos, durant leurs 34 années d’existence, mais également des affrontements des Capitales de Québec, des Blue Jays de Toronto, ainsi que bon nombre de séries d’après-saisons, toujours dans un français impeccable.

Monsieur Doucet, vous méritez de ralentir un peu et de vous consacrer entièrement aux vôtres et à votre autre passion, la pêche. Bravo et merci.


Dans le cours de français

Une publication sur Twitter de la députée et candidate péquiste Méganne Perry Mélançon a attiré mon attention, cette semaine.

Je me suis demandé s’il existait un mot en français pour désigner le mansplain. La réponse est affirmative. On en trouve même deux. Toutefois, il est hors de question pour moi de critiquer la députée pour avoir utilisé l’expression anglaise, d’autant qu’elle a pris soin de la mettre entre guillemets.

D’abord, le mansplaining est un concept apparu sur Internet en 2008. Plusieurs attribuent l’origine du mot à une écrivaine américaine, alors que d’autres la reconnaissent plutôt à une blogueuse néerlandaise. La définition est cependant la même. Elle désigne une situation où un homme explique à une femme, avec condescendance, quelque chose qu’elle connaît déjà.

Les Français traduisent l’expression par mecsplication. Au Québec, on suggère pénisplication.

Au passage, je souligne qu’on appelle mot-valise un mot composé de parties de deux ou de plusieurs mots. Un exemple contemporain est courriel, formé de courrier et électronique.


Dans le cours de mathématiques

Je me rends presque quotidiennement sur le site Qc125, qui compile les sondages et prédit les résultats électoraux pour chaque circonscription.

Voir le site Qc125.

À une dizaine de jours du vote, voici ce que le site prévoit comme nouvelle répartition des sièges, à l’Assemblée nationale :

En ce qui concerne le vote populaire, le graphique est intéressant :

Avec un mode de scrutin entièrement basé sur la proportionnelle, 

La CAQ obtiendrait de 42 à 55 sièges, plutôt que 94 ;
Québec solidaire obtiendrait de 16 à 24 sièges, plutôt que 12 ;
Le Parti conservateur du Québec obtiendrait de 15 à 23 sièges, plutôt qu’aucun ;
Le Parti libéral du Québec obtiendrait également de 15 à 23 sièges, soit sensiblement ce qui lui est prédit ;
Le Parti québécois obtiendrait de 12 à 20 sièges, plutôt que les 3 qui sont prévus.

Il en résulterait un gouvernement de coalition probablement difficile à diriger, mais plus représentatif de la réalité québécoise. Il serait peut-être temps de repenser la structure de notre démocratie.


Dans le cours de musique

Ils créent, ils reprennent, ils s’amusent. Leur musique est envoutante et transporte. C’est un quatuor qui s’appelle De Lònga. Avec leur album Codex XXI, ils ont regroupé toutes leurs créations des dernières années. La pièce qui en est tirée s’intitule Lac des esclaves.

De Lònga – Lac des esclaves – Codex XXI – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Le 10 septembre dernier, lors d’une joute de soccer de la Liga entre Barcelone et Cadix, le gardien de but de Cadix, Conan Ledesma, a été attiré par des bruits d’émoi dans la foule, derrière lui. Il a vite réalisé qu’un spectateur subissait un malaise cardiaque. En plein match, il a alors quitté sa position pour courir chercher un défibrillateur et le lancer dans les gradins. Son action a contribué à sauver la vie de l’homme.


Billet du 4 mars 2022 : Le genre d’après-guerre

Il y a un siècle, la guerre qui devait mettre fin à toutes les autres était suivie d’une pandémie qui a affecté la planète entière. La Première Guerre mondiale, de 1914 à 1918, et la grippe espagnole, de 1918 à 1921, ont causé sept années de grande déprime et de pertes de vies humaines.

La pandémie de COVID-19 semble s’estomper, mais quelques vagues peuvent encore survenir. Parallèlement, l’invasion de l’Ukraine par la Russie démarre un conflit qui donne une impression de déjà-vu, quand en septembre 1939, l’Allemagne avait fait de même avec la Pologne. Il avait alors fallu six ans et deux bombes atomiques pour mettre fin aux hostilités. Les événements sont inversés, mais le monde semble en voie de revivre une situation semblable à celle d’il y a 100 ans.

À partir de 1921, par contre, et jusqu’en 1929, la planète a connu de très beaux moments avec les Années folles. Le bonheur oublié est revenu, jusqu’à atteindre un paroxysme. La même conjoncture s’est vécue de nouveau lors de l’après-guerre, entre 1945 et 1960.

L’histoire semble se répéter. Après une pandémie et un conflit que je souhaite court et limité, j’espère que la planète pourra de nouveau bénéficier d’un répit et d’au moins une décennie de paix et d’abondance. Nous le méritons bien.

D’ici là, accrochons-nous aux éléments de beauté de notre quotidien. Tout en vivant le moment présent, prenons parfois le temps de les capturer en sons et en images, de manière à pouvoir les retrouver lors d’instants plus moroses. Même lorsqu’il se cache derrière les nuages, le soleil est toujours dans le firmament. 


Et je cite :

« Le monde a besoin de paix et de beauté, ma maison en déborde. Je vais essayer de vous en envoyer un peu. »

Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire, trois jours après être devenu père, le 2 mars 2022.

Dans le cours d’univers social

Je déniche beaucoup de matériel sur RAD, le laboratoire de journalisme de Radio-Canada, quand il s’agit de faire comprendre un enjeu politique ou social à mes élèves. Le site vise la clientèle cible des 18 à 34 ans, mais ses reportages vulgarisent suffisamment bien pour être saisis par les plus jeunes, tout en sachant également accrocher les plus âgés.

Désirant expliquer le conflit entre la Russie et l’Ukraine en classe, RAD m’a une fois de plus fourni la vidéo nécessaire pour compléter le travail. Le journaliste Haroun Aramis, de manière claire et concise, est parvenu à résumer le tout en quatre minutes. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à visionner le reportage. Vous aurez la primeur, quelques jours avant mes élèves !


Dans le cours de français

Dans mon billet du 25 février, il était question de certains noms qui prenaient un genre différent, selon le contexte. Cette semaine, nous verrons qu’il en existe qui s’emploient aussi bien au masculin qu’au féminin, peu importe la situation.

Un des plus récents à avoir acquis l’autre genre est le mot trampoline. Depuis les débuts de son existence, ce nom est masculin. Toutefois, l’usage populaire et erroné du féminin a fini par permettre l’acceptation de ce genre dans tous les ouvrages de référence.

Parmi les autres noms qui s’emploient autant au féminin qu’au masculin, notons acre (l’ancienne unité de mesure agraire), après-guerre, après-midi, avant-guerre, avant-midi, country (la musique et la danse), enzyme, éphémère (l’insecte), harmonique, météorite, palabre (discussion pénible et interminable), perce-neige et phalène (espèce de papillon).

Devant tous ces noms, on peut sans problème employer un déterminant féminin ou masculin.


Dans le cours de musique

Il y a longtemps que je n’avais pas présenté une pièce instrumentale en #musiquebleue. Avec le lancement du nouvel album de Jean-Michel Blais, le 4 février dernier, l’occasion s’offre à moi sur un plateau d’argent. L’opus de 42 minutes, divisé en 11 plages musicales, constitue une première sortie en trois ans pour le compositeur. Il s’ajoute à quatre autres titres.

Tirée de l’album Aubades, voici la pièce Murmures.

Jean-Michel Blais – Murmures – Aubades – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Il s’agit moins d’une bonne nouvelle, cette semaine, que d’un petit quelque chose qui fait jaillir notre fierté francophone. La mienne, en tout cas. La série de l’heure au Canada anglais, et un peu partout à travers le monde, est le drame médical Transplant, diffusé sur les ondes de CTV. L’actrice québécoise Laurence Leboeuf y incarne la docteure Magalie Leblanc, qui œuvre dans le milieu très cosmopolite d’un hôpital de Toronto. Dans l’épisode présenté le 1er mars, son personnage a pu s’exprimer en français lors d’une conversation avec sa sœur, personnifiée par Mylène Mackay.

Bien entendu, ce court extrait dans la langue de Molière passera inaperçu dans la version française de l’émission, diffusée sur Noovo. Dans sa forme originale comme dans sa traduction, la série en est à sa deuxième saison.

Voir un extrait de l’émission The Social CTV du 1er mars 2022, où Laurence Leboeuf est invitée pour parler de la deuxième saison de Transplant (en anglais).


Billet du 4 juin 2021 : L’astérisque et l’obélus

Les fins de printemps sont toujours plus agréables quand la fièvre des séries éliminatoires de la LNH se propage au Québec. La présence et, mentionnons-le, les surprenantes performances de l’équipe montréalaise haussent considérablement l’intensité de cette fièvre. La seule participation du club en séries avait déjà fait une bonne partie du travail. La spectaculaire remontée face aux Maple Leafs, qui a finalement conduit, contre toute attente, à l’élimination de ces derniers, a fait grimper la chaleur d’un autre cran.

La liesse s’est poursuivie avec la victoire contre Winnipeg, dans le premier affrontement de la ronde suivante. Et l’incident de fin de match, impliquant Jake Evans et Mark Scheifele, est venu ajouter une bûche de plus dans le poêle.

Lorsque j’ai vu Scheifele frapper Evans aussi violemment après le but marqué par ce dernier, je me suis immédiatement rappelé le coup vicieux donné par Dale Hunter à Pierre Turgeon, dans des circonstances similaires, en 1993. Hunter avait alors écopé de 21 matchs de suspension. Turgeon avait été sérieusement blessé sur la séquence, mais contrairement à Evans, pour qui on a dû avoir recours à la civière, il avait quitté la glace sur ses deux jambes.

Scheifele a quant à lui écopé de quatre matchs. Je souhaitais plus, mais je m’attendais à moins. Le hockey est le seul sport, autre que ceux de combat, où on peut se battre et demeurer au jeu. Et la LNH est la seule ligue professionnelle où on peut blesser délibérément un adversaire et s’en tirer à bon compte. Les sanctions sont ridicules au point où les joueurs ont commencé à se faire justice eux-mêmes, sur la glace. Les dangers de blessures supplémentaires sont évidents, mais il faut croire que ça fait vendre des billets.

C’est la raison pour laquelle j’aurais souhaité, réalistement, une suspension de six joutes à Scheifele. Ainsi, avec un maximum de six autres matchs à jouer dans une série quatre de sept, il aurait été certain de ne plus affronter le Tricolore cette année. Les joueurs des deux formations auraient alors pu se concentrer sur le hockey.


Dans le cours de mathématiques

Quelle est, selon vous, la réponse à l’équation suivante :

6 ÷ 2 (1 + 2) =

Personnellement, j’ai répondu 9. D’autres ont opté pour 1. Croyez-le ou non, ces deux réponses sont bonnes. 

La priorité des opérations requiert que l’on exécute la parenthèse en premier. (1 + 2) = 3. Mais ensuite, comme il ne reste qu’une division et une multiplication à l’équation, et que les deux disposent de la même priorité, j’aurais tendance à résoudre de gauche à droite. Ainsi, 

6 ÷ 2 (3) =

(6 ÷ 2) (3) =

(3) (3) = 9.

Mais voilà, il semble qu’aucune convention ne nous force à résoudre de gauche à droite lorsqu’une équation comprend plusieurs opérations disposant de la même priorité. Il devient donc tout aussi acceptable de faire

6 ÷ 2 (3) =

6 ÷ [2 (3)] =

6 ÷ [6] = 1.

Un ami m’a relayé une vidéo sur le sujet. Elle dure plus de 13 minutes, mais elle demeure très pertinente pour quiconque s’intéresse à la matière. On y apprend aussi que le symbole ÷, qu’on appelle obélus, ne devrait pas être utilisé. À remarquer également que dans 6 ÷ 2 (1 + 2) =, l’espace entre le premier 2 et la parenthèse implique une multiplication. Là encore, il semble qu’il faille éviter le symbole x. Par contre, le symbole *, ou astérisque, peut être employé en lieu et place de l’espace.

Je dépose la vidéo ici, libre à vous de la consulter !

Source : Mickaël Launay, YouTube

Dans le cours de mathématiques, deuxième période

Y a-t-il des adeptes de la numérologie dans la classe ? Voici ce que le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, publiait sur Twitter lundi dernier, quelques heures avant que le Canadien de Montréal n’élimine les Maple Leafs de Toronto par la marque de 3 à 1 :

J’espère qu’il s’est pris un 6/49.


Dans le cours de musique

Des gens aux carrières bien établies qui décident de se réunir pour travailler ensemble sur un projet, on en retrouve abondamment dans le monde de l’éducation, comme dans plusieurs autres domaines. C’est précisément ce qui a donné naissance au groupe Bon Enfant. C’est pour moi très agréable d’entendre des accents québécois sur un son rock britannique des années 1970. C’est une modernité qui évoque un retour dans le temps des plus rafraîchissants. Alors que j’allais vous proposer le titre Magie, tiré de leur seul album à ce jour, voilà que le quintette m’a fait la surprise de publier un nouveau simple, vendredi dernier. La pièce s’intitule Ciel bleu et la voici, en #musiquebleue !

Bon Enfant – Ciel bleu – #musiquebleue

La bonne nouvelle de cette semaine

Vous me pardonnerez d’y aller avec un choix sentimental, cette semaine, puisqu’il me rappelle une expérience personnelle. Un couple des Laurentides promenait ses deux chiennes, lorsque l’une d’elles a flairé des chevreuils et a échappé à ses maîtres, avant de s’évader en forêt. Incapables de repérer l’animal, les propriétaires se sont lancés dans des recherches intensives. Publiant des avis et frappant aux portes, le couple est tombé par hasard sur un ex-militaire, spécialisé en traque de personnes disparues. Celui-ci, également dresseur de chiens, est venu à leur secours et les a aidés à retrouver la fugitive, après 25 jours de fuite, à plus de 40 km de leur résidence.

Lisez l’histoire en détails, telle que rapportée dans La Presse.

J’ai moi-même vécu une histoire de fugue animale, il y a quelques années, quand ma vieille chatte, âgée alors de 14 ans, avait fui la maison par une porte qu’on avait malencontreusement laissée ouverte. Nos recherches nous avaient permis de la retrouver saine et sauve, une dizaine de jours plus tard. Je me souviendrai toujours de l’appel téléphonique qui avait d’abord suscité l’espoir, avant de confirmer les heureuses retrouvailles.

De telles histoires me rappellent que des gens ont eu la chance de retrouver vivants et en bonne santé des proches portés disparus. Conserver un bon moral joue un rôle important dans l’énergie que l’on investit dans les recherches. Et ce bon moral est stimulé par l’espoir que l’on garde.